A l’occasion du deuxième anniversaire du 4 août, la voix de l’internationalisation des enquêtes retentit

S’il s’agit d’une des conclusions les plus importantes pour commémorer le deuxième anniversaire de l’explosion du 4 août, elle peut se résumer en deux choses : la première est d’exposer le pic de méfiance entre les Libanais, leur État et leur système judiciaire face à l’obstruction en cours de l’enquête judiciaire sur l’explosion, et la seconde est une nette escalade de la demande d’internationalisation de l’enquête par le chevauchement de cette demande entre les familles des victimes et de nombreuses autres forces politiques de l’opposition. Les familles des victimes ont exprimé leur appel à une enquête internationale et l’ont exprimé dans un mémorandum distribué et remis à une multitude d’ambassadeurs étrangers, demandant au Conseil de sécurité de l’ONU de mettre en place une commission d’enquête internationale et à l’État libanais d’obliger tout Présentation de documents et de preuves.

Il est à noter qu’hier, juste avant que les manifestations n’atteignent la zone portuaire, quatre silos dans les granges du port de Beyrouth se sont effondrés.

Ainsi, le jour de la commémoration, les familles des victimes, blessées et affectées, ainsi que celles réclamant une enquête sur le crime portuaire, se sont rassemblées devant le Palais de Justice et devant l’immeuble « An-Nahar » devant procéder à une marche vers la statue de l’émigrant et un grand sang a taché le drapeau libanais et a hissé un autre drapeau sur lequel était écrit le serment des familles des martyrs et des victimes, ainsi que des photos des victimes et des banderoles dénonçant l’autorité politique et appelant à la vérité et à la justice.

Certaines des familles des victimes ont érigé une série de « cercueils » et de banderoles avec des slogans exigeant que les criminels soient tenus responsables et que justice soit exigée.

Une indication qu’il y a eu une bousculade et des déclarations contre l’autorité politique par des groupes ressemblant aux slogans utilisés le 17 octobre et ont été empêchés par l’armée de se manifester à l’une des entrées de la place du Parlement.

Paul Najjar, le père de la victime Alexandra, a prononcé un discours mentionnant les détails et les détails de ce que sa famille a subi et la perte de sa fille. Depuis la place Samir Kassir, Marian Fadouian a lu la déclaration de l’Association des familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth, qui se lit comme suit : « Comment les députés peuvent-ils voter pour des personnes qui sont à la base des calamités et la cause de toutes les catastrophes ? S’ils savent que cela ne s’applique pas à leurs mauvaises positions. »

Elle a ajouté: « Ils ont commencé par des demandes de réponse, puis se sont disputés avec l’État jusqu’à ce qu’ils atteignent la paume du juge Bitar pour les avoir cités à comparaître. Ils sont plus grands et plus importants que comparaître devant les tribunaux, ce sont des dieux de la terre. En outre, le ministre bloquant a été empêché de signer des ordonnances judiciaires avec des excuses futiles. Ils ne sont pas étayés par le président de la Chambre des représentants. C’est ce qu’a dit le président Mikati. Nous mentionnons également qu’il y a des gens qui gambadent encore et s’amusent sans rendre de comptes. Les mandats d’arrêt émis contre eux n’ont pas été exécutés.

Elle a demandé: « Où sont les permis d’application de la loi demandés par les autorités chargées de l’enquête? Nous disons à ceux qui protègent les personnes recherchées : vous participez parce qu’en les protégeant, vous entravez le processus de justice et vous faites obstacle à nous et à l’enquête. » et aidez en échappant à la responsabilité et à l’impunité. Vous avez éliminé le système judiciaire et continuez à faire obstruction et ingérence comme si vous craigniez que vos positions ne soient compromises par les condamnations et les poursuites. Le soupçon qui vous entoure vous a fait gêner et gêner, car l’honorable homme, qui n’a rien à voir avec le crime portuaire, n’a peur de rien.

Et elle a poursuivi : « Vous avez détruit Beyrouth, des enfants orphelins, des cœurs saignants et des familles abandonnées de leurs foyers et foyers en dansant sur le sang de nos victimes. Nous nous engageons et insistons, et nous sacrifierons toutes nos forces pour préserver et protéger la part inébranlable du témoin silencieux qui a été inscrit à l’inventaire puis a gelé la décision. Le pas est dur. Nous vous disons aujourd’hui et chaque jour que c’est votre corruption qui a tué nos enfants et nos victimes et les comparaisons que vous envisagez ne s’appliquent pas à nous et tout oppresseur a une fin.

Puis la marche massive vers la statue de l’émigrant a commencé après que des foules ont afflué de différentes directions

De leur côté, les familles des martyrs des sapeurs-pompiers de Beyrouth ont appelé le Conseil de sécurité à intervenir dans l’affaire si aucune charge n’est retenue et à mettre en place une commission fiable pour suivre l’enquête, ainsi qu’une commission d’enquête internationale indépendante et le Le gouvernement libanais et les personnes concernées lui ont remis les documents liés à l’attentat.

berger

Le patriarche maronite, le cardinal Mar Bechara Boutros Al-Rahi, a appelé à « une indemnisation pour les personnes touchées par l’explosion du port » et a souligné « la croyance en la résurrection de Beyrouth et avec elle le Liban, afin que notre pays puisse revenir au phare de la East, l’Université de l’Est, l’Hôpital de l’Est, la Banque de l’Est et la maison de la convergence et du dialogue entre les civilisations et les religions. » Présider une messe de consolation pour les victimes de l’explosion du port à la cathédrale Saint-Georges de Beyrouth : « Nous élevons notre voix de colère face à tous les responsables, quels qu’ils soient, où qu’ils soient et qui qu’ils soient, ceux qui font obstruction à l’enquête, comme si ce qui s’était passé n’était qu’un incident banal et fugace qui ne méritait pas il doit être arrêté et peut être traité par fuite, règlement ou échange, comme ils le font normalement en politique.  » Il a poursuivi: « Nous demandons aux responsables de l’État ce qu’ils veulent plus que ce crime pour agir? Et que veut de plus la justice que de s’élever à sa dignité, de retrouver son rôle et de retrouver le baiser des opprimés ? »

Il a déclaré: « Aujourd’hui, nous sommes confrontés à deux crimes, à savoir le crime d’attentat à la bombe sur le port et le crime de gel de l’enquête », estimant que « le gel de l’enquête n’est pas moins grave que l’attentat à la bombe, puisqu’il s’agit d’un crime intentionnel ». et acte volontaire qui a atteint le point de semer la zizanie parmi les familles des victimes. »

Il a poursuivi: « Nous savons par expérience que le système judiciaire politisé au Liban, et depuis le premier jour de l’attentat à la bombe dans le port, nous avons demandé une enquête internationale parce que le crime peut être contre l’humanité s’il s’avère être un acte prémédité, et le la complexité des enquêtes locales et les obstacles politiques donnaient le droit de geler les demandes d’enquêtes internationales », l’État a souligné qu’il n’avait pas le droit de s’abstenir de mener une enquête locale et d’entraver à son tour sa conduite. Il est surprenant que le crime d’attentat à la bombe port est étranger aux préoccupations du gouvernement avant et après sa démission, certains de ses ministres l’ignorant même et d’autres entravant injustement le cours de la justice.

l’arrière

Pour sa part, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth et ses affiliés, l’archevêque Elias Odeh, a présidé des funérailles pour les âmes des victimes tombées à Saint-Gardien à l’occasion du deuxième anniversaire de l’attentat du port de Beyrouth, le ministre de la Santé Firas Al-Abyad , le ministre de l’Information Ziad Al-Makari, les députés de Beyrouth Ghassan Hasbani et Melhem Khalaf, les familles des victimes, les membres du conseil d’administration de l’hôpital, le directeur général, les médecins, les infirmières et le personnel.

Il a poursuivi : « Deux ans se sont écoulés pour un crime que personne n’accepterait pour Beyrouth, capitale de la science, de la lumière, de la liberté et de la créativité. Deux ans se sont écoulés pour la douleur du peuple de Beyrouth et les blessures ne sont pas encore cicatrisées. car les auteurs du crime jouissent toujours de leur liberté, tandis que les habitants de Beyrouth, de cet hôpital et de toutes les institutions qui en étaient fiers. La région souffre toujours et ne s’est pas encore remise de ses blessures. Deux ans et le pouvoir judiciaire n’a pas pu faire éclater la vérité, non pas parce que le pouvoir judiciaire est inactif, mais parce que le pouvoir politique entrave le travail du pouvoir judiciaire et empêche la justice ou lui-même ou ses biens, nous ne voulons qu’une chose, et c’est le Connaître la vérité sur ce qui s’est passé dans le port de Beyrouth et punir tous ceux qui y ont contribué intentionnellement ou non et ceux qui ont fermé les yeux alors qu’ils connaissaient la dangerosité des matériaux qui s’y trouvaient. Connaître la vérité ne ramènera pas une victime à la vie. Et cela ne guérira pas non plus les blessures des blessés, cela n’apaisera pas les âmes brisées et cela ne construira pas de maisons brisées, mais cela apaisera certainement le cœur des familles des victimes et des blessés parce que le criminel a été exposé et que la justice a été fait est accompli, et la punition dissuadera quiconque demandera un acte destructeur à l’avenir.

L’Hôpital Hôtel-Dieu a commémoré cet anniversaire en offrant à tout son personnel médical et infirmier pendant six et sept minutes, soit

France
Dans les commentaires et prises de position extérieurs, la déclaration de solidarité totale de la France avec le peuple libanais est apparue deux ans après l’explosion du port de Beyrouth. Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé que « Deux ans après l’explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août 2020, la France exprime son entière solidarité avec le peuple libanais. Elle se tient aux côtés des familles et des proches des victimes, dont la mémoire est toujours présente au Liban et en France. »

Elle a ajouté : « Les responsables de l’explosion doivent être tenus responsables et le système judiciaire libanais doit être en mesure de mener et de mener à bien les enquêtes en toute transparence et à l’abri de toute ingérence politique. La France a assisté l’enquête de toutes ses parties sur l’explosion du port et a répondu à toutes les demandes qui leur ont été adressées dans le cadre de l’enquête. » Le peuple libanais et poursuivra ses efforts dans la même voie. Les Libanais attendent que toutes les circonstances de l’explosion du port soient révélées. Le Président de la République a indiqué que justice doit être rendue car les Libanais doivent connaître la vérité.

La France, avec ses partenaires, a tenu ses engagements en faveur de l’ensemble des groupes vulnérables au Liban, notamment à travers le soutien exceptionnel qu’elle a apporté, d’un montant de 100 millions d’euros pour un an, selon la déclaration du président de la République libanaise le 4 avril. Août 2021 lors de la conférence internationale de soutien au Liban organisée en coopération avec les Nations Unies.

Il appartient aux politiques libanais de prendre sans tarder les décisions qui s’imposent pour sortir le pays de la crise multiforme qui le ronge et défendre l’intérêt général du pays. Comme toujours, la France sera aux côtés du peuple libanais. »

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.