Alerte à une « catastrophe » humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie

Alerte à une « catastrophe » humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie


Dimanche – 11 Dhu al-Hijjah 1443 AH – 10 juillet 2022 AD Issue No. [
15930]


Prière de l’Aïd al-Adha hier à Idlib (AFP)

Bab al-Hawa (Syrie) – Washington : Asharq Al-Awsat

Les habitants du nord-ouest de la Syrie assiégée ont mis en garde samedi contre une « catastrophe » humanitaire, un jour après que la Russie a opposé son veto au Conseil de sécurité de l’ONU sur l’élargissement du mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire vitale pour eux, selon un rapport de l’AFP de Bab al-Hawa.
Vendredi, la Russie a opposé son veto au vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur un projet de résolution visant à prolonger d’un an le mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire à travers la frontière vers la Syrie sans l’approbation de Damas, et Moscou n’a accepté qu’une prolongation de six mois.
Mazen Alloush, directeur du bureau des relations publiques au poste frontière de Bab al-Hawa (Nord-Ouest), a déclaré dans un communiqué à l’Agence France-Presse que « l’utilisation du veto par la Russie est une application littérale de la politique de siège et de famine pratiquée par la Russie. » dans toutes les régions syriennes. » ils vivent dans le nord-ouest de la Syrie, a-t-il dit.
Le mécanisme expire dimanche dans un contexte d’inquiétude croissante parmi les habitants du gouvernorat d’Idlib, qui comprend la majorité des personnes déplacées du reste des régions syriennes et qui vivent dans une extrême pauvreté.
« Tout le monde sait que la plupart des résidents du camp dépendent complètement de cette aide », a déclaré Abdel Salam Youssef. La personne déplacée du sud d’Idlib a ajouté que le veto russe était un « grand désastre pour moi ».
« Si le point de passage de Bab al-Hawa est fermé et que les approvisionnements sont coupés, nous mourrons », a déclaré Fatim, une déplacée de 45 ans, mère de 14 enfants. « Ils ont détruit nos maisons et nous ont rendus sans abri ».
Le mécanisme de l’ONU est en vigueur depuis 2014 et permet le transfert de secours via le poste frontière de Bab al-Hawa à la frontière syro-turque à plus de 2,4 millions de personnes dans la région d’Idlib (nord-ouest) qui sont sous le contrôle de militants. tribunes et groupes d’opposition.
Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), plus de 4 600 camions humanitaires ont traversé la frontière cette année seulement, la plupart transportant de la nourriture.
Le poste frontière de Bab al-Hawa est le seul par lequel l’aide peut être transférée vers les zones contrôlées par les factions combattantes dans et autour d’Idlib (nord-ouest) sans passer par les zones contrôlées par le gouvernement syrien. Il est utilisé par les Nations Unies depuis 2014.
« J’espère que le Conseil de sécurité se réunira à nouveau bientôt et acceptera d’aller de l’avant », a déclaré samedi à l’AFP Mark Cutts, coordinateur humanitaire régional adjoint de l’ONU pour la Syrie.
L’acheminement de l’aide est urgent car les besoins humanitaires en Syrie ont atteint leur plus haut niveau depuis le déclenchement du conflit en 2011, qui a tué près d’un demi-million de personnes et déplacé et déplacé plus de la moitié de la population à l’intérieur et à l’extérieur du pays.
Selon les Nations Unies, environ 13,4 millions de personnes à travers la Syrie ont besoin d’aide en 2021, contre 11,1 millions en 2020. À New York, Reuters a rapporté que la Russie avait annoncé vendredi une opération de secours de longue durée des Nations Unies dans le nord-ouest de la Syrie. Turquie a pris fin après avoir opposé son veto à la prolongation d’un an du processus, puis échoué à adopter une proposition de prolongation de l’opération. L’opération est prévue pour une période de six mois avec des efforts internationaux accrus pour le processus de reconstruction. Dmitry Polyansky, ambassadeur adjoint de Russie auprès des Nations Unies, a déclaré que la seule solution que Moscou n’opposerait pas à son veto était la proposition qu’il avait présentée. Le projet de résolution basé sur cette proposition s’est effondré après que seules la Russie et la Chine l’ont soutenu. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont voté contre le projet de résolution russe, et les 10 autres pays se sont abstenus.
« Je ne vois pas d’autre option pour le moment », a déclaré Polyansky aux journalistes. Etant donné les discours prononcés aujourd’hui (vendredi), je trouve cela presque impossible. » Il a ajouté qu’un autre membre du Conseil pourrait remettre le projet de résolution russe au vote.
Auparavant, la Russie avait opposé son veto à une tentative de prolonger de 12 mois l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU pour l’acheminement de l’aide de l’ONU depuis la Turquie.
La résolution préparée par l’Irlande et la Norvège a été soutenue par 13 voix pour tandis que la Chine s’est abstenue. Toute résolution doit être approuvée par neuf voix et sans veto par la Russie, la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la France.
« C’est une question de vie ou de mort », a déclaré Linda Thomas Greenfield, ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, au conseil. Il est tragique que des gens meurent à cause de ce vote et que le pays qui (se lève) y ait sans vergogne opposé son veto.
Pour sa part, Polyansky a déclaré au Conseil après le deuxième vote : « Cette page de l’histoire est enfin tournée et ne peut pas revenir en arrière », ajoutant que Moscou continuera d’aider la Syrie « tout en préservant sa souveraineté et son intégrité territoriale ».
Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont déclaré que six mois n’étaient pas suffisants pour que les organisations humanitaires planifient et opèrent efficacement.
Les puissances occidentales sont également réticentes à financer des efforts de reconstruction à grande échelle en attendant des progrès vers un règlement politique en Syrie, où la répression du président Bashar al-Assad contre les manifestants pro-démocratie en 2011 a conduit à une guerre civile.
Le Conseil devrait maintenant poursuivre les négociations pour voir si un accord peut être trouvé.
« Ce veto ne nous découragera pas », a déclaré l’ambassadrice d’Irlande auprès des Nations unies, Geraldine Byrne Nason, au nom de l’Irlande et de la Norvège. Ce n’est pas la fin de la route.
L’ambassadeur de Chine aux Nations Unies, Zhang Jun, a également exhorté tous les membres du conseil à « ne pas abandonner » et à poursuivre les négociations. L’ambassadrice des Émirats arabes unis auprès des Nations unies, Lana Nusseibeh, a suggéré une éventuelle prolongation de neuf mois « pour garantir que les besoins de millions de Syriens soient satisfaits pendant l’hiver ».


Syrie

Actualités syriennes

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *