Avant Anas Jaber… les joueurs de tennis africains les plus en vue

Avant le Tunisien Anas Jaber, qui est devenu le premier Arabe et Africain à atteindre la finale de Wimbledon d’un tournoi de tennis majeur à l’époque professionnelle, le record de participation de joueurs africains sur les terrains de balle jaune a été infructueux.

John Creek .. le plus important

Il est le détenteur du record le plus important lors des tournois majeurs, notamment au début des années 1980 lorsqu’il a remporté le titre de l’Open d’Australie en 1981 et 1982 alors qu’il était sur gazon à l’époque.

Cependant, Crick n’a pas toujours représenté l’Afrique du Sud car il a obtenu la nationalité américaine en 1982 et le joueur, qui s’est hissé au septième rang mondial en 1984, a remporté 14 titres professionnels en simple et 8 titres en double.

Bob Hewitt… double roi condamné

Au cours des années 1960 et 1970, Bob Hewitt a dominé les tournois de double masculin et de double mixte, remportant 15 championnats majeurs. Né en Australie, il obtient la nationalité sud-africaine en 1992 pour rejoindre le Tennis Club of Fame. Cependant, son nom a ensuite été retiré après avoir été condamné à six ans de prison en 2015 pour avoir violé un mineur qu’il avait formé dans les années 1980 et 1990.

Wayne Ferreira… une médaille olympique

Wayne Ferreira, d’Afrique du Sud, a remporté 15 titres, aucun dans des tournois majeurs, et a été classé sixième au monde en 1995. Gagner deux de ses trois matches face à la légende suisse Roger Federer en 2001, il est l’un des rares joueurs à réussir ce bilan positif face au champion en titre 20. Un gros tournoi. Ses meilleurs résultats en Grand Chelem ont atteint les demi-finales en Australie en 1992 et 2003.

Avec son compatriote Pete Norval, il devient le premier joueur du continent à remporter une médaille olympique, à savoir l’argent aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992. En 1912, son compatriote Charles Winslow remporte deux médailles d’or en simple et en double à Stockholm.

Byron Black… l’âme de la famille

Byron Black, natif de Harare, a disputé les épreuves de double, notamment avec l’Américain Jonathan Stark. Ses réalisations incluent le titre français de Roland Garros en 1994.

Son père, Don, était un ancien joueur qui a construit quatre terrains en gazon sur sa ferme au Zimbabwe pour son fils Byron et sa fille Kara, classés n ° 31 mondial et détenteurs du titre WTA en 1999.

Amanda Kötzer… le dernier carré

La Sud-Africaine Cutzer a remporté neuf titres en simple et le même titre en double dans sa carrière. Elle est devenue la première Sud-Africaine à atteindre le dernier carré d’un Grand Chelem à l’US Open de 1996, revenant un an plus tard en demi-finale de Melbourne et de Roland Garros sans atteindre la finale. Avant Coetzer, sa compatriote Renee Schurmann s’est fait connaître dans les années 1950 et 1960, remportant cinq titres majeurs en double et un en double mixte.

La Sud-Africaine Erin Powder-Peacock à l’Open de France de 1927 et Schurmann à l’Open d’Australie de 1959 ont été les deux seules joueuses africaines à atteindre la finale du Grand Chelem en 1968, à l’ère amateur-pro.

Kevin Anderson… deuxième deux fois

Le Sud-Africain Kevin Anderson a disputé et perdu la finale de deux tournois majeurs, à Flushing Meadows en 2017 alors qu’il n’était que mondial-32 et à Wimbledon l’année suivante.

Le puissant joueur de longue date (2,03 m) a annoncé sa retraite en 2022 après avoir frappé 7 683 as dans une carrière qui comprenait la victoire de sept titres, dont aucun dans le Masters 1000.

Son compatriote Kevin Corinne a réalisé le même exploit en atteignant la finale australienne en 1984 et Wimbledon en 1985.

Et aussi…

Younes El Aynaoui appartenait à la génération dorée du Maroc du début du troisième millénaire, avec Hisham Arazi et Karim El Alami. Ils ont mené le Maroc dans le groupe mondial de la Coupe Davis par équipe et El Aynaoui, classé 14e mondial en 2003, a remporté le titre sur cinq tournois, dont quatre sur terre battue.

Il a atteint quatre fois les quarts de finale du Grand Chelem, mais sur du solide, tandis qu’Arazi a atteint ce tour quatre fois (deux fois en Australie et deux fois à Roland Garros). Ismail El Shafei, d’Égypte, a atteint les quarts de finale de Wimbledon en 1974 et a passé le troisième tour du Grand Chelem.

Le Sénégalais Yahya Doumbia a terminé 74e mondial en 1988 et sa carrière n’a pas été riche en titres, mais il a remporté le succès à deux reprises : Lyon 1988 et Bordeaux 1995 après s’être qualifié dans les deux éliminatoires.

(AFP)

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *