Blé d’Ukraine… Français et Turcs prévoient de sauver les pays pauvres de la crise alimentaire

La France et la Turquie ont élaboré des plans concurrents pour exporter du blé et des denrées alimentaires d’Ukraine au milieu des inquiétudes croissantes concernant l’impact négatif potentiel sur de nombreux pays africains qui dépendent de leur pain de Kyiv.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a souligné qu’il était important de préparer un calendrier pour les exportations de blé ukrainien lors du sommet du G7 le week-end prochain.

« Un certain nombre d’échéances approchent à grands pas et la tragédie de la famine mondiale se profile à l’horizon des régions les plus pauvres du monde, en particulier en Afrique », a-t-il déclaré jeudi après des entretiens avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy.

L’Italie soutient l’idée, jusqu’ici rejetée par la Russie, d’une résolution de l’ONU qui permettrait à un convoi de l’ONU de surveiller les navires céréaliers quittant le port ukrainien d’Odessa sur la mer Noire et d’autres ports à destination du Bosphore.

Cependant, le président français Emmanuel Macron est sceptique quant à l’acceptation d’une résolution de l’ONU et propose à la place une augmentation significative des exportations de céréales depuis les ports roumains, selon le journal.Le garde« .

Pour sa part, la Turquie promeut désormais l’option d’itinéraires sûrs à partir de trois ports ukrainiens, bien que les mines ne soient pas retirées des ports car elle était auparavant censée supprimer plus de 400 mines, mais l’Ukraine hésite à autoriser les navires russes à entrer ses ports à moins qu’il ne reçoive des garanties des Nations unies que la Russie ne l’utilisera pas pour des attaques surprises.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait précédemment déclaré que « puisque les emplacements des mines sont connus, certaines lignes de sécurité seront établies dans trois ports ».

Il a expliqué que les navires marchands, qui pourraient être commandés par des Ukrainiens, pourraient faire des allers-retours sans avoir à déminer, notant que la Turquie rechercherait des navires marchands à la recherche d’armes de contrebande pour convaincre la Russie de la viabilité du plan.

Mais un membre de l’équipe de négociation de l’Ukraine, David Arachhameh, a déclaré que l’armée de son pays était opposée au plan, ajoutant dans des déclarations de Washington : « Nous avons un optimisme très limité à propos de ces plans ».

Il faudra deux semaines pour déminer les ports, après quoi les silos devront être vidés à temps pour l’exportation du blé.

Macron, qui s’est rendu en Roumanie plus tôt cette semaine, fait pression pour la possibilité de doubler le nombre de camions sur les trains routiers et ferroviaires vers le principal port roumain de Constanta, à plus de 450 kilomètres au sud d’Odessa.

« Odessa est à quelques dizaines de kilomètres de la Roumanie, et à travers la Roumanie, nous pourrons atteindre le Danube et les chemins de fer », a-t-il déclaré.

Et il a ajouté : « Nous sommes en train de créer une sorte de guichet unique où nous pourrons exporter ces grains mieux et plus rapidement ».

La majeure partie de la nourriture ukrainienne, l’un des greniers du monde, était exportée depuis sept ports de la mer Noire. Au cours des huit mois qui ont précédé le déclenchement du conflit, selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies

Environ 51 millions de tonnes de céréales ont transité par ces ports, les exportations s’élevant à 47 milliards de dollars par an.

Le président américain Joe Biden a proposé séparément de construire des silos supplémentaires à la frontière polonaise pour empêcher la Russie de saisir les céréales ukrainiennes.

Une partie du grain était exportée via les ports de la Baltique, mais selon une estimation ukrainienne, seuls 20 % des exportations ukrainiennes pouvaient être transportées vers les ports de la Baltique par chemin de fer.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.