Ce sont les secrets de la rencontre avec Benzema, c’est pourquoi il n’a pas joué pour l’Algérie

Michel Cavalli, Fateh Benzema, représentant l’Algérie (Al-Araby Al-Jadeed/Twitter/Getty)

Le sélectionneur français Jean-Michel Cavalli a récemment effectué une visite de travail en Tunisie pour négocier avec des représentants de certaines équipes africaines qui ont demandé à le rencontrer, coïncidant avec la fin imminente de son contrat avec l’équipe nationale nigériane en septembre.

Le propriétaire, fort d’une longue expérience dans les stades africains, arabes et européens, Jean-Michel Cavalli, était l’invité de The New Arab dans une interview dans laquelle il racontait les coulisses de son expérience à la tête de l’équipe nationale algérienne entre 2006 et 2006 parlé 2007, l’histoire de la star française Karim Benzema et son avis sur l’équipe actuelle du bataillon « Warriors ».

Votre expérience algérienne a-t-elle été un échec ?

Pour moi c’est un échec car je me suis bien préparé pour cette équipe : nous étions régulièrement devant lors des qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations 2008 avant de perdre le dernier match à domicile face à la très forte équipe nationale guinéenne dans la rencontre nous avons perdu 6 joueurs clés dont le gardien Gaoui et nous n’avions pas d’alternative, j’ai eu de la chance pour lui et nous ne nous sommes pas qualifiés pour la finale malgré notre deuxième place.

Quels souvenirs gardez-vous des affrontements entre le Brésil et l’Argentine ?

Même si je ne me suis pas qualifié pour le concours de Cannes, j’ai osé jouer contre l’Argentine et le Brésil en amical et tout le monde a eu peur.

Regrettez-vous d’avoir entraîné l’Algérie ?

Je l’ai peut-être regretté parce que quand je suis entré dans l’équipe nationale algérienne, personne ne voulait la diriger. Les gens autour de moi m’ont conseillé d’attendre et de bien faire mes premières expériences avec les équipes nationales, mais j’ai pris un risque et j’ai accepté qu’avant que l’Algérie ne perde 4-1 contre le Nigeria, le niveau de l’équipe était modeste, mais après j’ai contre Brésil J’ai dit au président de la fédération que l’Algérie était prête pour la Coupe du monde et c’est arrivé après mon départ et ils ont atteint la Coupe du monde 2010.

Alors qu’est-ce qui t’est arrivé pour que tu aies quitté l’entraînement en Algérie ?

Je n’ai pas été viré, ils m’ont laissé le choix mais ils m’ont demandé de partager la direction de l’équipe avec l’entraîneur Rabah Saadane. Je n’ai pas pleinement accepté de partager le travail avec un autre entraîneur après avoir atteint le sommet, ils m’ont demandé de donner aux joueurs locaux l’opportunité que j’ai refusée, mais ils ont appliqué cette politique après mon départ, et lors du premier match, ils ont perdu contre le Sénégal 4- 0 puis ils sont revenus dans mon équipe qui se compose de 20 pros et 5 locaux et s’est qualifié pour la coupe du monde.

Avez-vous contribué à la découverte des joueurs algériens ?

J’ai repéré plusieurs joueurs que les Algériens eux-mêmes ne connaissaient pas, comme Chadli Omari, Karim Matmour et Nadhir Belhadj. J’ai fait un excellent travail pour que ces joueurs s’adaptent à l’ambiance de l’équipe nationale et pour être honnête, l’Algérie me connaissait à l’époque. et malgré tout je suis fier de cette expérience avec elle.

Quelle est la différence entre la génération 2006 et l’actuelle équipe algérienne ?

L’équipe que j’ai entraînée a de bons joueurs, oui, mais la différence est que la génération actuelle comprend beaucoup de stars qui évoluent dans des clubs européens de premier plan comme Mahrez, Bennacer, Feghouli ou encore M’Bolhi.

Est-il vrai que vous avez proposé à Karim Benzema de jouer pour l’équipe nationale algérienne ?

Oui j’ai été le premier à rencontrer Karim, j’ai pu le rencontrer puisqu’il jouait aux côtés de mon fils dans les tranches d’âge de l’Olympique Lyonnais, je lui ai parlé du sujet devant l’équipe de France elle-même et j’ai ressenti comme lui être un garçon qui savait très bien ce qu’il faisait, Benzema n’a pas choisi le cœur mais sa décision était essentiellement professionnelle ce qui explique son déménagement en France.

Benzema a-t-il refusé de jouer pour l’équipe nationale algérienne ?

Karim n’a pas accepté de jouer pour l’Algérie, pas pour l’argent ou parce qu’il n’aime pas l’Algérie, ce n’est pas vrai, quand je lui ai parlé j’ai eu le sentiment qu’il était confiant qu’il pouvait devenir champion du monde et que le meilleur attaquant avec la France serait en France, en Europe et dans le monde, et c’est ce qui se passe maintenant, Karim a fait son choix depuis ses 18 ans, c’était clair dès le départ.

Peut-on dire que la France était le bon choix pour Benzema plutôt que l’Algérie ?

Tout d’abord, je veux lui faire un salut particulier car, comme vous le savez, il a eu une grosse crise avec l’équipe de France et il a été expulsé de l’équipe, mais il n’a pas perdu espoir et a fermé toutes les portes devant lui. et a pris le temps de s’entraîner à la maison pour améliorer son niveau et je pense que son voisinage avec Cristiano Ronaldo au Real Madrid l’a bien servi, ce qui l’a aidé à travailler tranquillement pendant son absence de l’équipe de France avant qu’il ne revienne loin et a pris sa revanche et je pense qu’il a remporté le défi et a réussi à le choisir.

Pourquoi pensez-vous que l’Algérie n’a pas réussi à atteindre la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 ?

Avec le Niger, nous avons rencontré l’Algérie lors des éliminatoires de la Coupe du monde. J’ai senti à l’époque qu’ils entrait dans la phase de doute car ils pouvaient nous battre très difficilement sur leur propre terrain. Je pense qu’ils cherchaient juste un exploit symbolique, qui est de battre le record italien du nombre de matchs sans défaite et leur couronnement en Coupe d’Afrique des Nations 2019 a mis l’Algérie sous pression et l’équipe est à égalité et toujours à la recherche de l’inévitable victoire.

Que pensez-vous de l’entraîneur Djamel Belmadi ?

Bon, je ne le connais pas beaucoup professionnellement car il est plus jeune que moi, mais je vois qu’il a réussi sa mission puisqu’il a été sacré Coupe d’Afrique. Il a bénéficié du groupe de joueurs exceptionnels, mais cela n’a pas suffi. Le Paris Saint-Germain, par exemple, a de grandes stars et ne pourrait pas être sacré champion. Je pense qu’il est un entraîneur à succès et qu’il a réussi à entrer dans l’histoire avec son pays.

Où en est actuellement l’équipe nationale algérienne au niveau africain ?

Je pense que l’Algérie n’est pas seulement parmi les meilleures d’Afrique, mais elle fait partie des équipes les plus fortes du monde, elle a l’opportunité de surprendre cette équipe et d’atteindre les demi-finales de la Coupe du monde bientôt, c’est ce dont elle devrait rêver , compte tenu de la qualité des joueurs de cette équipe.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.