Comment mettre fin à des décennies d’éducation médicale nationale avec une réponse en moins de deux minutes

Dr Abdulwahab Al-Sharif

Une réponse donnée dans un contexte autre que le contexte, sans tenir compte de tous les déterminants subjectifs et objectifs qui existent dans la réalité, peut avoir des effets dévastateurs, coûter cher à un pays, et avoir des répercussions qui ne sont pas d’une génération, mais les générations concernent des impacts négatifs qui ne affectent un secteur vital, mais plusieurs secteurs à la fois.

Tel a été le cas pour la réponse du Ministère de l’Enseignement Supérieur n°01/01214 du 12 octobre 2018 au Ministre de la Santé de l’époque Doukkali à sa question sur la situation des médecins affiliés au Ministère de la Santé titulaires d’un Diplôme Universitaire en Profession Musulmane. Médecine à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca, comme on dit.

J’ai l’honneur de vous informer que conformément aux dispositions légales du décret n° 2.92.182 du 22 mai 1413 (14 mai 1993) du Dhu al-Qa’dah, fixant le régime des études et des examens pour l’obtention un diplôme de médecin spécialiste, un diplôme universitaire en médecine du travail et médecine du sport ne peut être considéré comme un diplôme de médecin spécialiste.

La réponse à l’enseignement supérieur est claire et simple. Mais cela soulève plus d’une question problématique ;

Premièrement, les diplômes universitaires de médecine du sport et de médecine du travail, qui sont aussi musulmans au Maroc que leurs homologues musulmans au Maroc et sont délivrés par les facultés de médecine françaises par des intermédiaires au Maroc, ni au Maroc ni en France ne sont des diplômes de la spécialité médicale deuxièmement, contrairement à diplômes nationaux dans la spécialité médicale, mais qu’est-ce que le refus du ministère de l’Enseignement supérieur vise exclusivement les diplômes universitaires marocains, alors que les diplômes étrangers français sont exclus, bien qu’ils aient la même valeur, ce qui est confirmé par la correspondance de l’Autorité nationale Association médicale avec divers ministères sur cette question Malgré l’opposition de l’enseignement supérieur aux diplômes nationaux, tous les ministères acceptent toujours l’accréditation des diplômes universitaires étrangers en médecine du travail et en médecine du sport, et vous ne leur trouvez rien à redire d aran.

Deuxièmement, ces diplômes universitaires de médecine du travail qui, selon la réponse du ministère de l’Enseignement supérieur, sont des diplômes qui ne sont pas des spécialisations médicales, comme l’exige un décret de 1993, sont les mêmes diplômes que des légions de médecins marocains autorisent depuis 1993. Pratiquer la médecine du travail dans divers contrats industriels Cela leur a permis d’exercer les fonctions de médecine du travail dans les secteurs public et privé sans causer le moindre problème et sans avoir le règlement y afférent publié à leur face Médecine du Travail, délivré par la Faculté de Médecine de Casablanca , un Diplôme reconnu par toutes les administrations et départements ministériels au Maroc à l’exception du Ministère de la Santé (Délégué des Prisons, Services de la Protection Civile, etc.) et c’est aussi le diplôme obtenu par les médecins appartenant aux différentes branches de l’Office Chérif des Phosphates appartiennent . C’est la plus grande entreprise minière au Maroc et elle attache une grande importance à la santé et à la sécurité de ses employés compte tenu des risques auxquels ils sont confrontés lorsqu’ils travaillent dans les mines. Il ne fait aucun doute que cela passe par la qualité de la formation spécialisée en médecine du travail.

Après ces deux questions, en réponse à la réponse donnée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, l’honorable lecteur peut se demander ce qui s’est passé dans le monde des hommes pour que le problème des médecins du travail affiliés au Ministère de la Santé soit traité exclusivement et sans que d’autres médecins aient leurs diplômes en questionnement et les accréditant auprès du ministère de la Santé et de la Protection sociale ont gelé les intérêts du Trésor.

Le problème a commencé à Bahr en 2016 lorsque deux médecins ont obtenu des diplômes universitaires en médecine du travail délivrés par la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, le département de médecine du travail dirigé par le professeur Al-Khatti Abdel-Jalil, qui était sur le point de devenir. âge, et ce sont les diplômes accrédités et reconnus comme diplômes au Maroc, qui donnent droit à l’acquisition du statut de Spécialiste en Médecine du Travail depuis 1993, et elle a également droit à la déjà maigre rémunération de spécialiste (de l’ordre de mille huit cents dirhams), et si les diplômes sont déposés devant la Commission spécialisée de rééducation en médecine du travail du Conseil national des médecins, une procédure de routine que tous les médecins passent par le rejet du président de la commission, qui a refusé de délivrer des certificats d’équivalence aux médecins, sur la base de son opinion exprimée dans un article à l’époque a été publié en français, dans lequel il e a réexpliqué que les certificats délivrés dans les facultés de médecine marocaines ne sont pas assimilables, et qu’ils reçoivent des certificats de qualification en médecine du travail.Cependant, après un certain temps, la commission a décidé de statuer sur les dossiers qui lui étaient soumis en lui accordant des certificats d’équivalence, mais sur le base de l’article 20 de la loi organique. Exercer le métier de guérisseur. Que signifie l’article 20 et cet article a-t-il quelque chose à voir avec le gel des dossiers des médecins concernés par le ministère de la Santé ?

Pour aborder et répondre à la question, il convient de rappeler que la loi constitue le cadre qui réglemente l’exercice de la profession médicale au Maroc13. 131, émis en février 2015, la deuxième section est consacrée au règlement spécial pour les médecins spécialistes, et dans la première sous-section, intitulée Restrictions pour les titulaires de diplômes de médecins spécialistes, nous trouvons l’article 16, qui stipule expressément que ceux qui sont inscrits sur les listes de médecins spécialistes à l’autorité, le diplôme d’État doit être présenté dans la spécialité médicale, ou accompagné d’un diplôme ou d’un certificat reconnu équivalent au diplôme d’État dans la même spécialité, adressé au chef du conseil régional de l’autorité localement compétente. .. de conclure qu’il désigne l’autorité gouvernementale compétente (c’est-à-dire le ministre chargé de la santé, comme indiqué en bas de page du Journal officiel), après avis du Conseil national, une liste des diplômes ou certificats reconnus équivalents et les disciplines leur donnant droit d’être exercés et publiés au Journal officiel.

Dès lors, l’article 16 laissait la porte grande ouverte à la possibilité d’équivalence des diplômes et certificats, qu’ils soient nationaux, délivrés par les facultés de médecine et de pharmacie marocaines, ou étrangers, qu’ils soient délivrés ou non.

Et si l’on passe à la deuxième partie de la même loi 13. 131, qui autorise l’inscription des médecins dont les qualifications sont reconnues en tant que médecins spécialistes, l’article 20 a mis en évidence un cas particulier de sévérité et de limitation, à savoir le cas des médecins titulaires de diplômes non musulmans ou diplômes au Maroc qui n’équivalent pas à un national peut être assimilée à un brevet de spécialiste et stipulait que dans ce cas le président du Conseil national ordonne au contrat technique préparatoire, qui comprend trois spécialistes du même domaine, de statuer sur la reconnaissance d’équivalence avec le diplôme étranger.

Le cher lecteur a sans doute remarqué que l’article 20 de la loi 13.131 n’a rien à voir avec les diplômes universitaires musulmans, reconnus pour leur valeur scientifique, à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca, Royaume du Maroc, reconnus depuis 1993 comme diplômes de spécialité médicale donnant droit à l’exercice de la profession de médecin en activité. .

Malgré la clarté juridique de la question, pour la même raison, le Comité Technique a violé les exigences raisonnables et raisonnables et a décidé de délivrer des attestations d’équivalence aux diplômes universitaires de médecine du travail délivrés à la Faculté de Médecine et de Pharmacie du Maroc, invoquant une article de la loi qui n’a rien à voir avec les diplômes de proximité ou à distance, de sorte que ces attestations d’équivalence peuvent alors être facilement contestées, et elles sont légalement attaquées par le Trésorier des Finances du Ministère de la Santé ainsi que par l’Administration Tribunaux au stade de la cassation, qui ont ordonné la suspension de l’exécution des arrêts des Cours administratives d’appel de certaines régions du Royaume qui prévoyaient que les médecins concernés bénéficiaient d’une indemnité de spécialiste.

Le choix de l’article 20 comme fondement sur lequel s’est fondé le Comité technique pour la délivrance des diplômes universitaires et des certificats de qualification en médecine du travail a conduit au refus de réglementer la situation des médecins affiliés au ministère de la Santé et de la Protection sociale, après sa des objections financières avaient été soulevées par le trésorier, et attirait son attention sur le fait que le matériel approuvé ne pouvait être accepté comme matériel justifiant le droit à la spécialisation, puisqu’il s’agissait exclusivement des certificats médicaux, et cela avait également conduit à ce que les médecins soient à l’université spécialisation voulait se spécialiser professionnellement en médecine et médecine du sport afin de sortir de la formation universitaire spécialisée dispensée par les facultés de médecine marocaines les médiateurs marocains, hors les murs des facultés de médecine.

Les médecins concernés se demandent quelle est leur faute s’ils supportent la sanction pour le fait que la commission technique du Conseil National des Médecins Nationaux ait choisi un matériel qui ne leur convient pas à un moment où le problème ne se serait pas posé si les articles 16 et 25 de la même loi ont été votés et par toute logique il est possible d’accepter l’exclusion des médecins. Les médecins liés au Ministère de la Santé bénéficient de la spécialisation en compensation de leur négligence, tandis que leurs confrères bénéficient des délégués des prisons, de la prévention civile et autres qui ont le même diplôme et diplômés du même esprit et selon les mêmes conditions de droits accordée à tous par la loi, les observateurs s’interrogent sur l’éducation médicale. De plein droit et selon toutes les visions, une nation est privée de décennies d’expérience réussie et distinguée et d’une compétence nationale capable de fournir un excellent environnement éducatif dans les spécialités de la médecine où il y a pénurie de médecins spécialistes (la pénurie de médecins est attribuée estimé à environ 4000 médecins), et c’est pourquoi elle se voit décerner sur un plateau d’or le privilège de dispenser une formation spécialisée dans ces domaines aux intermédiaires travaillant pour des organismes étrangers.

Comment mettre fin à des décennies d'éducation médicale nationale avec une réponse en moins de deux minutes

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *