De la fournaise de la guerre sanglante aux griffes de l’exploitation sexuelle

Paris: Les réfugiées ukrainiennes nouvellement arrivées en France sont des « cibles faciles » pour les réseaux de prostitution et les demandeurs d’asile malveillants, un sujet de vive préoccupation pour les autorités et les militants des droits de l’homme.

Ces faits ont commencé début mars, lorsque le premier groupe de déplacés ukrainiens est arrivé en France, lorsqu’un homme se tenant devant un centre d’accueil nouvellement ouvert au nord de Paris par l’ONG France Terre d’Asile a suscité l’inquiétude générale. après qu’on lui ait montré deux réfugiés ukrainiens censés « travailler » pour lui.

« L’homme a attiré les Ukrainiennes dans le rang ! La police a renforcé sa surveillance depuis cet incident », a déclaré à l’AFP la directrice générale de la fédération, Delphine Royo.

Il a également été enregistré qu’il y avait un homme qui voulait héberger des femmes réfugiées et prétendait représenter un club inconnu, en plus du retour d’un certain nombre de femmes réfugiées au centre du club « en danger » après avoir passé leurs premières nuits dans l’un des les clubs disposaient de « centres d’accueil solidaires » qui seraient des organisations caritatives largement dépendantes de l’accueil des réfugiés en France.

Toutes les parties qui surveillent le déplacement ukrainien depuis des semaines ont prêté une attention particulière aux risques encourus par les femmes ukrainiennes, qui, avec leurs enfants, représentent 90 % des réfugiés ukrainiens.

Europol a déclaré fin mars que ces femmes réfugiées étaient susceptibles « d’attirer des agresseurs individuels et des opportunistes qui attirent volontairement des réseaux criminels spécialisés dans la traite des êtres humains ».

Ces risques augmentent au premier arrêt où arrivent les réfugiés, comme la frontière polonaise ou roumaine, mais ils persistent jusqu’à ce qu’ils atteignent la France, où, selon Elisabeth Mauron-Bro, « aucun cas de traite des êtres humains n’a été avéré à ce jour ». Secrétaire général de la Mission ministérielle Mibrov de lutte contre la traite des êtres humains.

D’autre part, dit-elle : « D’autre part, les travailleurs spécialisés dans les services sociaux signalent des doutes et des avertissements qui font l’objet de signalements, donc nous sommes dans la phase de prévention. » Prostitution.

Moron-Brow considère les femmes ukrainiennes comme des « proies faciles », d’autant plus que des réseaux de traite des êtres humains sont déjà actifs en Europe de l’Est.

Elle explique que ce qui inquiète particulièrement les autorités françaises, ce sont « les dangers de la traite des êtres humains que représentent ceux qui accueillent des femmes et exploitent leur vulnérabilité, qui est le plus grand danger posé par cette crise ».

Certaines offres d’hébergement ont rencontré un fort ressentiment de la part des associations. Un membre du personnel chargé d’examiner des milliers de candidatures dans l’une des fédérations, qui a refusé de donner son nom, a déclaré que certaines candidatures « indiquent, par exemple, que la fête hôte n’accueille qu’une jeune femme ukrainienne sans enfant, tandis que d’autres candidatures font spécifiquement déclarent qu’ils s’adressent, par exemple, à une « blonde aux yeux bleus ».

L’association « France Terre d’Azille » a commencé à mettre en place des mesures de contrôle et demande par exemple à l’hébergeur de consulter son casier judiciaire ou de se rendre dans les restaurants et de s’assurer qu’un « suivi social » y est effectué.

Delphine Royo déclare : « Nous vous précisons qu’il ne s’agit pas d’hébergement contre la fourniture de services spécifiques. Parce que la traite des êtres humains ne se limite pas à des fins sexuelles, il peut arriver aux femmes de leur faire faire des travaux ménagers ou de s’occuper des enfants toute la journée. »

Céline Schmidt, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en France, estime que les femmes réfugiées ne doivent jamais « donner leurs papiers d’identité » et « se méfier des offres incroyablement alléchantes » et appelle à un « renforcement » des contrôles pour maintenir tout le monde « sous contrôle ». microscope ». prendre du poids ». Offres avec de bonnes intentions.

La communauté ukrainienne se mobilise également pour soutenir les femmes ukrainiennes les plus fatiguées. « Nous les accompagnons pour inspecter l’appartement et parler aux réceptionnistes… Nous essayons de réduire les risques », a déclaré Nadia Mihal, responsable de l’association des femmes ukrainiennes en France. « Nous nous concentrons sur les familles ou les femmes, et s’ils ont touché des réfugiés, nous ne fournissons aucune assistance.

Tous ces efforts ne peuvent pas résoudre toute la situation, dit Royo, car exposer les problèmes à huis clos est un processus difficile.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.