Depuis le retour au pouvoir des talibans, les femmes sont invisibles

Publié dans:

Le lundi 15 août marque le premier anniversaire du retour des talibans au pouvoir en Afghanistan après le retrait des forces américaines du pays. Depuis que le mouvement extrémiste a pris le contrôle de Kaboul, les femmes afghanes souffrent de « l’absence » et les talibans renforcent les restrictions légales aux libertés, aux droits et aux mouvements des femmes conformément à leur interprétation stricte de la loi islamique.

augmenter La situation des femmes afghanes Des difficultés depuis que le mouvement taliban est revenu au pouvoir, car il a perdu une grande partie des gains qu’il avait réalisés au cours des vingt années écoulées depuis l’invasion américaine en 2001, jusqu’à ce que l’organisation extrémiste reprenne le contrôle de l’Afghanistan, dont le premier anniversaire tombe le lundi 15 août.

Au cours des deux décennies d’intervention militaire dirigée par les États-Unis en Afghanistan, les femmes et les filles ont fait des gains marginaux dans ce pays largement patriarcal.

Les talibans ont imposé des restrictions strictes aux femmes et aux filles conformément à leur interprétation stricte de la loi islamique. Les adolescentes se sont vu interdire de poursuivre leurs études dans les écoles secondaires et les employées du gouvernement ont été contraintes de quitter leur emploi. Il est également interdit aux femmes Voyager seul.

En mai, le guide suprême afghan et chef taliban, Hebatullah Akhundzada, a ordonné aux femmes Ils se couvrent même le visage en public. Le mouvement a également été imposé aux diffuseurs Porter un niqab à l’écranCependant, certains d’entre eux ont d’abord contesté la décision Ils sont apparus à visage découvert.

De nombreuses femmes afghanes ont défié les restrictions talibanes et sont parties Manifestations pour le droit à l’éducation et au travailCependant, les militants ont rapidement réprimé les rassemblements, arrêtant leurs dirigeants et les détenant secrètement alors que le mouvement a nié qu’ils avaient été arrêtés. La plupart d’entre eux sont restés silencieux depuis leur libération.

Marketing pour une image positive

« La position des femmes en Afghanistan n’a pas changé, que ce soit sous le premier régime taliban, qui a duré de 1996 à 2001, ou aujourd’hui », a déclaré Victoria Fotan, vice-présidente de l’Afghan American University en charge des affaires académiques à Kaboul. Elle a déclaré à France 24: « Les signes d’ouverture que les talibans ont montrés depuis leur retour au pouvoir devraient promouvoir une image positive d’eux-mêmes à l’étranger. Ils veulent apparaître face à la modernité et au progrès, mais le but de cette stratégie est en réalité d’amener les pays occidentaux à reconnaître leur régime. »

En mai, lors d’une visite dans le pays, le rapporteur spécial de l’ONU sur l’Afghanistan, Richard Bennett, a averti que les actions du mouvement visaient les femmes « absentes ». Il a déclaré que ces politiques « reflètent un schéma basé sur une ségrégation sexuelle totale visant à exclure les femmes de la société ».

Il a ajouté que « les autorités de facto (au sommet du pays) n’ont pas reconnu la gravité et la gravité des abus commis, dont beaucoup en leur nom ».

Après avoir fermé les écoles secondaires pour filles depuis qu’ils ont pris le contrôle du pays, les talibans ont décidé de les ouvrir en mars. Pour revenir et le fermer après les heuresSans que les élèves puissent terminer la première journée de leurs cours.

La communauté internationale et les gouvernements occidentaux ont souligné que le bilan des talibans en matière de droits humains, en particulier en ce qui concerne les femmes, jouerait un rôle crucial dans la décision sur la possibilité de reconnaître le gouvernement du mouvement.

FRANCE 24/AFP

Roselle Sault

"Maven de la bière subtilement charmant. Penseur. Extrême geek d'Internet. Passionné de voyages. Organisateur sympathique. Fanatique du Web. Communicateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.