Des avocats demandent le rapatriement urgent de deux citoyens français des camps syriens. Ils sont détenus par les Kurdes



agences


Publié le : samedi 27 août 2022 – 02h22 | Dernière mise à jour : samedi 27 août 2022 – 02:22

Des avocats ont demandé aux autorités françaises le rapatriement d’urgence d’un certain nombre de personnes gravement malades détenues dans le camp de Roj contrôlé par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

Un communiqué de William Buron et Vincent Berengart précise l’état de santé de l’une d’Estelle K. Elle est française, « elle a émigré en Syrie avec ses trois enfants et son mari en 2014 » et est « captive » et « dans la région » depuis 2017 Deir ez-Zor (au nord-est de la Syrie) très préoccupante ».

Ils ont ajouté : « Votre vie est en danger. Les signataires appellent le gouvernement (français) à procéder au rapatriement d’urgence de cette enfant et de sa famille.

Ils ont expliqué que le cardiologue français qui a reçu le dossier a estimé qu' »un rapatriement d’urgence est nécessaire et son état nécessite un traitement particulier ».

Et ils ont poursuivi : « Les lettres au Département d’Etat restent sans réponse à ce jour. »

Pendant ce temps, Marie Douzé, une défenseure des familles encore dans les camps, a fait le point sur la santé de la mère de deux enfants qui était également détenue à Rouge : « Elle a récemment eu un accident vasculaire cérébral et est devenue paralysée et a été diagnostiquée mercredi en raison hospitalisée pour arrêt respiratoire. » et a déclaré : « Il est très nécessaire de la ramener à la maison. « .

Elle a déclaré avoir envoyé « des dizaines » d’avertissements et de demandes de retour aux autorités françaises au cours de l’été concernant les mères et leurs enfants.

Elle a déclaré: « Ces enfants ont passé trois, quatre ou cinq ans dans des prisons ouvertes, respirant l’odeur des puits de pétrole et ne recevant pas de soins appropriés, et beaucoup d’entre eux souffrent d’arrêt respiratoire. »

Elle a poursuivi: «La France les tient au courant de tout là-bas. Plus les enfants rentrent tard en France, plus leur prise en charge médicale et psychologique devient difficile.

Le 5 juillet, 16 femmes et 35 mineurs ont été renvoyés en France, dont certains vivaient dans des camps du nord-est de la Syrie sous le contrôle des forces kurdes depuis la chute de l’EI en 2019.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.