D’exportateur à importateur… les raisons pour lesquelles la France perd sa première place en Europe dans la production d’électricité | Entreprise

Paris- Après avoir été un exportateur d’électricité, la France est devenue un importateur et a perdu sa position de premier exportateur d’électricité en Europe au premier semestre 2022 pour être dépassée par la Suède en tête, selon un rapport d’Energy Data Analyst Enable System

Le rapport, rendu public le 10 août, indique que la raison principale est la forte baisse de la production française et non l’augmentation de la production en Suède.

De son côté, le directeur de l’Enab Ciss, Jean-Paul Harman, a souligné que la France souffrait de problèmes structurels avec ses centrales nucléaires, prévenant que les difficultés auxquelles elle est actuellement confrontée vont perdurer et que la situation ne montrera aucun signe d’amélioration prochaine.

En plus de la canicule qui a contraint les autorités à fermer certaines centrales nucléaires en raison des températures élevées dans les rivières qui refroidissent les réacteurs.

Et elle s’est classée deuxième après la Suède (qui a exporté 16 TW/heure), l’Allemagne, qui a doublé sa production par rapport à 2021 ; Celle-ci est principalement destinée à répondre à la demande française et, selon le même rapport, elle a exporté 15,4 TWh d’électricité vers ses voisins au premier semestre de cette année.

bataillon nucléaire

Pour sa part, Georges Lucent, expert international de l’énergie et ancien président de la Fédération internationale des producteurs et distributeurs d’électricité, a déclaré que lors de la crise pétrolière bien connue de 1973, la France avait décidé de se doter d’un bataillon nucléaire composé de 58 réacteurs avec la assurer l’indépendance du pays en matière d’approvisionnement en électricité.

Au cours des dernières décennies, l’État a satisfait 75 à 80 % de ses besoins en électricité à partir du nucléaire et environ 10 % à partir de l’hydroélectricité, ce qui grâce à cette division nucléaire a permis à la Société nationale d’énergie électrique d’avoir une production excédentaire et d’exporter une grande partie. de sa production à la connexion européenne.

Et il a poursuivi – dans son discours à Al-Jazeera Net – « Je pense que la baisse de la production d’électricité en France est due à la vieillesse des réacteurs nucléaires français, puisque la première série de réacteurs de ‘buggy trecasting’ avait environ 40 ans old a des années, et le réacteur « Weisenheim » a été arrêté il y a 1 et 2 ans. 2021″.

La France a depuis longtemps abandonné ses centrales électriques aux combustibles fossiles pour les remplacer par des centrales nucléaires : la part de la production d’électricité à partir de combustibles fossiles était d’environ 7,5 % en 2020, répartie entre 0,3 % de charbon et 6,9 % de gaz.

La France a depuis longtemps abandonné la plupart de ses centrales électriques qui dépendent des combustibles fossiles (Getty Images)

Nationalisation de la compagnie d’électricité

Pour contrer ces problèmes naturels et structurels, les pressions croissantes de la guerre russo-ukrainienne, la demande croissante d’énergie et la hausse des prix de l’électricité et du gaz ; Au début du mois dernier, la Première ministre française Elisabeth Borne a annoncé son intention de renationaliser entièrement la compagnie d’électricité française EDF (EDF).

« Nous devons garantir notre souveraineté face aux conséquences de la guerre en Ukraine. Je confirme l’intention du gouvernement de détenir 100% du capital d’EDF », avait alors déclaré Bourne au Parlement.

Lucent a salué cette décision et la décision de renationaliser, la jugeant opportune et notant que les circonstances actuelles exigent de telles décisions pour contrôler les marchés de l’électricité et de l’énergie.

Cependant, a-t-il ajouté : « Nous, en France, nous sommes dans une période sensible où nous devons limiter notre consommation, notamment face à la crise du gaz provoquée par la guerre en Ukraine, et les difficultés se sont accrues et rendues encore plus compliquées par le retard dans le début de la.  » Utilisation du réacteur nucléaire sous pression européen de Flamenville. »

Il a conclu qu’il est temps que l’autorité politique prenne des décisions claires en matière de politique énergétique.

ajustement de l’épargne

Selon les experts et observateurs, la guerre russo-ukrainienne a jeté une ombre non seulement sur la baisse de la production d’électricité en France, mais aussi sur la hausse des prix de l’électricité et de l’énergie et la dégradation du pouvoir d’achat des Français. ce qui pose la question de l’impact de cette guerre sur l’économie française et de son lien avec la baisse importante de la production d’électricité.

Dans sa réponse à cette question, l’ancien président de la Fédération Internationale des Producteurs et Distributeurs d’Electricité note que grâce au « core rent », les Français bénéficient depuis plusieurs décennies des prix de l’électricité moins chers en Europe et qu’ils doivent aujourd’hui s’habituer à l’électricité et à l’énergie au réel Payer un prix parce que l’investissement et la production d’électricité sont une activité capitaliste.

Il explique : « L’énergie sera très chère à l’avenir et nos économies devront s’adapter à cette réalité et les mesures prises par le gouvernement ne sont que temporaires et ne pourront pas cacher longtemps la réalité complexe. »

Vue générale de la centrale à gaz EDF de Bouchain
La guerre russo-ukrainienne a éclipsé le déclin de la production d’électricité en France (Getty Images)

Nouvelle stratégie nucléaire

Et en février dernier, le président français Emmanuel Macron a annoncé un plan stratégique pour construire 6 nouvelles centrales nucléaires par EDF d’ici 2050.

Macron a déclaré que le premier nouveau réacteur serait opérationnel d’ici 2035, ajoutant que les études commenceraient pour 8 réacteurs supplémentaires en plus des 6 nouvelles centrales initiales.

A l’époque, EDF estimait le coût de 6 nouveaux réacteurs à environ 50 milliards d’euros, sur la base des conditions de financement.

Dans le même contexte, le Premier ministre français a souligné que la transition verte réussira avec l’aide de l’énergie nucléaire, et que la France, en tant que premier grand pays du monde, peut se passer complètement des énergies fossiles, elle développera ses capacités dans le nucléaire l’énergie et les énergies renouvelables.

Danger du réchauffement climatique

La récente canicule a contraint le gouvernement français à fermer certaines centrales nucléaires en raison de la hausse des températures dans les rivières qui refroidissent les réacteurs, et de nombreuses centrales sont confrontées à des problèmes d’érosion qui ont conduit à la fermeture de 12 des 58 centrales françaises.

Selon l’Office français de recherches géologiques et minérales, le débit annuel moyen des rivières en France pourrait être réduit de 10 à 40 % d’ici 2050, et le risque d’inquiétude est plus grand en été lorsque le niveau des rivières pourrait chuter à 60 %.

Pour George Lucent, les centrales thermiques et nucléaires sont régies par les lois de la physique et ont besoin d’eau pour les refroidir et assurer leur sécurité, et selon lui, la température élevée des rivières en été aggravera le problème de l’utilisation des sources froides et entraînera aux restrictions conduisent à la réduction de l’énergie, de sorte qu’il est nécessaire de placer plus de réacteurs près de la mer.

Les centrales nucléaires refroidies à l’eau de mer ne sont certainement pas concernées par le problème de la décrue, mais son ampleur inquiète aujourd’hui les climatologues.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.