Diplomates : l’aide de l’ONU à la Syrie devrait durer jusqu’en janvier

Ce contenu a été publié le 11 juillet 2022 – 22:31

Par Michelle Nichols

NATIONS UNIES (Reuters) – Le Conseil de sécurité des Nations Unies semblera autoriser près de 4 millions d’envois d’aide des Nations Unies de janvier à janvier dans le nord-ouest de la Syrie depuis la Turquie, ont déclaré lundi des diplomates après des jours de querelles avec la Russie sur la durée de l’opération. devrait .

Le mandat de l’opération a expiré dimanche. Ce mandat a permis de livrer de la nourriture, des médicaments et des abris dans les zones contrôlées par l’opposition armée en Syrie depuis 2014. Et pour sa continuation, le mandat du Conseil de sécurité est requis car les autorités syriennes ne l’ont pas accepté.

Les 15 membres du Conseil de sécurité doivent voter sur un projet de résolution déposé par l’Irlande et la Norvège, qui est d’accord avec un projet russe qui n’a pas été soutenu lors du vote de vendredi. Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne s’y sont opposés, affirmant que six mois ne suffiraient pas aux agences d’aide pour planifier et fonctionner efficacement.

On ne sait pas encore quand le vote du Conseil de sécurité aura lieu.

Vendredi, la Russie a initialement opposé son veto à la décision de prolonger le mandat d’un an avec le soutien de 13 pays, tandis que la Chine s’est abstenue. L’ambassadeur adjoint de Russie auprès des Nations unies a déclaré que son pays continuerait d’exercer son droit de veto sur toute résolution autre que celle qu’il a déposée.

« Les Russes ont pu contrôler l’issue de ce processus, mais ils ont été seuls tout le temps », a déclaré Richard Gowan, directeur de la division des Nations Unies à l’International Crisis Group, notant que la Chine tentait de rassembler des soutiens pour une compromis et la Russie n’a pas participé au veto.

Le projet de résolution russe, déposé vendredi, n’a reçu le soutien que de la Russie et de la Chine, 10 pays s’étant abstenus.

La Russie considère les opérations d’aide de l’ONU aux Syriens via la Turquie comme une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale syriennes et affirme que davantage d’aide doit être acheminée depuis son propre pays, ce qui fait craindre à l’opposition que la nourriture et d’autres formes d’aide sous le contrôle du gouvernement ne tombent.

Le vote du Conseil de sécurité pour renouveler le mandat d’aide a longtemps été une question controversée, mais cette année, il survient au milieu de tensions accrues entre la Russie et les puissances occidentales à propos de l’invasion de l’Ukraine.

En 2014, le Conseil de sécurité a approuvé l’acheminement de l’aide humanitaire aux zones tenues par l’opposition en Syrie depuis l’Irak, la Jordanie et deux points de passage frontaliers depuis la Turquie, mais la Russie et la Chine, qui disposent d’un droit de veto, l’ont limité à un seul passage depuis la Turquie dans les années précédentes. voix.

(Préparé par Salma Najm pour le Bulletin Arabe – Edité par Hassan Ammar)

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.