En pleine course pour compenser le pétrole russe, la France est en pourparlers avec les EAU

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré dimanche que la France était en pourparlers avec les Émirats arabes unis au sujet d’une indemnisation Achats russes de pétrole Cela s’arrêtera après que l’Union européenne a imposé une interdiction sur le pétrole brut russe.

« Il y a des discussions avec les Emirats arabes unis… Il faut trouver une alternative au pétrole russe », a déclaré Le Maire à Radio Europe 1.

Les dirigeants de l’Union européenne ont convenu en principe de réduire les importations de pétrole en provenance de Russie de 90 % d’ici la fin de cette année en réponse à l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

L’interdiction des importations de pétrole brut transporté par voie maritime sera échelonnée sur une période de six mois et sur une période de huit mois pour les produits raffinés transportés par voie maritime. Les livraisons via les pipelines qui alimentent les raffineries d’Europe de l’Est et d’Allemagne de l’Est sont exemptées des sanctions.

Mais l’Allemagne et la Pologne ont annoncé qu’elles cesseraient volontairement d’acheter du pétrole brut russe via des pipelines d’ici la fin de 2022. Selon Reuters, cela arrêterait environ 90% des importations de pétrole russe dans le bloc.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, avant l’invasion russe de l’Ukraine, l’Europe était la destination de près de la moitié des exportations russes de pétrole brut et de produits pétroliers.

L’Union européenne a importé 2,2 millions de barils de pétrole brut russe par jour en 2021, dont 0,7 million de barils par jour via des pipelines.

Le bloc a également importé 1,2 million de barils par jour de produits pétroliers raffinés de Russie, dont 0,5 million de barils par jour de diesel.

Un responsable de l’UE a déclaré que le sixième paquet de sanctions de l’UE contre la Russie, approuvé jeudi, comprend une interdiction immédiate des nouveaux contrats d’assurance pour les navires transportant du pétrole russe et la suppression progressive des contrats existants sur une période de six mois.

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que les sanctions occidentales « n’auront aucun impact sur les exportations de pétrole de son pays » et s’attend à une forte augmentation des bénéfices des exportations d’énergie cette année.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *