Expatriés syriens de 21 pays arabes et étrangers à la conférence des chercheurs à Damas. Al-Jamali à Al-Watan : nous avons soutenu 56 chercheurs avec 700 millions de livres sterling et nous avons aidé à établir des partenariats entre chercheurs nationaux et étrangers

Le directeur de la Commission suprême de la recherche scientifique, Majd Al-Jamali, a confirmé à Al-Watan la participation de chercheurs syriens du pays et d’expatriés syriens, qui devaient venir de 21 pays arabes et étrangers, pour assister à la conférence organisée aujourd’hui par la commission en coopération avec le ministère des Affaires étrangères et des Émigrants, l’Université virtuelle syrienne et l’École arabe des sciences et technologies intitulée « Vers l’économie du savoir : le rôle des chercheurs syriens dans la patrie et les expatriés » pendant 3 jours à l’Al -Bibliothèque Assad à Damas.

Al-Jamali a noté l’implication de chercheurs syriens dans (le Royaume d’Arabie saoudite, la France, l’Iran, l’Inde, la Fédération de Russie, l’Allemagne, le Japon, la Chine, les États-Unis d’Amérique, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la Suisse, l’Égypte, les États-Unis. .. Emirats Arabes et Suède etc.).

Les sessions porteront sur les technologies de l’information et de la communication, les systèmes intelligents, les technologies énergétiques alternatives, les biotechnologies et les nanotechnologies (session physique et session virtuelle), les technologies environnementales et leurs enjeux, la connaissance et son rôle dans le renforcement de l’économie nationale et du secteur privé, en plus aux présentations des entreprises.

Dans une déclaration à Al-Watan, Al-Jamali a confirmé la formation d’un comité pour suivre les travaux de la conférence, ses résultats et diverses recommandations à mettre en œuvre, notant que la conférence est une opportunité et un outil puissant pour construire des ponts de la communication et leur accompagnement entre les chercheurs des universités et des centres de recherche du pays, avec les chercheurs et experts syriens après l’extension géographique dans laquelle ils seront déployés, notant que l’objectif premier est de créer des partenariats de recherche entre les chercheurs du pays et de l’étranger pour créer, en plus de soutenir la recherche scientifique, la localisation des technologies de pointe et les politiques de propriété intellectuelle connexes.

Le Directeur de la Haute Autorité a indiqué mettre l’accent sur les questions liées à l’économie de la connaissance, avec la nécessité de transformer l’économie syrienne en une économie de la connaissance car elle ne dépend pas des ressources naturelles, d’autant plus qu’elle n’est pas coûteuse du tout. , donc Des travaux sont en cours pour générer des connaissances en Syrie et la possibilité de les investir dans un plan et un mécanisme d’action, en s’appuyant sur la recherche applicable.

Selon Al-Jamali, la conférence est une opportunité pour les participants d’aider à trouver des solutions technologiques aux problèmes exacerbés par la guerre et le blocus économique dans plusieurs domaines, y compris (les technologies énergétiques alternatives et l’exploration des moyens de transition vers une économie basée sur la connaissance, qui est synonyme de l’économie syrienne dépendante des ressources naturelles).

Le directeur de la Commission suprême de la recherche scientifique a annoncé que 56 recherches et projets ont été soutenus en moins de 3 ans pour un montant d’environ 700 millions de livres syriennes, avec un accent sur les projets industriels et agricoles et les énergies alternatives en plus du secteur pétrolier et d’autres Axes, ajoutant que le budget le plus bas pour soutenir le projet est estimé à 1 million, 80 millions de LBP comme la valeur la plus élevée attribuée à un projet, sachant que diverses recherches et projets sont continuellement suivis pour les intégrer d’une manière qui indique l’accent mis sur la recherche applicable localement afin qu’ils puissent en bénéficier.

La Commission suprême de la recherche scientifique avait organisé la première conférence pour les chercheurs syriens dans le pays et à l’étranger en 2019 sur la base de la responsabilité nationale souhaitée et reconnue des chercheurs expatriés syriens de contribuer au développement, au développement et à la reconstruction en partageant leurs expériences de recherche exceptionnelles et/ou en construisant des recherche et partenariats appliqués entre chercheurs nationaux et étrangers.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *