France et Australie… Le sommet lèvera-t-il les nuages ​​de la crise des sous-marins ?

Une nouvelle aube se profile sur les relations franco-australiennes, avec l’espoir de résoudre la crise des sous-marins grâce aux premières rencontres officielles entre les hautes autorités des deux pays.

Le président français Emmanuel Macron doit rencontrer vendredi le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese à Paris dans le but de relancer les relations après qu’elles se soient gravement détériorées après que Canberra a annulé un énorme accord pour acheter des sous-marins français en 2021.

Selon l’Agence France-Presse, les rencontres, qui auront lieu à l’Elysée, seront la première rencontre officielle entre les deux hommes depuis l’investiture d’Albanese fin mai.

Les relations entre les deux pays sont au plus bas depuis que Canberra a annulé un accord massif de 56 milliards d’euros pour acheter 12 sous-marins français en faveur de l’accord Ocos avec la Grande-Bretagne et les États-Unis à l’automne, en vertu duquel les sous-marins nucléaires de Canberra recevraient.

En septembre dernier, le Premier ministre australien Scott Morrison a brusquement annulé un accord français qui avait mis dix ans à se préparer, provoquant la colère de Paris, et Macron a accusé le Premier ministre australien de tromperie.

Il y a un mois, Macron et Albanese se sont parlé au téléphone après l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement en Australie à la suite des élections générales, et cette semaine, ils se sont entretenus en marge du sommet de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à Madrid.

« Nous allons redémarrer les choses. D’abord, il y a un Premier ministre qui a un agenda plus conforme à celui de la France », a déclaré le président français lors d’une conférence de presse jeudi lors de ce sommet, citant la lutte contre le changement climatique et la position sur les ambitions de la Chine dans la région indo-pacifique.

« J’aborde cette réunion avec beaucoup d’optimisme et de détermination car l’Australie est un partenaire formidable et la situation créée par un mauvais comportement dans le passé n’était pas bonne », a-t-il ajouté.

nouveau départ

De son côté, Albanese a déclaré mercredi dans des communiqués : « J’attends beaucoup de ma visite à Paris » et a exprimé son soutien à la « revitalisation » des relations avec la France, qui se situe au « centre du pouvoir de l’Europe ». et en même temps une « grande puissance du Pacifique ».

Le 11 juin, le Premier ministre australien a annoncé un énorme accord d’une valeur de 555 millions d’euros pour dédommager le groupe français « Naval » de la décision de résilier le contrat des sous-marins.

Au total, violer le traité sur les sous-marins français coûterait aux contribuables australiens 2,4 milliards de dollars, selon Albanese.

Le prédécesseur de Morrison, Malcolm Turnbull, a décrit la visite comme une « grande opportunité » de réconcilier les deux pays, notant qu’une étape cruciale après des mois d’éloignement serait « une réunion à un niveau très constructif ».

« Nous sommes confrontés à de vrais défis de la part de la Chine dans le Pacifique », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec des journalistes organisé par l’Institut Montaigne à Paris cette semaine.

« Comme la France, nous soutenons un Indo-Pacifique libre et ouvert », a ajouté Turnbull, faisant écho aux inquiétudes des Etats-Unis, de l’Australie et de la France concernant « l’Accord-cadre de sécurité » Chine-Îles Salomon annoncé en avril dernier.

Andrien Barre

"Maven de la bière. Expert du Web. Troublemaker de longue date. Organisateur en herbe. Communicateur général. Gourou de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.