France l Les désaccords s’accumulent entre les composantes d’extrême droite avant la législature

Avant les élections générales en France, les divergences et les tensions montent entre les composantes du mouvement d’extrême droite français, qui sont sortis vaincus de la campagne présidentielle, alors que la chef du Rassemblement national d’extrême droite, Marine Le Pen, a accusé jeudi l’extrême droite Eric Zemmour, chef de le Parti « Restitution » que « sa candidature aux élections présidentielles était la raison pour laquelle elle n’est pas arrivée première et qu’il a affaibli son parti » et que si « son parti a gagné dans un certain nombre de circonscriptions dans la France attendue n’a pas réussi à tenir des élections, cela sera aussi dû aux candidats à la réintégration » après qu’elle ait refusé.

Le premier tour des élections législatives françaises aura lieu le 12 juin, tandis que le second tour aura lieu le 19 du même mois. Le 22 juin, l’Assemblée nationale (Parlement) commencera ses travaux, tandis que le 28 juin son président sera élu et les blocs de partis qui le composent seront annoncés, puis, le 29 juin, les commissions permanentes de l’Assemblée nationale deviendra instruit.

La défaite de Le Pen… et la faute à Zemmour

Le mouvement d’extrême droite a été battu aux élections présidentielles françaises des 10 et 24 avril lorsque le chef du parti d’extrême droite Restitution, Eric Zemmour, n’a pas réussi à atteindre le second tour, tandis que la chef du parti Rassemblement national, Marine Le Pen , l’a fait pour atteindre le second tour où elle a affronté Emmanuel Macron, qui l’a lâchée pour être réélue pour un second mandat à la présidence de la République française.

« Pour des raisons d’ego et en raison d’une erreur d’analyse majeure, Eric Zemmour a pensé qu’il pouvait gagner la confiance des Français plus que le Rassemblement national », a déclaré Le Pen alors qu’elle se rendait en Seine-Maritime pour soutenir son candidat RN en 6e… .Arrondissement de Seine-Maritimes. , soulignant qu' »il s’est profondément trompé, mais il a affaibli le camp national, et c’est certain ». Le Pen, la candidate aux législatives, a expliqué que si son parti n’est pas en tête dans un certain nombre de circonscriptions aux législatives, ce sera aussi à cause des candidats « de la restauration » au pouvoir.

Zemmour appelle à la formation d’une coalition d’extrême droite

Pour sa part, Zemmour a appelé à la formation d’une coalition d’extrême droite qui se présenterait comme une alliance aux élections législatives du 12 au 19 juin, notant que selon un sondage Ipsos spécialisé dans les sondages d’opinion, 70% des électeurs du Rassemblement national soutiennent le fusion des partis d’extrême droite.

Selon un sondage électoral réalisé par le journal français Le Monde, le parti du Rassemblement national de Le Pen se classe au troisième rang en termes d’intentions de vote lors des prochaines élections législatives françaises avec 21 % des voix, 6 % des voix tandis que la majorité du président mène la majorité présidentielle sous la bannière d’Ensemble, qui comprend le parti du président Macron ; Ennahda (anciennement La République en Marche), le parti Moderne et le mouvement de droite Afaq avec 28% des suffrages, suivi du nouveau bloc Union Populaire, Écologique et Sociale, qui comprend le parti France Fière et les Verts Le Socialiste parti et le Parti communiste français ont obtenu 27% des voix.

Les candidats des courants politiques ci-dessus s’affrontent dans 577 circonscriptions, car les élections générales françaises élisent 577 députés à l’Assemblée nationale (parlement), dont le travail consiste à voter de nouvelles lois, à contrôler le gouvernement et à demander des comptes à ses ministres, et à demander l’ouverture de une commission d’enquête sur un sujet ou sur quel dossier.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.