Hind Matar écrit sur « Une femme de Beyrouth »

Nous rêvons, réalisons et réalisons avec nos efforts individuels pour réaliser ce à quoi nous aspirons, et avec une tempête, ce que nous avons construit de sang-froid est détruit, puis nous nous relevons, époussetons nos corps et reconstruisons ce que la tempête déchaînée a laissé derrière nous. avec une résolution et une volonté plus fortes, car nous sommes un peuple qui ne connaît ni le désespoir ni le désespoir. Abandonnez, nous croyons en nos compétences et sommes fiers de notre culture et de notre puissant intellect.

Nous avançons malgré les guerres et nous n’abandonnerons pas la gloire du passé avec ses valeurs et sa dignité. Cependant, lorsque nous étudions à la chandelle, nous apprenons ce que représentent la patience et la persévérance. Nous innovons malgré les flammes du sectarisme.

Avec ces mots, Hind Matar résume son roman Une femme de Beyrouth, qui est plein d’idées, de visions, de revers et d’ambitions pour raconter l’histoire récente de Sit al-Asim, Beyrouth, et les tragédies et souffrances depuis la guerre civile libanaise en 1975 à la catastrophe de l’explosion du port de Beyrouth en 2020, qui chapeaute la scène politique et sociale à travers le récit de vie de « Jihan », l’héroïne du roman, et la douleur concomitante des Libanais sinistrés dans leur pays, sous les couleurs des guerres successives et leurs rêves de stabilité et sécurité.

Jihan, née au début de la guerre, suit les traces de son père « absent » de sa vie, « présent » dans sa conscience : elle voyage en France pour étudier la pharmacie et rêve de fermer à nouveau la pharmacie de son père ouverte au centre-ville de Beyrouth . La pharmacie, témoin de la destruction de la ville et de son père pharmacien, paya sa vie avec le début de la première guerre.

«Avec les étincelles de la première guerre, une roquette a atterri sur la pharmacie et tout le monde à l’intérieur, mon père et deux employés, ont été martyrisés. Je n’avais même pas atteint ma première année à ce moment-là, donc la guerre allait me tuer dès le début… Je ne me souviens pas de mon père, pas même de ses traits de visage et de sa voix. Je ne l’ai pas reconnu jeune ou vieux parce que cette guerre l’a volé à Merde, je n’ai jamais prononcé le mot (Baba). Chaque fois qu’il me manquait, je me mettais devant sa photo accrochée au mur, le fixant longuement, le cœur brisé par sa rupture. »

souvenirs

Le Libanais n’a plus rien de sa patrie, mais les restes des souvenirs de son âme, avec lesquels il se remémore le passé glorieux. À Beyrouth, la belle ville, la guerre n’avait plus rien de sa beauté, sauf quelques souvenirs et beaucoup de larmes et de chagrins. » La Tour de l’Horloge.. Oh, Jihan, comme les jours étaient beaux et combien j’avais besoin de revivre ces souvenirs.

Ma mère a dit avec un soupir : Je vis encore ces souvenirs.. Ils ne me laissent jamais avec leurs moments et leurs minutes.. D’eux je puise ma force et ma continuité dans la vie.

J’ai crié du fond du cœur : Au diable cette guerre et sa cause… Au diable la tête vide des dirigeants, Au diable leurs politiques malveillantes qui ont laissé tant de destructions sur leur passage… Pour qui ? Et pourquoi? »

Jihan en France

Jihan a passé ses cinq années d’université à Paris, désireuse de tenir une promesse qu’elle a faite sur la tombe de son père de retourner au Liban pour sauver la pharmacie de Beyrouth des ruines de la mort, la ramener à la vie et à la mémoire pour faire revivre son père.

Le 14 février 2004, l’héroïne épouse son cousin, qui l’aime et l’entoure de tendresse et d’amour, et en mai 2005 donne naissance à son premier enfant, Farid. Hala) et (Ghassan) du nom de son père, et sa tante, les jumelles séparées par la guerre civile libanaise, ont tué Ghassan et Hala a immigré en France.

Assassinat des rêves

Le début du troisième millénaire a vu de nombreux changements qui ont redonné espoir à ceux qui ne sont pas morts. Le 25 mai 2000, le sud du Liban a été libéré, « et c’est devenu une fête nationale pour le Liban, et les sudistes sont retournés sur leurs terres, qui avaient apporté le sang des martyrs ».

La joie de Jihan n’a pas duré longtemps, et les Libanais non plus : le 14 février 2005, Jihan s’est évanoui à cause de l’explosion qui a tué le Premier ministre libanais Rafik Hariri. Ils sont la vie et la mort au Liban.

Puis : « Les assassinats successifs de personnalités éminentes ont eu lieu en 2005, et le Liban est entré dans une phase dangereuse après qu’une série de voitures piégées ont été posées dans toutes les régions libanaises… Oh Beyrouth, vous ne méritez ni tristesse ni noirceur… Oh Beyrouth. « 

Le 12 juillet 2006, « Israël a effectué une frappe aérienne sur le Liban, ciblant les centrales électriques, l’aéroport et le réseau de ponts de la capitale. L’infrastructure a été complètement détruite… et la guerre a causé des pertes économiques estimées à environ 2,8 milliards de dollars.

Le 4 août 2020, « à 6 h 08, la capitale Beyrouth tremblait. Le globe entier a été secoué par une formidable explosion qui a réveillé les morts et les morts des vivants. Beyrouth a explosé et le cœur de ma mère a explosé avec elle. Mon frère (Jad) n’est pas venu. »

Ma gorge a explosé en hurlant. Ma mère, mes enfants, Beyrouth, oh Beyrouth, oh ma mère, j’ai couru à travers le verre brisé, j’ai sorti celui qui me portait dans son ventre, lui ai baisé les mains, enlevé le verre de son visage et l’ai appelée à haute voix.

S’il te plaît, ma mère, ne me quitte pas, ne ferme pas les yeux et pars.. Ô mon pays, ma ville, tu es ma mère, l’hymne du ciel et la pureté de la vierge.

Je me suis réveillé de la terreur du tremblement de terre à une tragédie que ni la médecine ni le temps ne peuvent guérir… le départ de ma mère et de mon frère (Gad), dont nous n’avons enterré que des parties, et les ruines de la pharmacie et le meurtre de Rêves.

Conclusion

À travers des soupirs de tristesse et de chagrin, Hind Matar a pu documenter l’histoire de Beyrouth à travers l’histoire de la vie d’une jeune femme libanaise qui est née avec la balle de la première guerre et qui revient à Beyrouth au Liban pour réaliser le rêve de sa vie et ouvre la pharmacie qui a été témoin du meurtre de son père et de la destruction de son pays.

Les faiseurs de guerre ne sont pas morts du sang d’innocents à Beyrouth, et après avoir tourmenté son père, qu’elle n’a pas vu, Jihan a pleuré la perte de sa mère et de son frère dans l’explosion du port de Beyrouth en 2020 comme si le Liban était destiné à vivre serait à guerre pour l’éternité, et comme si le destin des Libanais naissait avec le bruit des balles et mourait avec des éclats d’obus, ou : « La fuite est leur seule option pour survivre, laissant leur âme à la maison et marchant avec le corps seulement pour soit rentrer dans des caisses en bois, soit être enterré en exil », puisque « Abu Dani », le mari de l’oncle de Jihan, a été enterré en France.

La langue du roman était une langue simple, plus familière que classique, et c’est peut-être ce qui est tiré de l’auteur comme tiré du rythme des événements du roman, qui permet au lecteur de perdre l’élément Suspense, et ce la précipitation observée dans les événements du roman a conduit à une lacune dans certaines de ses scènes, comme cela s’est produit à la fin de la page 115, en plus des nombreuses erreurs typographiques qui sont apparues dans le texte, la plus importante d’entre elles étant une erreur dans le titre du roman était que le mot « femme » était écrit avec une voyelle au début.

Le roman s’est déroulé sur 132 pages de pièces de théâtre moyennes divisées en 5 chapitres dans lesquels l’auteur a pu raconter les événements de l’histoire politique à travers l’histoire sociale dans les moindres détails de la vie du protagoniste et de la vie de sa famille, le monde le souffrance de Beyrouth et de ses habitants avec leurs douleurs et leurs peines, loin de l’hypocrisie de la politique et des mensonges des médias.

Avec des mots qui saignent la douleur et la tristesse dans le cœur de Hind Matar, l’auteure libanaise conclut son roman en disant : « Le Liban n’a besoin que de la paix pour être dans les rangs des premiers pays… si nous étions bénis par la sécurité et la paix lorsque l’État offrait son soutien et la sécurité et exigé le retour d’émigrés avertis et hautement qualifiés ? Pouvez-vous imaginer où nous en serions ! » Nous étions en concurrence avec les pays les plus forts et les plus grands. »

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.