Inquiétude française face à la perturbation du gaz russe

Inquiétude française face à la perturbation du gaz russe

Le président Macron a convoqué une réunion du Conseil de défense pour discuter de la manière de proposer des alternatives


Mercredi – 3 Safar 1444 AH – 31 août 2022 AD


Le président français arrive à l’Elysée pour le conseil des ministres hebdomadaire… (AFP)

Paris : Michel Abou Negm

Un automne social chaud attend le gouvernement français, qui redoute un mouvement populaire multicausal dans les semaines et mois à venir. Lorsque les Français sont revenus de leurs vacances d’été, ils ont trouvé des nouvelles qui n’ont pas réjoui le cœur; Elle oscille autour d’une flambée insensée des prix affectant l’électricité, le gaz et les dérivés du pétrole, ainsi que toutes sortes d’aliments, de services et de transports. A cela s’ajoutent les taux d’inflation élevés et l’érosion du pouvoir d’achat, en particulier pour les couches les plus faibles de la population, et le fait qu’une grande partie de ces personnes se rapprochent du seuil de pauvreté. Et parce que le président Emmanuel Macron et le gouvernement ne veulent absolument pas revivre les moments difficiles qu’ils ont vécus entre 2019 et 2020 avec les « gilets jaunes » et les violences, affrontements et incendies associés dans la capitale et les grandes villes qu’ils mènent depuis le premier jour pour prévenir l’apparition d’incendies sociaux et fournir à l’avance des agents extincteurs. Depuis son retour de ses vacances d’été, Macron (ainsi que celui du Premier ministre Elizabeth Bourne et des ministres concernés) prépare l’opinion publique aux jours troublés à venir. Lors de la première réunion du Conseil des ministres de la semaine dernière, il s’est empressé d’avertir que « l’âge d’abondance » était révolu. Born a fait circuler une résolution exhortant les gouvernements et les entreprises à économiser sur la consommation d’électricité, de gaz et de dérivés du pétrole, et a appelé les citoyens à travailler avec un ensemble de directives qui réduisent et ajustent la consommation d’énergie dans les maisons, les bureaux et les magasins seraient parmi les situations émergentes pas seulement en France ; Mais dans tous les pays européens.
Dans ce contexte, le dossier énergétique a été un élément clé du conseil des ministres hebdomadaire présidé par Macron aujourd’hui à l’Elysée, qui intervient quelques heures après la déclaration du « Gazprom » russe mardi soir – mercredi – dans laquelle il a annoncé qu’il arrêt à partir de demain matin jeudi Livraisons de gaz vers la France terminées ; Car l’acheteur n’a pas payé la facture de gaz du mois de juillet selon les instructions du président Vladimir Poutine. Ce dernier avait pris un arrêté fin mars ; « Il est interdit de fournir des quantités supplémentaires de gaz naturel à un acheteur étranger qui n’aurait pas réglé intégralement le prix du gaz dans le délai prévu au contrat. » reçu de l’acheteur français ; Il s’agit de la société mixte « Angie », dans laquelle l’Etat détient une participation de 27 %. Engy n’a pas tardé à rassurer ses clients sur le fait qu’elle avait anticipé le processus russe et avait réussi à fournir des alternatives au gaz russe. Cependant, elle n’a pas donné de détails sur les parties avec lesquelles elle avait conclu un accord. A noter que la présidente-directrice générale de la société, Catherine MacGregor, a accompagné le président français lors de sa visite de trois jours en Algérie et que des négociations entre « Ange » et la « Sonatrach » algérienne sont en cours. Selon des informations non confirmées à Paris, la compagnie nationale algérienne s’est engagée à augmenter de 50% ses expéditions de gaz liquéfié vers la France. Cependant, cette augmentation n’est pas suffisante pour remplacer la part russe, qui avant le déclenchement de la guerre russe contre l’Ukraine représentait environ 20 % des importations françaises de gaz, alors que la part précédente de l’Algérie était inférieure à 10 %. Lors de son séjour en Algérie, Macron a annoncé que la France « n’est pas dans une situation où le gaz algérien peut changer les faits », c’est-à-dire qu’il se substitue au gaz russe.
Paris considère cette situation avec la gravité de la guerre russe contre l’Ukraine. Les sources à l’Elysée ont décrit la crise énergétique actuelle comme « sans précédent depuis des décennies » et touchant la bouée de sauvetage des économies européennes. d’ici; Macron a appelé à une réunion d’urgence du Conseil de défense et de sécurité vendredi matin avec un point à l’ordre du jour : comment répondre aux besoins en gaz et en électricité de la France après la décision de la Russie ? Macron doit aborder ce dossier demain matin dans son discours à la réunion annuelle des ambassadeurs de France dans le monde. Il est de coutume que son discours constitue la « feuille de route » de la diplomatie française pour les mois à venir.
Le fait est que la décision de la Russie de réduire ou d’arrêter les livraisons de gaz à la France n’était pas surprenante et n’aurait pas dû provoquer une telle panique ; La dépendance de la France à son égard n’est pas comparable à celle de l’Allemagne, de l’Italie ou d’autres grandes économies européennes. Il convient également de noter que les responsables français; Qu’il s’agisse de responsables gouvernementaux ou de personnes travaillant dans le secteur du gaz, ils insistent sur le fait que la France a engagé au moins 90 % de ses réserves de gaz pour les mois à venir et pour l’hiver. De plus, la France s’appuie principalement sur ses centrales nucléaires pour produire de l’énergie électrique. Selon les chiffres officiels et les pourcentages, les 56 réacteurs nucléaires français fournissent 67 % de l’énergie électrique consommée. Mais aujourd’hui, le problème est que 32 réacteurs ont arrêté la production pour un entretien nécessaire, tandis que le grand réacteur en construction près de la ville de la côte atlantique de Flamonville n’est pas encore prêt. l’affaire; que les sources d’énergie alternatives ; Qu’il s’agisse de barrages fluviaux, d’énergie éolienne ou solaire, cela ne suffit pas actuellement à combler le vide créé par l’arrêt de plus de la moitié des réacteurs nucléaires.
Concernant cette situation, le Premier ministre a tiré la sonnette d’alarme lundi dernier, prévenant que la situation était « dangereuse », tandis que le président Macron n’a pas hésité à prévenir les Français que des « sacrifices » pourraient leur être exigés dans les semaines et les mois à venir. Cependant, différentes voix peuvent être entendues du gouvernement; Parmi eux, la voix de la ministre de l’Environnement Agnès Panet-Runach, qui a annoncé hier dans un communiqué que la France « se prépare à ce scénario (le black-out du gaz russe) depuis le printemps ; Il a travaillé pour fournir son approvisionnement et il atteindra son maximum après deux semaines. » Le ministre chargé de la loi sur l’énergie a ajouté que la France avait réduit sa dépendance au gaz russe de 17 à 9 % ; Alors que « Angie » a engagé la Norvège, le Qatar, les Etats-Unis et l’Algérie. Angie marchait dans la même direction ; Elle a assuré qu’elle avait pris les mesures appropriées pour ne pas perturber l’acheminement du gaz et qu’elle était « rassurante » pour elle.
Les Français hésitent entre ceci et cela par peur de l’avenir ; Selon les sondages d’opinion. Il ne fait aucun doute que les assurances sont importantes; Cependant, il est inutile s’il s’avère qu’il a été construit sur des hypothèses qui ne sont pas nécessairement vraies.


France

gaz naturel

France

macrone

Léone Duchamps

"Amateur accro au café. Communicateur. Expert Internet certifié. Joueur. Fanatique de musique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.