Israël poursuit sa répression contre Gaza pour le troisième jour et cinq pays demandent une réunion du Conseil de sécurité

Israël poursuit sa répression contre Gaza pour le troisième jour et cinq pays demandent une réunion du Conseil de sécurité

Les avions de combat israéliens lancent des attaques sur diverses zones de la bande de Gaza pour la troisième journée consécutive.

Selon le ministère palestinien de la Santé, ces raids ont entraîné le « martyre » de 29 Palestiniens, dont 6 enfants et 4 femmes, et blessé 253 autres.

Vendredi soir, l’armée israélienne a annoncé qu’elle avait lancé une opération militaire contre le mouvement Jihad islamique dans la bande de Gaza.

Israël a commencé cette opération en assassinant le chef de Saraya al-Quds, la branche armée du mouvement du Jihad islamique, Taysir al-Jabari, qui se trouvait dans un appartement dans une tour de la ville de Gaza, qui comprend également des appartements et le siège des médias et des médias appartenaient à des institutions civiles.

Samedi soir également, l’armée israélienne a assassiné le commandant du sud de la bande de Gaza à Saraya al-Quds, Khaled Mansour, après avoir attaqué une maison à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Le bombardement de cette maison a entraîné le « martyre » de 6 autres Palestiniens, dont un garçon et deux femmes, et des dizaines de blessés, ainsi que la destruction d’un certain nombre de maisons immédiatement adjacentes et d’importants dégâts à d’autres maisons voisines.

D’autre part, Salama Maarouf, chef du bureau d’information du gouvernement, a déclaré lors d’une conférence de presse samedi que « l’agression israélienne en cours a endommagé 650 logements, dont 45 ne sont plus habitables ».

D’autre part, les Forces Al-Qods continuent de tirer des roquettes et des obus de mortier sur des villes et des sites militaires israéliens dans le cadre de leur réponse à l’« agression » en cours contre la bande de Gaza.

Selon un communiqué de l’Agence Anadolu, les dernières attaques à la roquette des Brigades Al-Qods visaient les villes occupées de Jérusalem (au centre du pays) et de Sderot (au sud).

Et l’armée israélienne a annoncé dans un communiqué que « les sirènes ont retenti dans la région de Jérusalem ».

Selon le correspondant de la 13e chaîne israélienne, depuis le début de l’opération, les Forces Al-Qods ont lancé environ 580 roquettes, dont la plupart ont été abattues par le système Iron Dome, « avec un taux de réussite de 97 % ».

Une vingtaine d’Israéliens ont été légèrement blessés alors qu’ils fuyaient vers des abris pour se protéger des roquettes samedi, selon des sources israéliennes.

**Souffrance humaine

Depuis le début de l’opération militaire, la bande de Gaza a connu une paralysie complète de tous les aspects de la vie vitale alors que les universités, les institutions privées et civiles et le siège de l’Organisation des Nations Unies de secours et de travail pour les réfugiés de Palestine « UNRWA » ont fermé leurs portes. .

Les rues sont désertes et les magasins sont fermés.

La bande de Gaza souffre d’un siège israélien ininterrompu pour la 15e année consécutive.

Avant le début de cette opération militaire, Israël a fermé le poste frontière commercial de Kerem Shalom et le poste frontière de Beit Hanoun « Erez » aux particuliers mardi dernier.

Samedi, l’Autorité de l’énergie de Gaza a annoncé l’arrêt complet des opérations de la centrale électrique de la bande de Gaza, car le carburant nécessaire à son fonctionnement ne pouvait pas être importé en raison de la fermeture du point de passage.

Si la centrale cesse ses activités, le nombre d’heures de raccordement électrique sera réduit à 4 heures contre 12 heures d’indisponibilité, selon un communiqué de l’Agence de l’énergie.

Samedi, Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, a mis en garde contre l’impact de la fermeture de la centrale électrique, en particulier sur les secteurs des services tels que la santé et le gouvernement local.

Il a déclaré lors d’une conférence de presse : « La panne de courant constitue une menace pour le travail des services vitaux des hôpitaux, et entraîne également la perturbation des usines de dessalement, des pompes à eaux usées et de l’approvisionnement en eau des ménages, ce qui peut entraîner une catastrophe sanitaire et humanitaire. . »

Il a également mis en garde contre la possibilité que « les services de santé soient fermés dans les 72 heures car la centrale électrique s’arrête ».

À cet égard, les Émirats arabes unis, en leur qualité de membre arabe du Conseil de sécurité, ont annoncé que 5 pays, dont la Chine et la France, ont soumis une demande pour tenir une session à huis clos lundi sur les développements à Gaza.

La mission des Émirats arabes unis auprès des Nations unies a déclaré via son compte Twitter tard samedi soir : « À la lumière des développements en cours à Gaza, les Émirats arabes unis ont demandé à la France, à l’Irlande, à la Norvège et à la Chine de tenir une réunion à huis clos du Conseil de sécurité lundi, 8.8. »

Dans un communiqué de l’agence de presse des Emirats dimanche, Afra Al Hamli, directrice du département des communications stratégiques au ministère des Affaires étrangères, a déclaré que son pays « en tant que membre du Conseil de sécurité a fait cette demande aux quatre pays ».

La motion demande « qu’une session à huis clos du Conseil soit convoquée lundi pour examiner les développements actuels et les moyens de faire progresser les efforts internationaux vers une paix globale et juste ».

Al-Hamli a déclaré que « les Émirats arabes unis ont souligné la nécessité de rétablir le calme à Gaza, de réduire l’escalade et de protéger la vie des civils (…) et ont appelé à faire preuve de la plus grande retenue ».

Et samedi, le représentant permanent de la Palestine auprès des Nations unies, Riyad Mansour, a annoncé que lundi prochain, à la demande de la Palestine, le Conseil de sécurité de l’ONU tiendrait une réunion pour discuter de « l’agression » israélienne contre la bande de Gaza, selon la citation de l’agence palestinienne officielle « Wafa ».

Il a déclaré que « des communications ont été établies avec la présidence du Conseil de sécurité pour ce mois (la Chine) et d’autres membres du Conseil de sécurité, y compris le délégué arabe (les EAU) ».

Il a noté que la communication visait à « répondre aux demandes palestiniennes que le Conseil assume sa responsabilité d’arrêter et de condamner l’agression israélienne et de fournir une protection internationale aux Palestiniens ».

Il a ajouté: « La demande a été faite par les Emirats pour tenir une session à huis clos lundi après-midi. »

Pour la troisième journée consécutive, l’armée israélienne continue de mener des raids dans la bande de Gaza contre des cibles qui, selon elle, appartiennent au mouvement du Jihad islamique, dans le cadre d’une opération militaire commencée vendredi après-midi.

D’autre part, les Brigades Al-Qods, la branche armée du mouvement du Jihad islamique, ont continué à tirer des roquettes et des obus de mortier sur des positions israéliennes près de la bande de Gaza.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.