Journal Al-Ayyam – 3 ventes aux enchères européennes pour la vente d’antiquités de contrebande au Yémen

>

Hier vendredi, la plateforme Al Arabiya Filix AF a publié un rapport sur la contrebande mondiale d’environ un million d’artefacts yéménites.

La plateforme, qui a lancé son activité médiatique il y a environ un mois, a révélé hier dans son reportage une vente aux enchères en Europe pour la vente d’antiquités yéménites volées et a demandé : « Où sont les ambassades, les attachés culturels et le représentant de l’UNESCO ? »

L’archéologue yéménite Abdullah Mohsen a dévoilé trois ventes aux enchères internationales pour la vente d’antiquités anciennes, dont des antiquités yéménites datant de l’ancienne civilisation yéménite.

Mohsen a déclaré que les trois enchères mondiales « commenceront aujourd’hui, vendredi (hier) 16 septembre, la seconde débutera le 27 de ce mois, tandis que la troisième débutera le 9 octobre de l’année prochaine ».

Selon la plateforme, Mohsen n’a pas donné plus de détails sur les artefacts du Yémen qui doivent être mis aux enchères.

Selon le rapport, en particulier dans les dernières années de la guerre, des antiquités yéménites ont été pillées, sabotées et sorties clandestinement du pays et vendues à des pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, Israël, le Japon et les États arabes du Golfe.

Les capitales européennes lancent 3 ventes aux enchères d'antiquités yéménites de contrebande

Les capitales européennes lancent 3 ventes aux enchères d’antiquités yéménites de contrebande

Le gouvernement légitime avait précédemment déclaré qu’il « poursuivrait toutes les options pour récupérer des centaines d’antiquités sorties clandestinement du pays » après que certaines aient été repérées pour la vente aux enchères commerciales en Europe.

Une récente déclaration du ministère yéménite des Affaires étrangères a révélé que le gouvernement légitime « avait observé que certaines parties commerciales mettaient en vente des antiquités yéménites dans un certain nombre de villes européennes ».

Il a chargé ses missions diplomatiques de communiquer avec les ministères des Affaires étrangères des pays concernés afin de prendre des mesures pour empêcher la vente d’antiquités yéménites aux enchères commerciales.

Le chercheur américain Alexander Nagel a révélé que le nombre d’antiquités yéménites pillées et sorties clandestinement du Yémen atteignait plus d’un million de pièces, selon la plateforme.

Il a souligné que la contrebande d’antiquités en provenance du Yémen passe par des pays comme les Émirats arabes unis et Israël avant d’atteindre l’Amérique.

Il a confirmé à la plateforme l’implication de « de nombreux explorateurs, universitaires et diplomates dans la contrebande d’antiquités hors du Yémen », selon le chef de l’Autorité des antiquités de l’Hadramaout dans la vallée, le Dr. Hussein Al-Aidarous, qui faisait partie de la délégation du ministère de la Culture pour représenter le Yémen à l’atelier de Djibouti organisé en avril dernier avec la participation de l’Italie, de l’Allemagne et d’Interpol, visant à mettre en place des unités spécialisées pour prévenir et améliorer la contrebande d’antiquités les compétences d’experts dans la lutte contre le trafic de biens du patrimoine culturel.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.