Journal de Riyad | Un analyste américain : quel est le plan américain alternatif si les négociations sur le nucléaire échouent ?

Un analyste américain : quel est le plan américain alternatif si les négociations sur le nucléaire échouent ?

Le programme nucléaire iranien alimente la course aux armements au Moyen-Orient et dans le monde

Majid Rafiqzadeh, président de l’American International Council for the Middle East, estime dans un rapport publié par l’America’s Gatestone Institute que les négociations nucléaires menées par l’administration du président Joe Biden avec le régime iranien visent à relancer le plan d’action global conjoint (le accords nucléaires) ne progressent pas, et pendant tout ce temps, il semble que le gouvernement américain n’ait pas de plan B ou de soi-disant plan B.

Alors que le régime iranien continue avec défi de développer et de faire avancer son programme nucléaire. Il a récemment fermé deux caméras de surveillance installées par l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies, et il a été signalé qu’ils retiraient au moins 25 autres caméras.

Selon un reportage diffusé par la télévision d’État iranienne, le gouvernement a fermé les caméras à l’extérieur de la zone protégée pour mesurer la surveillance de l’enrichissement en ligne et les débitmètres.

En fermant les caméras de surveillance, le système empêche efficacement l’Agence internationale de l’énergie atomique de surveiller les activités nucléaires de l’Iran, y compris ses centrifugeuses et l’enrichissement d’uranium.

Rafiqzadeh a poursuivi : Les religieux qui dirigent l’Iran continuent de tromper en prétendant que leur programme nucléaire est à des fins pacifiques, et non la fabrication d’armes nucléaires.

Il a ajouté : Si tel est le cas et que le régime n’a rien à cacher en ce qui concerne ses activités nucléaires, pourquoi ferme-t-il les caméras de surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique ?

Alors que l’administration Biden continue de miser sur des « négociations » auxquelles elle ne participe même pas elle-même, l’Iran a enrichi une grande quantité d’uranium, d’une pureté de 60%, et ce pourcentage est une étape technique pas loin des 90% de pureté nécessaire pour créer une arme nucléaire.

Même la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont récemment averti que la dernière action du gouvernement iranien raccourcit le temps qu’il faudra à l’Iran pour construire sa première arme nucléaire et alimente les soupçons sur les intentions de l’Iran.

En outre, l’administration Biden a récemment reconnu que l’Iran n’avait que quelques semaines pour acquérir une capacité d’armement nucléaire.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a émis les derniers avertissements lors d’une audition devant la commission des relations étrangères du Sénat américain le mois dernier.

Rafiqzadeh a ajouté que l’administration Biden devrait savoir que la Russie et la Chine ne feront pas pression sur les dirigeants du régime iranien pour qu’ils coopèrent avec l’Agence internationale de l’énergie atomique ou cessent leurs activités nucléaires.

De plus, le régime de Téhéran a montré ces dernières années et lors des cycles de négociations précédents qu’il n’avait absolument aucune volonté de ralentir son avancée nucléaire.

Si l’administration Biden permet à l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, le président Biden et ses collaborateurs seront tenus responsables de leurs actions qui ont déstabilisé la sécurité internationale et mis le monde en danger.

Dans le cas où l’Iran acquiert des armes nucléaires, il y a aussi la possibilité plus dangereuse que ces armes tombent entre les mains des mandataires et des milices de l’Iran, ou que le régime partage sa technologie nucléaire avec ses mandataires et ses alliés, y compris la Syrie et les talibans. en Afghanistan.

Rafiqzadeh déclare : « Le régime iranien construit déjà des usines d’armement à l’étranger et fabrique des missiles balistiques et des armes avancées à l’étranger. Ces armes comprennent des missiles à guidage de précision qui utilisent une technologie de pointe pour atteindre des cibles spécifiques.

Il est également important de se rappeler que le principal pilier du régime iranien repose sur la priorité accordée à la réalisation de ses idéaux révolutionnaires en exportant son propre système de gouvernement dans d’autres pays du monde, et c’est une tâche principale des dirigeants de l’Iran dans les pays adoptés. leur constitution.

Rafiq Zadeh estime qu’il est impératif que l’administration Biden fasse connaître les symboles du régime en toute sécurité en Iran après que le monde l’aura accepté comme État nucléaire. Le programme de missiles balistiques du régime iranien, lié à son programme nucléaire douteux, doit également être stoppé.

Rafiqzadeh a déclaré que le gouvernement Biden doit immédiatement mettre en œuvre son plan d’urgence (plan B) et que le régime iranien doit comprendre que des options militaires contre les installations nucléaires iraniennes sont sur la table dans le cadre de ce plan.

Rafiqzadeh a conclu son rapport en disant : « Les États-Unis doivent faire comprendre au régime iranien qu’eux-mêmes et leurs alliés ne permettront pas à ce régime de s’armer d’armes nucléaires et de se présenter comme une autre menace nucléaire sur la scène mondiale.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.