Journal du Maroc | La banque étrangère tunisienne TF BANK sur le devant de la scène : que se passe-t-il dans les succursales de Tunis et de Paris et qu’y a-t-il derrière l’engagement en faveur du pool britannique ?

Il y a quelques jours, la nouvelle circulait dans les milieux économiques et financiers du pays que la cession à TF BANK de la Tunisie était ratée, le Comité Technique du Ministère des Finances s’est réuni

En fin de semaine dernière, après avoir reçu trois offres d’achat, elle a décidé de vendre à la banque au profit d’un groupe d’investissement britannique dénommé INVEMA Group, un groupe d’investissement sur lequel l’Etat tunisien ne dispose pas de toutes les données et informations suffisantes, ses histoire et activités.
Il est à noter que malgré les grandes difficultés financières que connaît la banque depuis de nombreuses années, notamment ces dernières années sous la tutelle de l’administration publique actuelle, l’autorité de tutelle n’a pas été en mesure de trouver les solutions nécessaires pour déterminer les responsabilités du banque de partir sans attendre les résultats de l’examen détaillé et la décision du superviseur.
contrôle et inspection
« Le Maroc » a appris qu’après un processus de contrôle et d’audit approfondi, la banque a constaté de nombreuses infractions, notamment en termes de gouvernance, de gestion et de suivi, dans les deux succursales en France et en Tunisie. Dans l’un des appartements de la banque à Paris, à faible coût , il soulève de nombreux doutes sur la méthode de confiscation et le processus de vente, en plus de présenter de faux budgets au conseil et d’autres abus, dont les responsabilités devraient être déterminées avant la confiscation à la banque, dont la vente soulève polémique généralisée et grandes questions, notamment en termes de gestion, comment l’État tunisien peut-il passer à côté de cette énorme opportunité d’investissement au lieu de travailler à la réformer, la restructurer et la reconstruire, conformément aux exigences de la réalité actuelle dans laquelle vit le pays, sachant que la Tunisie est le seul pays arabe à disposer d’une licence bancaire de n Les autorités françaises qui refusent de délivrer une licence. Pour n’importe quel pays il y a une vingtaine d’années, il convient également de noter que cette licence permet à la Tunisie d’ouvrir de nouvelles succursales dans toute l’Union européenne, ce qui constitue un défi. Depuis de nombreuses années, la direction de la banque est informée de la stratégie d’expansion de l’activité envisagée. , dont le plus important a été l’ouverture de succursales dans certains pays européens, et cela ne s’est pas produit jusqu’à ce moment pour des raisons inconnues.
vente en gros violations
Il est à noter que la banque étrangère tunisienne a été créée. En 1977, c’est une richesse économique nationale à préserver et à exploiter comme une opportunité d’investissement qui a toujours joué un rôle important dans les échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Union Européenne, la France en particulier.
Le Maroc a également appris que la banque a récemment fait l’objet d’un processus de surveillance et d’audit par les autorités financières françaises et attend le rapport final sur la manière dont un investisseur financier étranger ou local peut prendre le risque d’acquérir une banque menacée de péchés financiers par les autorités françaises et grevé d’abus administratifs et financiers surveillés par toutes les structures de contrôle chargées des opérations d’audit et de contrôle tant par les autorités tunisiennes que françaises. De nombreux problèmes et qui est derrière le processus de vente et cette confusion stratégique dans une affaire, qui peut être la plus controversée au cours des prochains jours et dans l’intérêt de ceux qui se soucient d’eux-mêmes.
En fait, le processus de confiscation dans la banque au profit d’un partenaire étranger doit être envisagé et suivi par la plus haute hiérarchie du pouvoir pour contrôler et définir les responsabilités et lever les obstacles à qui le mérite, qui l’a fait et qui a été impliqué, et tous pour poser mis à nu les circonstances et pourquoi dans une banque au rang de richesse nationale est gaspillée après avoir été jetée dans des labyrinthes de péchés, de risques et d’abus administratifs et managériaux au lieu d’investir et d’ouvrir des succursales pour eux dans tous les pays européens qui Portant le nom de Tunisie, le le but est devenu de vendre des chameaux avec ce qu’ils transportaient.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.