La base du droit des États à l’énergie atomique


La base du droit des États à l’énergie atomique

Écrit par : Dr. Adel Amer

Les relations internationales contemporaines sont caractérisées par la complexité et l’interdépendance résultant des développements importants et rapides que le système politique international a connus depuis la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’à nos jours, et le plus important de ces développements est l’énorme progrès de la technologie militaire représenté dans l’émergence des armes nucléaires Les principaux déterminants de la réputation internationale

Sans aucun doute, la possession d’énergie nucléaire par les États est l’une des caractéristiques les plus importantes de la supériorité militaire et économique, et il est clair que ces armes jouent un rôle important dans la stratégie de dissuasion, empêchant les guerres directes entre les grandes puissances, ce qui a été démontré pendant la guerre froide. . Le différend au Cachemire a peut-être également incité le Pakistan à acquérir des armes nucléaires pour équilibrer la dissuasion avec l’Inde, qui possède également des armes nucléaires.

En regardant Israël, sa possession d’armes nucléaires pourrait être due au fait qu’il est un pays avec des ambitions illégitimes de contrôler de vastes zones du Moyen-Orient. Quant à l’Iran, le monde occidental pense que l’Iran s’efforce d’acquérir des armes nucléaires pour plusieurs raisons, par exemple : dissuader Israël, libérer la Palestine ou équilibrer le pouvoir avec l’Amérique, toute la région du Golfe, surtout après la guerre Iran-Irak.

Par conséquent, il est nécessaire de discuter de l’efficacité et de l’impact de la propriété des capacités nucléaires par les États sur la communauté internationale. Il est vrai que dans ce domaine la dialectique du rapport entre la possession de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques et son développement pour la production d’armes nucléaires découle de la dialectique du rapport entre puissance et capacité. C’est un droit aux termes du traité lui-même. C’est un droit inaliénable pour tous les États contractants sans discrimination. C’est une obligation qui incombe aux États qui possèdent l’énergie et la technologie nucléaires, une obligation qui sert les intérêts des autres États contractants. détenir la technologie nucléaire à des fins pacifiques est une chose, développer et produire des armes nucléaires en est une autre.

Dans un monde bipolaire, le contrôle de la prolifération des armes nucléaires est « plus facile », et les armes nucléaires sont connues pour empêcher les guerres directes entre grandes puissances. La stratégie de dissuasion est en vogue et semble avoir fonctionné malgré les tensions de la guerre froide.

Les deux superpuissances négocièrent le traité de non-prolifération nucléaire en 1960, car les acquéreurs de la technologie nucléaire ne voulaient pas empêcher le développement civil de l’énergie nucléaire avec tous les intérêts économiques qui l’accompagnaient, en s’assurant que les technologies étaient contrôlées pour éviter les attaques militaires. égaré.

Selon le chercheur universitaire et stratège politique Gayrard Chalian, « Le contrôle de la prolifération des armes nucléaires vise (aussi) à retarder – dans la mesure du possible – la possibilité pour les puissances centrales, notamment lorsqu’elles sont hostiles, de devenir un refuge. il s’agit de conserver la capacité de maîtriser les plus faibles. »

Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires a été signé le 1er juillet 1968 et est entré en vigueur le 5 mars 1970 après avoir été ratifié par le gouvernement dépositaire (les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et l’Union des Républiques socialistes soviétiques ) ) et quarante autres signataires . Aujourd’hui, il est signé par presque tous les pays sauf l’Inde, le Pakistan et Israël (la Corée du Nord s’est retirée du traité après l’avoir signé).

Le principe de base du TNP repose sur la distinction entre les États dotés d’armes nucléaires qui ont fait exploser une bombe nucléaire avant janvier 1967 et les autres États qui ne possèdent pas d’armes nucléaires. Les premiers États (États-Unis, Union soviétique, États-Unis Royaume-Uni, France et Chine) – les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – en signant le traité de ne pas aider d’autres pays à acquérir des armes nucléaires, et les seconds pays s’engagent à ne pas produire ou rechercher des armes nucléaires.

Sur cette base, un arsenal de textes (dont la fonction de surveillance conférée à l’Agence internationale de l’énergie atomique, créée en 1957) a défini les mécanismes de mise en œuvre de la non-prolifération nucléaire, adressés aux États signataires.

La seule considération susceptible de réduire le déséquilibre envisagé dans le TNP réside dans les obligations imposées par l’article VI du texte du traité : « Chaque État partie s’engage à mener de bonne foi les négociations nécessaires sur des mesures efficaces relatives à la course aux armements nucléaires à un un désarmement précoce et nucléaire, et un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace.

États non signataires possédant des armes nucléaires :

Malgré les traités de non-prolifération, la bombe fait un retour en Asie en 1998 avec des essais par l’Inde et le Pakistan, mais les deux pays ne sont pas signataires du TNP. « L’Inde a toujours refusé de signer le TNP en raison de son caractère discriminatoire, l’Inde estimant que le traité ne fait que légitimer le monopole de la possession d’armes nucléaires et qu’il est défendu par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies », déclare Isabel Cabatte, qui rédige une thèse de doctorat sur le sujet.

L’Inde a également refusé de signer le traité d’interdiction des essais nucléaires. Quant au Pakistan, il a toujours aligné sa politique sur celle de l’Inde : « Il ne signera pas tant que l’Inde ne l’aura pas fait. » Les États-Unis ont imposé des sanctions aux deux pays, qui ont fini par lever la plupart d’entre elles. Les cas de l’Iran, d’Israël et de la Corée : trois pays et trois cas différents Le développement nucléaire de l’Iran a commencé en 1950 avec l’aide des États-Unis, sans parler de la France en 1970. L’Iran a signé le Traité de non-prolifération nucléaire en 1968 et l’a ratifié en 1970. Fin 1980, les technologies d’enrichissement de l’Iran (avec le Pakistan) et l’Iran, après avoir été soupçonné de vouloir acquérir des armes et d’être partie au contrat, entrent en conflit avec la société et imposent des sanctions. Le cas de la Corée du Nord est différent car le pays s’est retiré du TNP avant de commencer ses essais nucléaires.

Enfin, Israël, qui n’a pas signé le traité, maintient son ambiguïté sur ses capacités nucléaires militaires.

« D’autres pays ont la technologie et les connaissances scientifiques nécessaires pour construire rapidement des armes nucléaires, et donc ces pays peuvent officiellement confirmer qu’ils n’ont pas de telles armes », lit-on sur le site Diplo.

Reste désormais le statut de « pays émergents », c’est-à-dire des pays connus pour leur capacité à se doter rapidement d’armes nucléaires mais qui ne les ont pas développées, et parmi ces pays les Etats-Unis ont (à tort) placé et envahi l’Irak, mais d’autres pays peuvent entrer dans ce classement, mais le concept est encore ambigu. Il semble que l’Iran tombe dans cette catégorie et il existe d’autres pays qui peuvent enrichir l’uranium comme l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil et le Japon.

Dans un monde multipolaire, l’absence de système de sécurité semble pousser les puissances centrales à renforcer leur arsenal. Jusqu’à ce que vous acquériez une arme nucléaire. Le système actuel de non-prolifération nucléaire, basé sur l’inégalité entre les pays avec et sans bombe, pourrait être voué à l’échec.

La possession de la technologie de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques est d’une part un droit pour les pays qui ne possèdent pas cette technologie et d’autre part une obligation pour les autres pays qui ont une production d’énergie nucléaire. Dans la Résolution n° 154/2004 du Conseil de sécurité : En avril 2004, le Conseil de sécurité a adopté la Résolution n° 1540, qui imposait des obligations aux États en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies et établissait leur engagement à trois obligations liées à l’utilisation de l’énergie nucléaire, le premier pour empêcher tout soutien aux acteurs non étatiques en quête de technologie nucléaire, le deuxième pour adopter une législation nationale efficace garantissant que les matières et équipements nucléaires n’atteignent pas des entités non étatiques, et le troisième pour fournir une aide à la prolifération à partir de matières nucléaires et du matériel aux organisations non gouvernementales.

Dans cet axe lié au droit de posséder l’énergie nucléaire, le chercheur soulève une problématique qui se pose dans la question suivante : Le droit de posséder l’énergie nucléaire à des fins pacifiques s’étend-il au droit de réaliser des essais nucléaires et de développer la technologie nucléaire ? Il pense que lorsque le traité de non-prolifération nucléaire a été rédigé, l’Amérique et la Grande-Bretagne ont convenu de limiter le droit de mener des essais nucléaires aux seuls États dotés d’armes nucléaires à l’époque, et donc les États non dotés d’armes nucléaires ont été empêchés de le faire. . L’article 5 du traité stipule : Le Traité prendra les mesures appropriées pour garantir que les États non dotés d’armes nucléaires parties au présent Traité bénéficient des avantages qui peuvent résulter de toute utilisation pacifique des explosions nucléaires, sur une base non discriminatoire, conformément aux aux dispositions du présent Traité et sous la surveillance internationale appropriée d’un organisme international compétent. Il a une représentation adéquate des États non dotés d’armes nucléaires

La base du droit des États à l'énergie atomique

La base du droit des États à l’énergie atomique

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.