La filiale française d’Easyjet menace de grève pendant les vacances

Paris: Les syndicats de la filiale française d’EasyJet ont menacé de faire grève pendant la période des vacances pour obtenir une augmentation de salaire, et la direction a annoncé lundi sa volonté de poursuivre les négociations pour éviter les annulations de vols.

Le représentant du National Commercial Cabin Crew Union, William Bourdon, a déclaré à l’AFP que si aucune annonce officielle de la grève n’avait été faite, les syndicats du personnel navigant commercial et la direction de l’entreprise se sont divisés jeudi sur l’échec des négociations annuelles obligatoires.

Il a expliqué que si le syndicat paritaire formé avec le Syndicat des équipages de l’aviation civile demande que les salaires augmentent en fonction de l’inflation, l’entreprise propose « moins de 6% » pour les salaires totaux, qui comprennent des éléments fixes et variables.

Bourdon a confirmé que « dans le même temps, la société a décidé de transformer la compagnie d’assurance en une compagnie d’assurance maladie ». « Les augmentations de cotisation que nous verrons en janvier en raison de ces mauvaises décisions ne seront pas compensées. (…) Nous avons une augmentation de 94% de notre fonds de prévoyance », a-t-il déclaré.

Un « processus de règlement des différends » entre la direction et les syndicats a débuté lundi après l’échec des négociations annuelles obligatoires, mais Bourdon s’est dit pessimiste quant à l’issue des négociations.

Jeudi, le Syndicat national des équipages aériens des vols commerciaux a mis en garde contre un « risque majeur que les équipages cessent de travailler pendant les fêtes de fin d’année » et « a exhorté la direction à reconsidérer sa position ».

« Nous adhérons toujours à la logique du dialogue », a déclaré lundi à l’AFP Bertrand Godino, le directeur général de la compagnie, « bien que nous soyons très déçus que des équipages menacent publiquement des vols commerciaux de prendre des passagers en otage pendant les vacances, alors que des négociations sont en cours ». « 

Il a expliqué qu’il avait proposé aux syndicats du personnel navigant en France (…) lors des négociations annuelles obligatoires une offre compétitive et une inflation supérieure à la moyenne sur les 12 derniers mois, et que malheureusement cette offre avait été rejetée.

Et il a estimé que les revendications du syndicat « étaient peut-être complètement étrangères à la réalité économique de l’entreprise » alors que « nous venons de traverser la plus grande crise de notre histoire et nous avons perdu de l’argent ces trois dernières années ». Nous sommes toujours dans une situation fragile. »

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *