La FINUL réaffirme sa coopération étroite avec l’armée libanaise malgré les changements dans leurs missions

Hamadeh : le « Hezbollah » craint les conséquences de la dernière résolution du Conseil de sécurité

Les forces de maintien de la paix opérant dans le sud du Liban (FINUL) ont envoyé un message pratique de réconfort après avoir renouvelé leur mandat le 31 août, annonçant qu’elles continueront à « travailler en étroite collaboration avec les Forces armées libanaises, comme nous le faisons depuis la publication de la résolution 1701 de l’ONU ». du Conseil de sécurité. » Alors que les Libanais voient dans les changements apportés à leurs missions par texto « jusqu’ici ne dépassant pas leur portée théorique », bien que leurs implications politiques aient « attisé les craintes du Hezbollah », selon un député libanais Asharq Al-Awsat a dit.

La résolution 2650 du Conseil de sécurité, publiée à la fin du mois dernier, prorogeant le mandat de la FINUL a suscité la controverse dans l’arène libanaise lorsque les Libanais ont vu pour la première fois qu’elle incluait des changements au mandat de la mission, affirmant que la FINUL « n’exige pas l’autorisation préalable ou l’autorisation de quiconque pour accomplir les tâches qui lui sont confiées. » et qu’il est « autorisé à mener ses opérations de manière indépendante », conduisant le Hezbollah à contester la décision.

Toutefois, la FINUL confirme que « rien n’a changé en termes de coordination et de coopération avec l’armée libanaise », soulignant qu’elle mène ses tâches et opérations « comme par le passé » avec ou sans l’escorte de l’armée libanaise, notant que vos forces armées organisent plus de 430 patrouilles quotidiennes dans votre zone d’opérations. L’armée libanaise ne participe pas à certains d’entre eux en raison de leur rareté en nombre et de leurs faibles ressources, un point soulevé dans la résolution du Conseil de sécurité concernant la demande à la FINUL de continuer à fournir une assistance à l’armée pour la deuxième année consécutive.

« La FINUL a toujours eu pour mandat d’effectuer des patrouilles dans sa zone d’opérations, avec ou sans l’armée libanaise », a déclaré un porte-parole de la FINUL dans un communiqué. « Cependant, nos activités opérationnelles, y compris les patrouilles, se poursuivent en coordination avec les Forces armées libanaises, même si elles ne nous accompagnent pas. » du Statut des forces de la FINUL signé en 1995″, a-t-il déclaré. Il a souligné : « Nous travaillons en étroite collaboration avec les Forces armées libanaises au quotidien et rien n’a changé.

La mission internationale l’a prouvé en pratique dans ce qui semblait être un message rassurant en réponse au débat libanais. Et la « FINUL » a déclaré dans un communiqué hier, mardi, que les casques bleus « continuent de travailler en étroite collaboration avec les forces armées libanaises, comme nous l’avons fait depuis la publication de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU », qui a été publiée en 2006. Il faisait référence à une patrouille conjointe parmi les patrouilles régulières avec l’armée libanaise et est l’un des journaux prévus précédemment coordonnés entre les deux parties. Le général de brigade Ignacio Olzabal Ellors, commandant du secteur Est et commandant du bataillon espagnol de la FINUL, a participé à cette patrouille « pour soutenir et améliorer les relations de travail étroites entre les unités de la FINUL et l’armée libanaise ».

Cependant, les phrases, qui sont apparues pour la première fois en bonne place dans la dernière résolution du Conseil de sécurité, sont considérées par les responsables libanais comme des « changements », mais ils les considèrent comme « jusqu’à présent théoriques » résultant principalement de « pratiques qui ont commencé il y a 16 ans ». mouvement des forces internationales. » Selon un membre du bloc de l’Assemblée démocratique, le député Marwan Hamadeh, qui estime que le Hezbollah « a agi comme il l’entendait dans le sud, contrairement à la résolution 1701 », a-t-il ajouté, que le parti « restreint la mouvement des forces internationales et empêche tout raid, et il utilise certaines cellules villageoises pour perturber le travail des forces internationales ».

Hamadeh a déclaré à Asharq Al-Awsat : « Les plaintes se sont accumulées année après année et certains dirigeants des forces armées internationales ont négligé ou toléré cette réalité, tandis que d’autres s’en sont plaints dans leurs rapports réguliers au Secrétaire général des Nations Unies, décrivant cette situation comme totalement contre. » le contenu du 1701. »

Hamadeh estime que le « Hezbollah » a vidé la décision de sa substance, notamment en ce qui concerne le transfert d’armes vers le théâtre d’opérations au sud du Litani, ajoutant que la décision « permet aux forces internationales une liberté de mouvement en coordination avec l’armée , mais l’armée n’a pris aucune des mesures énoncées dans la résolution, mais ce qu’elle a fait. Ce n’était rien d’autre qu’une (retraite) lorsque les patrouilles ont rencontré des problèmes avec les civils dans les villages.

Sur la base de cette réalité, Hamadeh affirme que dans les amendements qu’elle a reçus au mandat de la FINUL en vertu de la récente résolution n° 2650, les Nations unies « ont utilisé un bâton plus épais que la résolution 1701, et le vote du Conseil de sécurité l’a soutenu », considérant que « contrairement aux fois précédentes, le vote a indiqué que les Russes et les Chinois voient désormais qu’il n’est plus acceptable de vider la résolution de son contenu et d’utiliser les forces armées internationales comme de faux témoins de ce qui se passe est mis en avant par les pays participants dans la mission de l’ONU ou par les bailleurs de fonds de l’opération, qui sont principalement des pays occidentaux.

Hamadeh ne voit pas les dangers de ce changement pour l’instant, car « il reste théorique et limité au texte tant que la force qui continue à contrôler le sud (le Hezbollah) est encore forte », a-t-il dit, mais cette décision « peut en l’occurrence « l’aggravation de la situation conduira à des mesures pratiques » et fait référence à tout développement militaire ou sécuritaire ou même à un tir momentané sur Israël ou à tout éperonnage naval qui entraînerait une confrontation, ajoutant : « Si un développement similaire se produit, la communauté internationale Une armée peut se voir attribuer un rôle plus important sans nécessiter d’efforts majeurs pour changer le rôle. » Il a noté que la décision dans sa nouvelle forme « n’a pas atteint le chapitre VII, mais s’en est rapprochée ».

En conséquence, Hamadeh estime que le Hezbollah « craint à l’horizon lointain que la mission s’étende pour couvrir l’ensemble de la frontière pour contrer les transferts d’armes à travers la frontière », notant que les frontières libanaises seront dans un premier temps surveillées « ainsi que les frontières maritimes ». Il a ajouté: « Le Hezbollah a peur des répercussions de cette décision, donc tout changement supplémentaire le déplacera vers le chapitre VII, par opposition à ce qui a été approuvé, qui est interprété comme étant sous le chapitre VI et juste au-dessus, aggravant ainsi le parti contre le changements. » Il estime que ce changement « assure aux souverains au Liban que les forces internationales mèneront un jour une mission plus large sous la 1701, car la résolution 1701, à proprement parler, n’a pas encore été mise en œuvre ».


Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.