La France a insulté les Marocains… et ici Raissouni s’est trompé… et un ministre s’est envolé pour Zanzibar !

Un tragique accident est récemment arrivé à une touriste française en visite au Maroc lorsqu’elle est décédée des suites d’une attaque de chiens errants après s’être éloignée des centres de population de la ville de Dakhla, au Sahara occidental, dans l’extrême sud du pays sous contrôle marocain. Le cas est que « Dakhla » où la regrettée citoyenne française a passé ses vacances, comme de nombreux touristes étrangers, est une ville marocaine belle et sûre, habitée par des citoyens marocains très sérieux et connaissant un fort mouvement de développement, ainsi qu’accueillant de nombreux événements internationaux qui toute l’année dans les domaines du sport, de la culture, de l’art, de l’économie, de la politique et autres.
En fait, le langage des médias français sur les questions sahariennes dérive du dictionnaire politique utilisé à l’Elysée, qui reflète la vision qu’y ont au pouvoir le conflit artificiel d’il y a près de cinquante ans. Dès lors, aujourd’hui le Maroc semble résolu en la matière et demande à son vieil ami (plutôt au vieux colonialiste) une totale clarté, ce qui signifie qu’il reconnaît la marocanité du Sahara et l’importance du projet d’autonomie qu’il contient. Friend » a choisi de se pencher vers les douves de l’adversaire.
C’est le discours qui circule dans les médias marocains aux côtés du tollé d’Ahmed Raissouni, leader de l’Union internationale des savants musulmans, qui a menacé de ramper jusqu’à Tindouf lorsque les Marocains ont obtenu le feu vert de leur chef suprême. Raissouni a parlé de « Tindouf » non pas parce que c’est une région algérienne, mais parce qu’elle accueille des séparatistes qui en ont fait leur quartier général et leur administration, où ils reçoivent des « ambassadeurs » de pays dont l’Algérie, mènent des exercices militaires qui menacent le Maroc, et reçoivent Aide alimentaire internationale.
Les propos de Raissouni, reflétant son point de vue purement personnel, auraient laissé place à la rétroaction s’il s’était arrêté là ; Cependant, son intrusion en Mauritanie et la considération que selon les données historiques (selon lui) elle appartient au Maroc, l’ont fait tomber dans une chute non calculée et inacceptable, surtout compte tenu des liens fraternels forts qui lient les peuples marocain et mauritanien.
Et si des propos similaires à l’ancien secrétaire général du Parti de l’Indépendance, Hamid Chabat, lui ont fait payer un lourd tribut pour avoir considéré la Mauritanie comme un pays marocain, et ce fut l’une des raisons qui ont conduit à son exclusion du sommet de l’activité politique, alors Est-ce que Raissounis ‘Flip’ sur les frères mauritaniens il y a six ans a provoqué la colère des érudits musulmans, les amenant à rejeter sa présence continue à la tête de leur organisation mondiale ?!

Sevrage de « Mama France » !

Les médias français ne s’intéressent pas à ce qu’il advient des milliers de Marocains auxquels Paris a refusé l’entrée sur son territoire, sachant que la décision n’exclut même pas les étudiants, politiques, hommes d’affaires, sportifs, artistes et autres… Après que les dossiers aient été préparé et après une longue attente, le refus injustifié arrive et l’argent versé par un étudiant est perdu.
La France ne se contente donc pas d’insulter les Marocains avec ce comportement inacceptable, mais vole volontairement leur argent de 100 euros pour chaque visa, que la demande soit acceptée ou rejetée. On peut imaginer combien d’argent les consulats de France au Maroc gagnent grâce aux frais de visa refusés !
C’est la « Mama France » que beaucoup de gens utilisent à la télévision et à la radio, dans les forums économiques locaux et les séminaires intellectuels, dans les écoles missionnaires et les écoles qui l’imitent… Elle récompense les Marocains de ce comportement et ils les considèrent comme de vieux amis et partenaire stratégique !
En d’autres termes, Mama France étend toujours son influence linguistique et économique à de nombreux secteurs au Maroc, et les diplômés de l’Ecole des Ponts et Chaussées de Paris occupent toujours de hautes fonctions à Rabat, y compris des postes ministériels.
La France se fâche lorsqu’elle apprend que le Maroc a l’intention de conclure un accord économique ou militaire avec un autre pays ; Aujourd’hui, par exemple, il vise à exclure la Chine de l’accord de construction de la deuxième ligne à grande vitesse qui reliera Marrakech à Agadir, après que la France a financé la première partie du même train reliant Tanger à Casablanca.
La France a produit une élite de Marocains qui, à quelques exceptions près, sont coupés de leur identité et de leurs racines ; Une élite qui n’a pas les certificats qu’elle reçoit de Paris pour mener à bien les tâches difficiles qui lui sont confiées. Une élite qui bégaie et s’embrouille lorsqu’on lui demande de parler aux médias ou au Parlement et autres institutions !
Est-il temps de se sevrer de Mama France ?

Le ministre avait-il raison ou tort?

La ministre marocaine du Tourisme, Fatima Zahra Amour, est le produit de cette école francophone, qui se soucie de l’enveloppe et néglige l’essentiel, d’où un manque de sens politique et de mérite administratif. Laissant de côté toute catégorisation des mots dans une « campagne systématique » ou toute « intimidation » basée sur le sexe, il est établi que l’officielle ci-dessus a commencé le monde et ne l’a pas encore fait parce qu’elle a fait un pas non calculé ; Sur son compte virtuel, elle a publié des photos d’elle et de sa famille lors de vacances sur l’île de Zanzibar en Tanzanie.
Les choses auraient semblé normales si Mme Amour n’avait pas été à la tête du ministère du Tourisme. Dans ce cas, cependant, la contradiction est claire et l’erreur est constante, car il était plus approprié que l’estimée ministre fasse d’abord de la propagande touristique pour son pays et donne l’exemple aux citoyens eux-mêmes et soit également cohérente dans le discours promu par son ministère sur la promotion du tourisme intérieur ainsi que sur l’incitation des touristes étrangers à visiter le Maroc !
Les défenseurs de la ministre, ravis de sa visite à Zanzibar, y ont vu l’occasion de critiquer la réalité du tourisme marocain par rapport à ses homologues des autres pays, et aussi de plaider pour le droit de la femme concernée à sa vie privée liée à ses décisions elles-mêmes pendant leurs vacances.
Les opposants ont affirmé que la ministre marocaine du Tourisme s’est emparée de la promotion gratuite du tourisme dans un autre pays tant qu’elle est une personnalité publique et qu’elle a des adeptes fidèles de son compte virtuel. Si elle s’était seulement rendue à Zanzibar et n’avait pas publié de photos, il n’y aurait pas eu de place pour les commentaires, les critiques et les reproches… « Dieu suffit aux croyants pour se battre ! »

« Le chameau est allé avec ce qu’il portait » !

Le football au Maroc est le plus bel exemple de ce que les frères égyptiens appellent le « Complexe de Khawaja », c’est-à-dire la fascination pour l’autre/l’Occident, lui donnant priorité et privilège.
La discussion sur ce « complexe » a été renouvelée dans les médias et les réseaux sociaux, dans ce qui a été qualifié de « divorce à l’amiable » entre l’entraîneur étranger Vahid Halilhodzic et la Fédération marocaine de football surnommée la « Fédération royale marocaine de football ». Abdul, le maigre résultat de cet entraîneur, a reçu une « grosse » somme d’argent pour la rupture. Lorsque la FA marocaine dément la somme citée par l’hebdomadaire John Afrique, la simple référence au salaire que l’entraîneur Waheed a versé suscite mécontentement et étonnement ; Cela revient à environ 80 000 $ par mois sans compter les bonus et autres récompenses !
Le chameau «Haliluzic» est parti avec ce qu’il transportait… et a laissé un débat interminable sur le budget exorbitant alloué au football au Maroc en échange de mauvais résultats sur les forums sportifs internationaux. En fait, il serait plus logique d’utiliser ces fonds pour réparer les dysfonctionnements de la santé, de l’éducation et du développement rural !

Écrivains du Maroc

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.