La France au Liban : le FMI ou la faim !

Lina Fachreddine – Actualités

La France utilise professionnellement la politique d’intimidation pour exhorter le Liban à conclure un accord avec le Fonds monétaire international sous peine de famine. Paris ne trouve pas de meilleure option que cette option pour sortir de la crise économique et sociale, la considérant comme « la seule et dernière chance ».

Il est vrai que le Liban est en pleine crise, mais la France semble plus « brûlée » que les Libanais eux-mêmes pour chercher une solution pour sortir le pays de sa crise. Peut-être que Paris veut prouver que la « main blanche » qu’il utilise au Liban a mûri et que l’option de la donner au Liban était digne de confiance. Dès lors, les responsables français se sont fermés les portes et ont longtemps pensé à trouver une solution unique : le Fonds monétaire international. Une solution plus proche de la solution est celle à laquelle Paris s’en tient, sans se soucier du fait que les 3 à 3,5 milliards de dollars ne résoudront pas la crise, puisque le montant à l’origine ne couvrait pas le déficit annuel du compte courant de 2,5 milliards de dollars, et il ne faites attention au Liban, qui s’endettera davantage en devises fortes qu’il n’a pas, ce qui était à l’origine l’une des principales causes de l’effondrement économique. Paris a fait la sourde oreille à la discussion, s’accrochant au parrainage du fonds et menaçant que le pays soit confronté à la famine si sa parole était « rompue » et que les responsables libanais refusent de finaliser l’accord avec lui.
C’est exactement ce qu’a voulu dire le Coordonnateur spécial de l’assistance internationale au Liban, Pierre Dukan, lors de sa rencontre avec plusieurs journalistes au Pine Palace hier soir. Le diplomate français souhaitait que cette rencontre soit la dernière avant le dîner à l’ambassade puis son retour dans son pays. Pendant plus d’une heure, l’homme a essayé de promouvoir l’option du FMI. Pour lui « ce n’est pas une option punitive contre le Liban et ne vise pas à supprimer des emplois et à augmenter les impôts, mais c’est la meilleure option et la seule et dernière chance pour le Liban d’atténuer l’effondrement, d’attirer les investissements et d’obtenir plus d’opportunités d’emplois et de développement social ». et la croissance économique, et elle représente la seule solution pour sortir le pays de sa crise économique Croissance du secteur social et privé.

Dukan se rend compte que ce n’est pas facile, mais c’est « faisable ». Comment ? Le diplomate français reprend ce qu’il a évoqué lors de son récent déplacement des responsables libanais pour exprimer son optimisme quant à l’éventualité d’un grave manquement. Il dit : « Les responsables sont sortis de la phase de déni que j’ai évoquée il y a 6 mois et ont commencé à voir la gravité de la crise, même si certains d’entre eux essaient encore de confirmer qu’ils sont capables de sortir du Liban sortir de la crise . « Pas un iota n’a changé et le Liban a manqué à son engagement envers la communauté internationale de parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international. De fait, il estime que la question du partage des pertes n’est plus leur priorité, soulignant que « chacun a profité des conditions économiques antérieures et chacun porte la responsabilité de cette crise, mais nous devons faire l’impasse sur cette question et sur nous-mêmes ». Pour reprendre les mots d’un diplomate, interrogé sur l’opposition du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, à la mise en œuvre des mesures de réforme, Dukan a déclaré : « Salama n’a pas dit cela lorsque je lui ai rendu visite. « 

Tout simplement, le coordinateur spécial de l’aide internationale au Liban a annoncé la naissance du nouveau modèle économique pour le Liban, mais avec un problème que la France, comme le Liban, reconnaît que gérer et diriger le pays à l’ancienne est la norme est devenu une chose du passé, et ils n’ont aucune idée des caractéristiques du nouveau système économique. Alors Dukan répète ce que disent les Libanais sur les trottoirs des cafés sans présenter de solution ni la vision de son pays d’un modèle qui puisse sortir le Liban de sa crise. Il a répété plus d’une fois le mot « nouvel ordre économique » avant de revenir sur le mot clé de sa rencontre : « Fonds monétaire international ».
Alors il a pris tous ses « crayons » pour embellir le choix du fonds, allant même jusqu’à dire que « les délégués permanents aux Nations unies, dont la Russie et la Chine, s’accordent sur la priorité que doit avoir le Liban ». l’élection du président de la République et accepte le FMI.  » Le Fonds monétaire international  » a souligné qu ‘ » il y a un soutien international pour le Liban et sa stabilité et le président français Emmanuel Macron se soucie du Liban même s’il ne se soucie pas des autres a des intérêts, mais le Liban doit montrer sa volonté de réformer et de légiférer. » Il a ajouté : « Je suis là pour vous soutenir et vous porter le message de la France, mais le Liban doit agir. »
Et si le Liban ne se rapprochait pas du choix fait par la France et l’Occident derrière lui ? Dukan répond : « Le destin sera la famine qui frappe aux portes du peuple libanais et une crise qui s’aggrave. Par conséquent, la communauté internationale ne fournira qu’une aide humanitaire, mais pas par l’intermédiaire de l’État, et la France sera bien sûr parmi les aidants.

Dukan n’était pas le seul à porter la bannière du « fonds », mais était également soutenu par l’ambassadrice de son pays, Anne Greu, qui assistait à la réunion et soulignait l’importance d’un accord avec le Fonds monétaire international qui ne soit pas similaire à celui devenir une dette dans laquelle le Liban s’était précédemment enfoncé. Il appelle à accélérer la conclusion de l’accord alors que la crise russo-ukrainienne a plongé 15 à 20 pays dans une crise similaire à celle de la crise libanaise. Dès lors, « l’accord avec le fonds sera plus difficile car le Liban ne sera pas seul et ne sera pas une priorité pour la communauté internationale ».

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *