La France demande une exemption américaine pour les industries concernées par la loi inflation

L’Inflation Reduction Act (IRA), qui est entré en vigueur en août dernier, vise à réduire le coût de la vie des Américains.

Il comprend non seulement d’énormes investissements dans le secteur de l’énergie et en faveur du climat, mais aussi un soutien financier généreux et des subventions pour les voitures électriques, les batteries et les projets d’énergie renouvelable.

Cependant, bon nombre des subventions ne vont qu’aux produits fabriqués en Australieaux Etats-Unis Et vous aimerez une entreprise, par exemple Tesla Amérique sur les voitures électriques BMW allemandes et l’acier américain pour les projets de parcs éoliens.

L’un des conseillers de Macron a déclaré qu’il n’envisageait aucune révision congrès législation, en particulier avec une Chambre à majorité républicaine.

« On peut imaginer que le gouvernement américain accordera des exemptions à un certain nombre d’industries européennes, peut-être similaires à ce que le Mexique ou le Canada accordent », a-t-il déclaré aux journalistes.

Sauf exception, la chancelière a déclaré que les Européens devraient avancer ensemble pour rester compétitifs à l’échelle mondiale en adoptant leur propre loi, la loi européenne sur l’achat de produits, ajoutant que c’était le message des Américains.

La Présidence française a ajouté que la question était dans l’intérêt des pays européens, car il n’était pas possible de risquer un nouvel affaiblissement de l’industrialisation en Europe à un moment où l’objectif principal était la réindustrialisation.

La présidence française l’admet L’Europe  Il sera difficile de rivaliser avec les États-Unis sur les ressources étant donné les 350 à 400 milliards de dollars inclus dans la législation de réduction de l’inflation.

« Il faut trouver un moyen en Europe pour soutenir cette concurrence », a déclaré le conseiller de l’Elysée.

Macron arrivera à Washington mardi et commencera sa visite officielle le lendemain.

Il sera le premier président français à se rendre deux fois en Amérique, la première en avril 2018 à l’invitation du président républicain Donald Trump, qui a déclenché une guerre commerciale contre l’Amérique. Chine Après quelques mois, il a également touché les pays européens.

La présidence française a déclaré qu’il y avait « une forte volonté de partenariat et de réalignement des relations entre les États-Unis et l’Europe » et que les deux avaient des « objectifs politiques clairs » et devaient « sortir plus forts ensemble de la crise ukrainienne ».

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *