La France est prête à participer à la levée du blocus du port ukrainien d’Odessa

La présidence française a annoncé aujourd’hui (vendredi) que Paris est prête à participer à une « opération » qui permettra de débloquer le port d’Odessa dans le sud de l’Ukraine et d’exporter des céréales ukrainiennes vers les pays dans le besoin.

Un conseiller du président a déclaré : « Nous sommes à la disposition des parties pour formuler un processus qui permettra un accès sûr au port d’Odessa, c’est-à-dire que les navires pourront traverser malgré la présence de mines en mer. Il a souligné la nécessité » que les céréales exportées d’Odessa arrivent sur les marchés où elles sont attendues, en particulier dans les pays africains, à des prix raisonnables », selon le rapport de l’Agence France-Presse.

En réponse aux questions sur l’appel du président français Emmanuel Macron à ne pas « humilier la Russie », le conseiller présidentiel a indiqué que l’Elysée avait précédemment déclaré que la France « veut que l’Ukraine gagne ». Nous souhaitons à l’Ukraine de restaurer son intégrité territoriale.

« Nous espérons que ce conflit, cette guerre que la Russie mène contre l’Ukraine, prendra fin au plus vite », a ajouté la présidence française. Et d’entamer des négociations qui permettront non seulement de rétablir l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine, mais aussi de prendre en compte un certain nombre d’autres éléments très importants tels que la justice transitionnelle (relative aux crimes de guerre commis par les Russes) et l’indemnisation pour guerre dégâts. .. »
https://twitter.com/aawsat_News/status/1534979391956037632

Les commentaires de Macron avaient jeté une ombre sur la position de la France, que certains de ses alliés en Europe de l’Est soupçonnaient d’être plus déterminée à faire respecter un cessez-le-feu dans le conflit, ce qui pourrait signifier reconnaître le contrôle de la Russie sur certaines parties de l’Ukraine.

D’autres pays européens, de la Grande-Bretagne aux États baltes, appellent à un plus grand soutien militaire occidental à l’Ukraine pour l’aider à gagner, tout en excluant toute cession de territoires ukrainiens à la Russie, y compris la Crimée, que Moscou a annexée en 2014.

La présidence française a souligné que « le contrôle militaire de pays étrangers ne peut en aucun cas être accepté ». « Nous disons simplement que l’Ukraine doit gagner sur cette question et que d’autre part nous trouverons les moyens d’établir une paix négociée dans le cadre du respect du droit international et de la souveraineté de l’Ukraine », a ajouté le conseiller présidentiel.


Ukraine

France

Nouvelles de Russie

Ukraine

Guerre d’Ukraine

France

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.