La France fait chanter le Maroc avec des visas… et la démocratie est la porte d’entrée pour mettre fin au conflit du Sahara

Dans cet entretien, Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié, revient sur la situation économique et sociale du royaume après la crise ukrainienne et constate ce qu’elle qualifie d’« échecs du gouvernement » à répondre aux revendications marocaines, notamment par rapport à la montée des les prix à la consommation de la population.

Mounib met également en lumière les objectifs de la « campagne de Paris » vers Rabat après avoir réduit le nombre de visas accordés aux Marocains, et attire également l’attention sur les justifications de la position française ambiguë sur la question du Sahara marocain, dans le même contexte se réfère à la solutions proposées pour mettre fin au conflit.

Voici la conversation complète :

Le Parti du progrès et du socialisme a annoncé qu’il tiendrait des pourparlers avec le Parti socialiste uni sur des questions politiques nationales. Sera-ce l’occasion d’une coordination bilatérale sur les questions touchant l’opposition ?

Tout d’abord, il convient de noter que travailler ensemble n’est pas seulement une question d’action politique ; En fait, il existe un certain nombre d’institutions de recherche dans le Royaume qui travaillent en permanence sur des questions sociales, économiques et culturelles. Ici, nous parlons du Centre d’études et de recherche Bensaid Ait Ydr, de la Fondation Abdel Rahim Bouabid, de la Fondation Ali Yata, de la Fondation Mohamed Abed Al Jabri, de la Fondation Belhassan El Wazzani et d’autres.

Deuxièmement, la réunion du Bureau politique du Parti socialiste unifié et du Parti du progrès et du socialisme s’inscrit dans l’initiative que nous avons lancée à l’égard de tous les partis marocains, afin que chacun prenne sa responsabilité sur ce qui se passe actuellement dans le pays, notamment en compte tenu de la détérioration de la situation des droits de l’homme, de la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens et des prix élevés des biens de consommation.

Les partis, comme le « bloc démocratique », doivent jouer leur rôle de pionniers afin d’éviter au pays une crise cardiaque sous le règne de feu le roi Hassan II. Le contexte national actuel exige de surmonter les différences, de partager la responsabilité de créer une réconciliation historique entre l’État et la société et de développer un nouveau patriotisme.

Troisièmement, le programme de communication du Parti socialiste unifié ne se limitera pas seulement aux partis, mais inclura également des associations sérieuses de la société civile, où se tiendront des tables rondes avec des penseurs, des intellectuels et des politiciens pour présenter des conclusions liées à la situation générale dans notre pays ces derniers temps.

Les calculs politiques ne sont jamais présents dans la perception du Parti Socialiste Uni pour les Réformes au Maroc parce que nous voulons ce qu’il y a de mieux pour ce pays ; Cela nécessite la nécessité de renouveler la psyché de la gauche pour ne pas devenir comme la gauche mondiale qui s’est rendue à la mondialisation et devenir une gauche de droite.

Retour sur les conditions sociales et économiques difficiles au Maroc. Nous constatons qu’en raison du mode de communication traditionnel qui prévaut, le gouvernement ne répond pas de manière adéquate aux attentes marocaines. Que pensez-vous de la communication politique du gouvernement actuel ?

La performance communicative du gouvernement actuel est très faible car le gouvernement n’a pas réussi à transmettre son point de vue aux citoyens. La preuve en est la colère sociale écrasante des individus face aux prix élevés, en particulier les prix du carburant. Tandis que le gouvernement se cantonne à des séminaires de ses porte-parole officiels pour clarifier ses actions officielles.

Cela fait maintenant un an que le gouvernement actuel est entré en fonction, ce qui signifie qu’il a dépensé 20 % du temps du gouvernement ; Mais l’approche politique des gouvernements précédents reste la même dans ce gouvernement. A cela s’ajoute l’irréalisme du programme gouvernemental, qui contient des promesses politiques irréelles.

Le gouvernement doit faire face à la réalité du secteur informel, qui ne trouve personne pour le soutenir dans la conjoncture économique difficile. Nous ne devrions pas simplement le traiter avec une logique de contrôle ; Cela nécessite la nécessité de réformer ce secteur et de l’intégrer dans le travail économique officiel.

Face à tous ces défis économiques, politiques et sociaux, on constate que le gouvernement ne gère pas de gros dossiers même en termes de communication. Parce que le citoyen veut comprendre la nature de la politique publique qui a été décidée, et cela ne sera possible qu’à travers les communiqués de presse officiels avec tous les canaux de communication disponibles.

Le Parti socialiste uni a participé aux élections du 8 septembre et a remporté de nombreux sièges dans plusieurs groupes territoriaux. Comment voyez-vous le travail politique de ces consultants avec cette expérience unique ?

Pour être honnête, je suis fier du travail que font mes camarades dans les conseils élus, que ce soit à Casablanca, Fès, Meknès, Tanger, Agadir, Oujda et d’autres villes. La population a loué les réalisations de notre parti dans ces domaines car les conseillers ont des qualités d’intégrité, d’indépendance et d’efficacité.

Compte tenu de notre conversation sur les communications gouvernementales, je dois faire référence à l’expérience politique et de communication pionnière du parti au Maroc, et cela fait référence au « podcast politique » où les conseillers créent de nombreuses vidéos pour informer le public sur les réalisations sur le terrain dans ces domaines. conseils élus .

Tout cela vise à conjuguer responsabilité et imputabilité, slogan que nous avons toujours revendiqué sur la scène politique marocaine. Mais la réalité est différente : la plupart des élus n’assistent pas aux réunions des conseils élus, ne communiquent jamais avec la population et ne s’intéressent qu’aux affaires personnelles.

Cependant, le Parti socialiste uni a fait face à ces pratiques politiques inutiles et a tenu à une communication constante avec les citoyens, à la diffusion des réunions du conseil sur les réseaux sociaux, à la rédaction de déclarations hebdomadaires sur les résultats, à la correspondance avec les autorités ministérielles traitant des problèmes des régions et à la communication avec la presse. sur les questions sociales et politiques.

Le débat politique sur la réduction du nombre de visas français pour les Marocains se poursuit dans la société au milieu de mois de tensions diplomatiques entre Rabat et Paris. Comment commentez-vous les mesures françaises envers le Maroc ?

La France fait chanter le Maroc pour le forcer à se conformer à ses exigences face au différend sur la question du Sahara marocain. Il est impensable que des cadres marocains hautement qualifiés soient empêchés d’entrer sur le territoire français alors qu’ils remplissent toutes les conditions de visa. L’heure est à la rupture définitive avec la France qui a pillé toutes nos richesses économiques.

Le Maroc est déjà perdant à cause du partenariat inéquitable avec la France ; Peut-être que la tendance marocaine à attribuer le contrat TGV à la Chine a mis l’Elysée en colère contre Rabat. Le monde d’aujourd’hui parle le langage des intérêts, et il n’y a pas de place pour la passion ou l’histoire ; Ce qu’il faut pour travailler avec ce principe pour rechercher des partenariats fructueux.

La France n’a jamais reconnu le caractère marocain du Sahara, malgré sa parfaite connaissance du bien-fondé de la loi ; Cela confirme les véritables objectifs français de sa présence permanente dans toute la région du Maghreb. La France fait du chantage politique contre le Maroc et ne veut que des privilèges économiques et commerciaux ; Mais nos élites politiques corrompues l’aident.

Le Maroc doit être libéré de l’influence française à l’avenir car la France a construit son État sur la base d’accords inéquitables avec le Maghreb, dont l’accord d’Aix-Liban. Alors que la France s’est tournée vers l’Algérie et l’Allemagne vers le Maroc, les pays de la région restent divisés.

L’envoyé personnel de l’ONU effectue un nouveau voyage régional dans la région pour étudier les points de vue sur la question du Sahara marocain ; Mais le processus politique reste enlisé par l’inefficacité des résolutions de l’ONU sur les dossiers. Quelle vision le parti a-t-il pour résoudre le conflit artificiel ?

Le Maroc, en tant que propriétaire légitime, aurait pensé que la communauté internationale le soutiendrait s’il lui présentait des arguments juridiques, historiques et administratifs liés à la marocanité saharienne, qu’il s’agisse de papiers de fidélité, de cartes anciennes, de la loyauté des tribus sahariennes ou études universitaires; Mais le contraire s’est produit.

Le monde ne parle pas le langage de la vérité, mais le langage des intérêts ; Cela nécessite un examen peu performant de la diplomatie parallèle et un renforcement du front intérieur par la démocratie et la promotion des droits de l’homme, ce qui contribuerait à accélérer la résolution du conflit artificiel.

Par exemple, nous dépendons fortement des experts étrangers et des lobbies diplomatiques à l’étranger ; Bien que nous ayons des compétences marocaines de haut niveau, si l’Etat leur en avait donné l’opportunité, elles auraient effectivement contribué à convaincre la communauté internationale de l’efficacité de la proposition marocaine pour le conflit.

Nous, à gauche, ne rejoignons pas la gauche mondiale, qui prône le principe d’autodétermination ; Mais la tendance doit être lue dans le contexte de la guerre froide, lorsqu’elle s’est rangée du côté de l’Union soviétique, la rendant hostile aux monarchies qui soutenaient alors le pôle américain.

Mais la gauche marocaine a été ponctuelle et a défendu la marocanité du Sahara dans les forums internationaux. Citons ici le camarade Mohamed Bensaïd Ait Yedder, qui prévoyait d’organiser un symposium international au Maroc en 2015 et réunissait environ 400 invités du « Polisario », d’Algérie, de Mauritanie, des Nations Unies, de Tunisie et de nombreux Africains ; Cependant, l’événement a été annulé en raison d’un manque de soutien officiel pour organiser la réunion, ce qui a coûté un budget énorme.

A noter également que Mohamed Bensaïd Ait Yedder avait invité une délégation étrangère à une réunion organisée par l’Organisation d’action démocratique populaire et en avait profité pour organiser une visite parallèle au Sahara marocain ; Cela a rendu la délégation fascinée par ce qui se faisait sur le terrain et a admis qu’elle ignorait le bien-fondé du dossier, en dehors de ce qui circulait dans les médias internationaux.

L’Etat marocain a commis des erreurs dans la gestion du dossier ; Mais l’initiative d’autonomie des provinces du sud reste la solution réaliste du dossier et nous devons la défendre dans les instances internationales car il s’agit de terres. Le désert est notre terre et nous ne le quitterons pas ; Cependant, la solution doit se situer dans le cadre de l’intégration des pays du Maghreb.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.