La France propose la quatrième dose aux plus d’octogénaires et exclut un « changement » de sa stratégie actuelle

Publié dans:

Les autorités françaises ont ouvert la porte à la réception d’une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus « pour les plus de quatre-vingts ans qui ont reçu leur dose de rappel il y a plus de trois mois », selon le Premier ministre français Jean Castex. En outre, le Premier ministre a exclu un « changement de stratégie » à un moment où la plupart des restrictions, similaires aux dossiers de vaccination, devraient être levées lundi, malgré sa reconnaissance qu’il y avait une « augmentation des infections » en ce moment.

Dans une interview publiée par Le Parisien samedi, le Premier ministre français Jean Castix a indiqué que la porte à l’obtention d’une quatrième dose du vaccin contre… Coronavirus Pour les personnes de plus de 80 ans ayant reçu leur dose de rappel il y a plus de trois mois.

Castex a souligné qu’il recommandait à « ceux qui sont affaiblis par l’âge ou la maladie de continuer à… mettre le masque à l’intérieur et dans les grands rassemblements.

En outre, le Premier ministre a exclu un « changement de stratégie » à un moment où la plupart des restrictions devraient être levées lundi, à l’instar des dossiers de vaccination, bien qu’il ait reconnu qu’il y avait une « augmentation des blessures » en ce moment.

Et il a poursuivi : « Le Conseil scientifique nous a informés que le sous-mutant PA-2 est la cause la plus importante » du boom épidémique.

Il a déclaré: « Il est plus transmissible que l’Omicron d’origine, mais il n’a pas l’air plus dangereux », notant que « la pression dans les hôpitaux, qui reste notre norme, continue de diminuer ».

Il a ajouté: « Nous allons maintenant ouvrir la porte à la quatrième dose aux personnes de plus de quatre-vingts ans qui ont reçu leur dose de rappel il y a plus de trois mois et qui sont confrontées à une perte progressive d’immunité. »

Le masque n’est plus obligatoire à partir de lundi, sauf pour ceux qui utilisent les transports et se rendent dans les établissements de santé. Les écoles, les commerces et les entreprises sont particulièrement touchés par l’assouplissement, qui auront à l’avenir l’occasion de museler leurs salariés. Les cinémas, restaurants et musées ne sont plus soumis à cette obligation depuis fin février.

FRANCE 24/AFP

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.