La France suspend l’expulsion d’un Marocain infecté par le sida après un message sur les droits de l’homme à Macron

Photo : AFP

Samedi 12 novembre 2022 – 05:00

Une situation difficile pour les patients en situation irrégulière en France, relayée par l’Association franco-marocaine des droits de l’Homme, qui a envoyé une lettre au président Emmanuel Macron pour protester contre des décisions d’expulsion qui ne tiennent pas compte des spécificités humaines de chaque cas.

La dernière pièce de ce dossier est une lettre que ladite association a adressée au président français suite à la décision des « autorités françaises » d’expulser un citoyen marocain atteint d’un sida avancé ; La Commission a décrit cela comme « une violation flagrante des droits de l’homme et une contradiction flagrante avec les traités et conventions internationaux signés par la France en la matière, qui garantissent avant tout le droit aux soins ».

Youssef Al-Idrissi Al-Hassani, président de l’Association franco-marocaine des droits de l’homme, a déclaré qu’après avoir écrit au président français, la Commission a reçu la nouvelle de la « suspension de la décision d’expulsion » dans l’attente du retour de la personne au l’hôpital pour continuer son traitement.

Le président de l’Association franco-marocaine des droits de l’homme à Paris a déclaré dans un communiqué à Hespress : « Ce n’est pas le premier incident de ce genre ; Il y a même eu des incidents où les ministres de la santé et de l’intérieur nous ont écrit pendant le premier mandat de Macron, mais le problème s’est aggravé avec la vague de racisme en Europe et le problème de l’extrême droite qui domine la scène politique. ”

Le porte-parole a ajouté : « La situation a atteint son paroxysme, notamment suite au meurtre de l’enfant Lula par une femme, qui a fait l’objet d’un ordre d’expulsion mais n’a reçu aucune suite. Ici, le gouvernement français est pris entre le marteau et l’enclume, et la rue l’accuse de geler la décision d’expulsion.

Le juriste a poursuivi en expliquant: « Ici, la corde a été mélangée et les conventions internationales signées par l’État français n’ont pas été activées, notamment compte tenu du devoir de traiter toute personne lorsqu’il y avait des raisons de le faire, quelles que soient sa nationalité et son statut juridique. statut, et que le droit de l’immigration et de l’asile met l’accent sur cette question.

Al-Idrisi Al-Hassani a ajouté: « Le président français nous a avertis à une occasion précédente que la loi stipule que si la personne concernée est malade et qu’il y a un aspect urgent, une carte médicale peut être délivrée quel que soit son état n’est pas intensif soins, sa vie peut être gâchée; Mais le gouvernement expulsera toute personne contre laquelle la décision d’expulsion est prouvée. Il y a un exemple d’un garçon qui a été soudainement expulsé et il était malade et il avait un rendez-vous chez le médecin pour une opération complexe et il a été expulsé à 6 heures du matin demain matin et nous attendons le feu vert de sa mère pour faire les détails de libération .”

communauté marocaine droits humains France

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *