La guerre en Ukraine… Les dirigeants européens soutiennent la candidature de Kiev à l’adhésion à l’Union européenne et les promesses de l’OTAN de l’équiper de systèmes de missiles | nouvelles

Le chancelier Olaf Scholz, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre italien Mario Draghi et le président roumain Klaus Iohannis ont « indubitablement » promis leur soutien à l’Ukraine face à l’attaque russe et ont déclaré leur soutien au statut « immédiat » de l’Ukraine en tant que candidat à l’Union européenne. Adhésion à la communauté syndicale.

Lors d’une visite inédite à Kyiv aujourd’hui, jeudi, et à la suite de leur rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy au palais présidentiel de la capitale, les dirigeants européens ont annoncé qu’ils se concentreraient sur le soutien à l’Ukraine à plusieurs niveaux, notamment sur la question de l’adhésion à l’Union européenne.

Les trois dirigeants européens sont arrivés à Kyiv en train depuis le sud-est de la Pologne, un trajet qui a duré environ 10 heures.

Le président français Emmanuel Macron, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne jusqu’au 30 juin, a annoncé être venu apporter un « message d’unité européenne » et de « soutien » à Kyiv « pour le présent et pour l’avenir ». et a souligné que son pays fournirait à l’Ukraine plus d’armes à longue portée.

Pour sa part, le chancelier allemand a qualifié la guerre de Moscou contre Kyiv de brutale, affirmant que la Russie ciblait des civils innocents et des entités civiles, et a déclaré que la visite visait à « montrer notre solidarité » et à « s’assurer que l’aide financière et humanitaire, que nous organiser, ainsi qu’en matière d’armements, se poursuivra aussi longtemps qu’il sera « nécessaire de lutter pour l’indépendance de l’Ukraine ».

De son côté, le Premier ministre italien a mis l’accent sur le travail de reconstruction de tout ce qui a été détruit pendant la guerre.

D’autre part, Zelenskyy a remercié les dirigeants européens pour la visite et a souligné qu’en « défendant les valeurs européennes face à l’agression russe », son pays avait gagné le droit de rejoindre le bloc européen, ce que l’Union européenne a refusé de faire avant elle. début de la guerre de Russie.

Le président ukrainien a déclaré que la visite d’aujourd’hui des dirigeants européens a confirmé que les Ukrainiens ne sont pas seuls face à l’attaque russe et a souligné que son pays avait besoin de plus d’armes dès que possible afin de libérer son pays.

Les 27 pays de l’Union européenne décideront d’accorder à l’Ukraine le statut de pays candidat officiel lors d’un sommet les 23 et 24 juin, après quoi débutera le processus de négociation et d’éventuelles réformes, qui pourrait prendre des années, et la Commission européenne devrait prendre bureau le 23 juin donnent leur avis sur la question vendredi.

Dans le même ordre d’idées, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que l’attaque russe contre l’Ukraine était une attaque d’un État membre du Conseil de sécurité contre les fondations des Nations Unies, et a fait valoir que cette guerre avait des effets multiplicateurs dans le monde et exacerbé la crise alimentaire.

réponse russe

Le porte-parole présidentiel russe Dmitri Peskov a commenté la visite et a déclaré que les ventes d’armes occidentales à l’Ukraine étaient inutiles.

Peskov a ajouté que Moscou espère que les pourparlers des dirigeants ne se limiteront pas à la question du soutien des armements à l’Ukraine, notant que son pays est prêt à aider à résoudre la crise des céréales, mais la position de la partie ukrainienne sur cette question ne comprend pas.

Il a ajouté que la Russie faisait face à une guerre économique sans précédent, ainsi qu’à des tentatives de la réprimer et de l’isoler, et que même pendant la guerre froide, les États-Unis n’avaient pas pris de décisions aussi difficiles contre la Russie ou tout autre pays du monde.

Dans le cadre des pourparlers entre Moscou et Kyiv, le chef de la délégation russe pour les négociations avec l’Ukraine Vladimir Medinsky a déclaré que Kyiv n’avait pas encore réagi au projet de traité présenté par la Russie.

Décrivant la question de la suspension des négociations avec l’Ukraine comme une affaire tragique pour son peuple, le responsable russe a souligné que le cours du processus de négociation avait été arrêté à l’initiative de l’Ukraine, et non du côté russe, notant que Kyiv avait pris cette décision a ensuite tenu des consultations d’une délégation américaine de haut niveau avec les autorités ukrainiennes fin avril de l’année dernière.

Après des pourparlers intermittents entre les deux parties en mars, dont une réunion de haut niveau entre les délégations de la Russie et de l’Ukraine à Istanbul, les négociations entre les deux pays sont au point mort.

Austin a souligné que le camp occidental se déplacerait plus vite et pousserait plus fort pour aider l’Ukraine (Anatolie).

Réunion de l’OTAN

Pendant ce temps, les ministres de la Défense des pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ont entamé une réunion au siège de l’alliance à Bruxelles, et l’une des priorités était le renforcement de la dissuasion aux frontières orientales des pays de l’OTAN face à la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Cette réunion est en préparation du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN qui aura lieu ce mois-ci à Madrid, la capitale espagnole.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que les alliés prendraient des décisions stratégiques à long terme pour s’assurer que l’OTAN était en mesure de défendre chaque centimètre carré du territoire de l’alliance, ainsi que la nécessité d’augmenter les dépenses de défense.

Dans une interview exclusive avec Al Jazeera, Stoltenberg a accusé la Russie d’avoir tenté d’attaquer les livraisons d’armes des partenaires de l’OTAN vers l’Ukraine et a souligné le consensus de l’alliance sur la nécessité de fournir davantage de soutien militaire à Kyiv.

Pour sa part, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que le camp occidental agirait plus rapidement et pousserait plus fort pour aider l’Ukraine.

Il a souligné que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne s’employaient à développer la puissance de feu de l’Ukraine, notamment dans le domaine des missiles à longue portée.

Le secrétaire d’État américain a salué la décision de la Finlande et de la Suède de rejoindre l’alliance car cette décision renforce la démocratie.

Avant le début de la réunion, la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a confirmé que son pays fournira à l’Ukraine des systèmes de missiles à lancement multiple en plus de l’entraînement et des munitions, notant qu’il s’agit d’un message fort de soutien de l’OTAN aux Ukrainiens.

situation de terrain

Sur le terrain, les combats se sont concentrés pendant des jours sur Lysetchansk et Severodonetsk, deux grandes villes de la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, partiellement contrôlées par des séparatistes pro-russes depuis 2014, et Moscou a décidé d’en prendre le contrôle total.

Les deux villes sont constamment bombardées et leurs infrastructures – électricité, eau et communications – sont presque inexistantes.

« C’est de plus en plus difficile chaque jour. Les Russes apportent plus d’armes dans la ville et tentent de lancer des attaques dans plusieurs directions », a déclaré jeudi le maire de Severodonetsk, Oleksandr Stryuk.

De son côté, le commandant des forces armées ukrainiennes Oleksiy Gromov a admis que « la situation à Severodonetsk est compliquée ».

Les troupes ukrainiennes sont principalement retranchées dans l’usine chimique d’Azot, qui est l’un des monuments de la ville, qui comptait environ 100 000 habitants avant la guerre.

Mardi, Moscou a proposé de créer un « couloir humanitaire » qui permettrait l’évacuation des civils vers les zones contrôlées par la Russie, mais Kyiv ne l’a pas confirmé, et la Russie a accusé mercredi les forces de Kiev d’avoir « échoué » l’opération.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.