La politique du « zéro problème »… La Turquie va-t-elle se réconcilier avec le régime d’Assad et abandonner la question des réfugiés syriens ? | bavard

durée de la vidéo 49 minutes 39 secondes

Récemment, il y a eu des indications de changements dans la politique turque par rapport à la crise syrienne, à commencer par l’annonce d’un projet qui permettrait le retour volontaire d’un million de réfugiés syriens des villes turques vers les zones plus sûres du nord de la Syrie.

Un épisode (18/08/2022) de l’émission « Scénarios » a poursuivi les implications de la révélation de la reprise des contacts entre les responsables des renseignements turcs et syriens, ainsi que l’annonce d’une courte et rapide réunion où le ministre turc des affaires étrangères s’est rencontré son homologue syrien à Belgrade avant environ 10 mois.

Cela s’est produit dans le contexte de l’appel du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu – dans ses déclarations – pour la première fois à la nécessité d’une réconciliation entre l’opposition et le régime syrien, alors que la colère des manifestants a culminé avec l’incendie du drapeau turc sur un ampleur sans précédent dans le mouvement.

وبهذا الصدد، قال أستاذ النزاعات الدولية في معهد الدوحة للدراسات العليا إبراهيم فريحات إن التصريحات التركية لا تمثل تغيرا سريعا في الرؤية التركية، لكنها يأتي ضمن سياق امتد منذ إسقاط الطائرة الروسية عام 2015 ولجوء تركيا إلى التفاهم مع روسيا، فذهب نحو مسار تغيير موقفها من الحرب En Syrie.

Il a ajouté que le changement de position de la Turquie progresse à un rythme accéléré, ce qui est lié au changement de la politique régionale de la Turquie en général, car elle réactive la politique du « problème zéro » et traite avec l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Israël réconcilié, alors pourquoi ne pas changer sa position sur le régime syrien ?

combattre le terrorisme

Pour sa part, Oyton Orhan, coordinateur des études sur le Levant au Centre Orsam d’études sur le Moyen-Orient, a déclaré que la Turquie se concentrait sur la confrontation des groupes extrémistes et de l’État islamique, notant que la montée des organisations terroristes inquiétait la partie turque, et cela est la raison du changement de politique turque envers la Syrie.

Il a souligné que la Turquie fait face au terrorisme de la Syrie et est intéressée par le retour de près de 4 millions de réfugiés syriens dans leur pays, ce qui est un lourd fardeau pour eux, ce qui les a incités à changer de politique et à entamer un dialogue avec la régime syrien pour résoudre cette crise.

L’écrivain syrien Fayez Sarah a abordé la question de la réconciliation de la Turquie avec le régime syrien sans abandonner complètement l’opposition car elle est causée par les Turcs qui paient la facture de la politique du régime d’Assad puisque la Turquie est la plus grande concentration de réfugiés syriens au monde.

Il a souligné que les réfugiés sont un frein à la politique économique de la Turquie et que la réconciliation entre les régimes syrien et turc est difficile, mais la pression russe et l’aggravation de la situation dans les zones sous contrôle turc du nord de la Syrie pourraient l’obliger Ankara tentera de trouver des moyens de sortir de la crise syrienne, s’attendant à ce que la réconciliation ne soit pas facile et prendra beaucoup de temps pour résoudre les problèmes en suspens entre les deux systèmes.

nous ne concilierons pas

Il convient de noter que la réponse des Syriens aux déclarations de la Turquie la semaine dernière a pris la forme de manifestations massives dans le nord-ouest de la Syrie déclarant « Nous ne serons pas réconciliés » et « Nous n’oublierons pas le sang de nos martyrs et notre expulsion de nos maisons . »‘ scandait. « 

Le ministre turc des Affaires étrangères est revenu pour expliquer que certains essayaient de sortir ses déclarations de leur contexte et qu’il estimait que l’entente entre l’opposition et le régime était une condition pour parvenir à une stabilité et une paix durables en Syrie.

Mais les déclarations du ministre et les assurances qu’Ankara poursuivrait ses efforts pour trouver une solution durable au conflit conforme aux aspirations du peuple syrien n’ont pas suffi, semble-t-il, à mettre un terme au débat en cours sur la vérité d’arrêter la position turque et sa nouvelle approche de la crise syrienne, notamment après les sommets de Téhéran et de Sotchi, et la médiation qu’elle a proposée à l’Iran pour ouvrir des canaux de communication entre Ankara et Damas et éloigner le spectre de l’opération militaire par laquelle la Turquie menace d’entraîner le conflit syro-turc frontière.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.