La prochaine visite de Macron en Algérie… son « péché » aura-t-il raison ? (un rapport)

Algérie / Abdul Razzaq bin Abdullah / Anatolie

– Le président français a exprimé son intention de se rendre prochainement en Algérie à l’invitation de son homologue algérien
L’annonce intervient après une crise entre les deux pays, provoquée par Macron, et au milieu de questions controversées existantes
– Mohamed Boukashour, Universitaire : Les relations entre les deux pays sont complexes en raison de facteurs historiques, sociaux, culturels et même psychologiques
– Mohamed Muslim, média : Il y a un différend entre l’Algérie et la France sur des questions régionales, dont le Sahara

Le président français Emmanuel Macron, à l’invitation de son homologue Abdelmadjid Tebboune, a annoncé une visite rapprochée en Algérie, qui sera sa deuxième en cinq ans, au cours de laquelle les relations entre les deux pays ont connu de nombreux bouleversements.

Dans un message adressé à son homologue Tebboune à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie le 5 juillet 1962, Macron déclare : « J’attends avec impatience votre invitation à me rendre prochainement en Algérie afin de travailler ensemble sur le nouvel agenda bilatéral basé sur la confiance. et la réciprocité pour ouvrir la voie au respect de la souveraineté de nos deux pays. »

Il a ajouté dans la communication publiée par la présidence algérienne : « J’espère également que nous allons commencer ce travail maintenant pour soutenir cette entreprise sur des bases solides et l’inscrire dans un agenda commun ».

Le 25 avril, Tebboune a félicité Macron pour sa réélection pour un second mandat et l’a invité à se rendre en Algérie.

** Crise de sécurité

A l’occasion de l’indépendance de l’Algérie, la présidence française a publié un communiqué affirmant que cela « représente une opportunité pour le président de la République d’exprimer son espoir de renforcer davantage les relations déjà fortes entre la France et l’Algérie ».

Macron a réitéré son « engagement à poursuivre le processus de reconnaissance de la vérité et de réconciliation pour les mémoires des peuples algérien et français », selon le communiqué.

Ces développements sont considérés comme un tournant dans les relations après une grave crise qui a éclaté entre les deux pays en septembre dernier, après que Paris a réduit le quota de visas de voyage pour les Algériens sous prétexte du manque de coopération de l’Algérie dans le rapatriement de ses immigrants irréguliers.

Dans un deuxième mouvement d’escalade, Macron en octobre dernier a remis en question l’existence d’une nation algérienne avant le colonialisme français (1830-1962) et a accusé le régime algérien d’utiliser le fichier de la mémoire à des fins politiques.

L’Algérie a répondu en rappelant son ambassadeur à Paris, Mohamed Antar Daoud, pour des consultations (il a repris ses fonctions en janvier dernier), et une nouvelle décision a été prise de mettre fin à l’usage de la langue française dans plusieurs secteurs du gouvernement.

A l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance, le président algérien a publié un article dans le magazine (officiel) de l’armée, dans lequel il a réaffirmé la position de son pays sur la responsabilité de la France dans les crimes de l’époque coloniale.

Il écrit que cette question, qui « est au cœur des préoccupations de l’Etat, reste bien éloignée du travail improvisé ou dicté par des circonstances particulières », et la considère comme un « devoir national sacré ».

** Le plus à droite

Depuis des années, l’Algérie et la France négocient 4 dossiers historiques en suspens, dont le premier concerne les archives algériennes, que les autorités françaises refusent de divulguer, et le second dossier concerne la récupération des crânes des dirigeants des révolutions populaires ( c’est au musée de l’Homme dans la capitale Paris).

Le troisième dossier concerne l’indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France dans le désert algérien entre 1960 et 1966, et le quatrième concerne l’élucidation du sort des 2 200 personnes disparues lors de la révolution de libération (1954-1962). , selon les autorités algériennes.

La France n’a répondu à aucune des revendications algériennes, si ce n’est la livraison en 2020 du premier lot de crânes et de restes de symboles de la résistance populaire au colonialisme.

Macron s’est rendu une fois en Algérie au début de son premier mandat présidentiel en décembre 2017, après y avoir été pendant des mois en tant que candidat à la présidentielle et avoir fait des déclarations fortes disant que « le colonialisme avait commis des crimes contre l’humanité ».

Le 14 juillet, Salah Goujil, président de l’Assemblée nationale algérienne (le deuxième homme de l’État après le président), a déclaré qu’« il faut toujours faire la distinction entre le colonialisme français et le peuple français ».

Dans un discours concluant la session parlementaire annuelle, il a déclaré que « la pensée coloniale qui a quitté l’Algérie après l’indépendance en 1962 a toujours influencé les relations entre les deux pays ».

Et il a ajouté : « Maintenant, cette idéologie colonialiste s’est renforcée après les dernières élections », faisant référence aux récentes élections présidentielles et parlementaires en France, au cours desquelles l’extrême droite a fait des avancées significatives.

** nouvelle ère

En lien avec ces développements et le mouvement officiel entre les deux pays, l’Algérie a récemment nommé un nouvel ambassadeur en France, Saïd Moussa, selon des sources médiatiques algériennes.

Ces sources ont indiqué à l’agence Anadolu que le président Tebboune avait décidé de nommer Moussa, ambassadeur d’Algérie en Espagne (appelé à des consultations en raison d’une crise entre les deux pays en mars dernier), pour succéder à Antar Daoud comme ambassadeur en France.

La décision n’a pas été annoncée officiellement, ce qui intervient généralement après que le pays hôte ait accepté la nouvelle nomination, sachant que le poste d’ambassadeur d’Algérie en France est le poste diplomatique le plus important pour le personnel du ministère algérien des Affaires étrangères.

Moussa est un diplomate qui connaît les coulisses de la politique en France, ayant auparavant travaillé pendant des années comme agent économique à l’ambassade d’Algérie avant d’être nommé consul général d’Algérie à Paris entre 2019 et 2021.

** Normalisation des relations

« Les relations algéro-françaises sont très complexes en raison de plusieurs facteurs historiques, sociaux, culturels et même psychologiques », a déclaré à l’agence Anadolu Mohamed Boukhour, professeur d’histoire à l’université de Chlef, dans l’ouest de l’Algérie.

Selon lui, le colonialisme français « a été frappé par l’amertume de cette défaite avec son retrait humiliant d’Algérie en 1962… et le conflit n’a pas pris fin et se poursuit à ce jour avec des méthodes et des méthodes différentes ».

Bouqchour, docteur en histoire de l’Université française de Strasbourg, estime : « Il est important de souligner un point important, à savoir le grand contraste dans l’attitude des Français vis-à-vis de l’Algérie, où l’on retrouve plusieurs courants, dont chacun a une position propre. »

Il a déclaré : « On trouve parmi les Français ceux qui ont soutenu l’Algérie dans sa lutte pour la libération du régime colonial, et ce courant est resté avec l’Algérie sur des questions justes jusqu’à ce jour.

Et d’ajouter : « D’un autre côté, il y a un fort courant d’extrême droite hostile à l’Algérie et à son peuple, et la plupart d’entre eux sont d’anciens colons de la période d’occupation ».

Il a souligné qu' »outre les intérêts économiques de l’Etat français en Algérie, la position officielle française prend souvent aussi en compte la réaction des différents courants idéologiques ».

Il a poursuivi: « Le président français, qui a exprimé son désir de revoir l’Algérie parce qu’il connaît l’importance du pays, s’est trompé dans ses récentes déclarations à l’Algérie mais s’est retiré après avoir expliqué l’ampleur du péché. » et reconnu ses conséquences politiques. surtout les réactions officielles en Algérie. »

Il a ajouté: « Je vois que la nature des intérêts communs et l’imbrication des liens sociaux entre les deux pays nécessitent un retour à des relations normales, et la partie française devrait changer sa position sur l’Algérie et la traiter sans arrière-plan colonial. »

Il a expliqué que ces liens sont aussi humains, à savoir la présence de « 8 millions de Français qui ont une relation directe ou indirecte avec l’Algérie, en plus de la communauté algérienne (en France) qui est la plus ancienne par sa présence et à l’année remontant à 1871, et la plus importante numériquement, puisque certaines statistiques estiment le nombre d’Algériens ou de Français d’origine criminelle, avec une population de 4 millions.

** Problèmes régionaux

Pour sa part, le journaliste algérien Mohamed Muslim a déclaré : « Il y a une intention de réconciliation des deux côtés, mais la question est, où sont les limites des concessions, notamment du côté français, par rapport à la mémoire ? »

Le porte-parole a déclaré à l’agence Anadolu: « Il y a de puissantes forces de pression en France qui ont auparavant imposé leur logique à Macron lorsqu’il a criminalisé le colonialisme de l’Algérie en tant que candidat en 2017, puis il a retiré son poste après son retour à Paris sous la pression de bientôt ces lobbies ( groupes d’intérêts) de retour.

Il a poursuivi : « Les choses sont plus complexes aujourd’hui et sont passées des actes de commémoration à des questions régionales où il existe des positions différentes entre les deux pays ».

Il a ajouté: « L’Algérie n’acceptera pas la position française en faveur de la proposition marocaine concernant le Sahara Occidental (un différend entre le Maroc et le Front Polisario) et demande une position explicite sur la question. »

Il a poursuivi : « Il y a aussi la situation au Sahel africain. La France perd des positions en faveur de l’Algérie et de la Russie, et ici il peut y avoir un compromis sur la question du Sahara si Paris montre une quelconque intention de soutenir la position algérienne dans ce conflit. »

Les actualités publiées sur le site officiel de l’Agence Anadolu sont une abréviation d’une partie des actualités présentées aux abonnés via le News Stream System (HAS). Pour vous inscrire à l’agence, veuillez utiliser le lien ci-dessous.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *