La sécheresse menace la Belgique, inquiète les agriculteurs à cause des températures élevées et du peu de pluie

Les agriculteurs et les éleveurs belges s’inquiètent d’une vague de sécheresse due au manque de précipitations, ce qui est d’une grande importance pour l’abondance de la production de leurs cultures agricoles à l’approche de l’été, et ils parlent également de nombreux facteurs qui contribuent aux sécheresses, à moins pour la saison en cours.

Jean-Luc Dewes possède une ferme de 66 hectares près de Namur, en Belgique, produisant des céréales et des betteraves. Mais le sol de sa ferme souffre de la sécheresse car il ne pleut pas.

John Luke Dewes espère rattraper son retard sur les prévisions météorologiques pour voir ce qu’il doit faire pour sauver ses récoltes. « S’il n’y a pas de pluie d’ici début juin, il risque d’y avoir un problème au niveau de toutes les cultures et de tous les produits », prévient-il.

La sécheresse est une double peine

« On s’attend à ce que la production soit plus faible, cette sécheresse est une double peine pour nous car sans la production de fourrage nous aurons des difficultés à nourrir 250 vaches et 600 chèvres », explique Laurent Gomand, propriétaire d’une ferme voisine, très bien. La moitié de quoi. nous l’avons fait l’année dernière. »

Laurent Gomand anticipe déjà des difficultés dans les mois à venir : « Cela veut dire qu’il va falloir acheter des matières premières, qui sont bien sûr très chères car la situation économique et le contexte géopolitique rendent tout ce que nous achetons très cher », explique-t-il.

véritable catastrophe

Les autorités agricoles, tout en estimant qu’il est trop tôt pour parler de véritable catastrophe, insistent sur le fait que la situation actuelle et la guerre en Ukraine « engendrent des coûts supplémentaires pour l’agriculture ».

Le fourrage coûte cher

A ce propos, José Renard, secrétaire général de l’Union belge des agriculteurs, prévient : « Les engrais sont très chers et moins efficaces en période de sécheresse, alors qu’en ce moment on veut de grandes quantités de fourrage et c’est aussi cher.

Graves dégâts aux cultures céréalières

La Belgique n’est pas le seul pays d’Europe touché par ce phénomène de sécheresse : en France, par exemple, on s’attend à un été sec qui aura un impact important sur les cultures agricoles. Un institut technique français spécialisé dans la météorologie a déclaré plus tôt ce mois-ci que le temps chaud des dix prochains jours en France, qui survient après quelques pluies sur plusieurs mois, va sérieusement endommager la récolte céréalière du plus grand producteur de céréales de l’Union européenne. , alimentant les inquiétudes concernant une pénurie mondiale d’approvisionnement.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.