L’accord sur le nucléaire iranien.. 3 ans de négociations au bord du gouffre

Paris – « Al-Quds Al-Arabi » : Sous le titre : L’accord sur le nucléaire iranien… Trois ans de négociations au bord de l’effondrement, selon le journal français « Le Monde » au milieu de toutes les tempêtes diplomatiques déclenchées par Donald Trump , la Tempête du 8 mai 2018 a occupé une place à part. Ce jour-là, le président américain a lu attentivement et sans improvisation son discours annonçant le retrait américain du Plan d’action global conjoint (JCPoA), l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran signé par son prédécesseur Barack Obama, et l’Iran l’a accusé d’être le  » principal État commanditaire » du « terrorisme » et a dénoncé le texte comme « catastrophique, épouvantable et partial ». Il a réimposé des sanctions radicales au régime de Téhéran et a affirmé que son gouvernement travaillerait avec ses alliés pour trouver une solution « réelle et durable » au problème nucléaire iranien.

Les alliés concernés étaient désemparés après le coup terrible porté par Washington à l’un des rares triomphes récents du multilatéralisme.

Les alliés concernés étaient désemparés après ce coup choquant porté à l’un des rares succès récents du multilatéralisme.

Pas de plan B : Le JCPOA n’est certainement pas un compromis idéal, ne couvrant que la question nucléaire, pas les activités déstabilisatrices de l’Iran au Moyen-Orient. Mais cela a retardé le temps nécessaire pour accumuler suffisamment de matières fissiles pour équiper une ogive de missile et imposé de sévères restrictions au programme de l’Iran. Bref, il a gelé pendant 10 ans la marche à la bombe d’un régime qui a longtemps prétendu, sans convaincre personne, qu’il se limitait à des activités civiles. En manquant à sa parole, l’Amérique brise la confiance sur laquelle ces longues négociations ont été bâties. Ainsi a commencé une série dramatique complexe et irrégulière qui a duré plusieurs années, ajoute « Le Monde ».

Premièrement, l’Iran reste un bon élève. Le JCPOA a établi des paramètres spécifiques pour les activités nucléaires autorisées, la quantité d’uranium enrichi, le taux d’enrichissement, etc. Les agences de renseignement américaines, puis en mars 2019 l’Agence internationale de l’énergie atomique, estiment que Téhéran continue de respecter ses engagements. Mais Washington a franchi une nouvelle étape dans sa politique de « pression maximale » et de sanctions contre l’Iran, ciblant les exportations de pétrole. Le 13 juin, deux pétroliers ont été attaqués dans le golfe d’Oman et les États-Unis ont accusé Téhéran. Une semaine plus tard, l’Iran a abattu un drone de reconnaissance américain. Puis, s’agissant de l’énergie nucléaire, elle a changé de stratégie et a décidé de s’engager dans une forte glissade et de se retirer progressivement de ses engagements. Début juillet, la limite des 300 kg d’uranium faiblement enrichi (à 3,67 %) a été officiellement dépassée.

Les signataires de l’accord de 2015 (France, Allemagne, Royaume-Uni, Union européenne, Russie, Chine et États-Unis) y voient les conditions d’une escalade aux conséquences régionales imprévues. Les trois pays européens concernés sont devenus de fervents partisans du plan d’action global commun, à commencer par la France.

Trump et la complexité de l’affaire

Début janvier 2020, les choses se sont compliquées avec l’assassinat de l’armée américaine en Irak, le général iranien Qassem Soleimani. Immédiatement, l’Iran a déclaré qu’il n’était plus lié par l’accord de 2015 mais qu’il n’en était pas officiellement sorti. Malgré le coût pour le pays des sanctions, le régime iranien apprécie l’isolement total des États-Unis sur la question et préfère lui faire porter l’entière responsabilité de la crise. Sur le plan diplomatique, l’année a également été marquée par un affrontement sans précédent entre Européens et Américains.

Le 14 janvier, les pays européens touchés ont lancé le soi-disant « mécanisme de règlement des différends » envisagé dans le plan d’action global conjoint en réponse aux violations consécutives de l’Iran. Pour Paris, Berlin et Londres, c’est un avertissement, une occasion d’inviter Téhéran au dialogue. Mais en coulisses, deux jours plus tôt, l’administration Trump avait directement menacé les Européens de sanctions commerciales s’ils n’activaient pas le fameux mécanisme, et n’avait pas réussi à faire pression sur le Conseil de sécurité des Nations unies pour la réimposition de toutes les sanctions contre l’Iran. Les menaces américaines portent sur l’exportation des voitures allemandes, Paris, Airbus et le commerce du vin. Chantage entre alliés.

glissement rapide

Les huit mois suivants ont été marqués par des tensions diplomatiques croissantes entre Européens et Américains sur les questions nucléaires, jusqu’à l’Assemblée générale des Nations Unies fin septembre 2020. Pendant ce temps, les contacts clandestins entre négociateurs européens et iraniens se sont poursuivis en vue d’une éventuelle élection de Joe Biden à la Maison Blanche.

Après la victoire du candidat démocrate, son équipe a rapidement rallié des vétérans iraniens comme Jake Sullivan, le futur conseiller à la sécurité nationale, et Anthony Blinken, le futur secrétaire d’État. Robert Malley, ancien conseiller de Barack Obama, devient envoyé spécial pour l’Iran. Mais lors du retournement de situation, alors que Donald Trump était encore en poste, les trois hommes ont refusé tout contact direct avec les européennes pour ne pas s’exposer aux critiques républicaines d’une administration parallèle avant leur prise de fonction en 2021. Pour ne pas gaspiller Dans le même temps, les Européens rédigent une note blanche détaillant l’effort, les dépenses pour une durée de seize mois et les possibilités de négociations futures. Ils l’ont transmis à M. Sullivan.

Fin novembre 2020, l’assassinat, attribué par Israël, du scientifique en chef iranien impliqué dans le programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, a accru la tension dans l’atmosphère. Le 1er décembre, le parlement iranien a adopté une loi recommandant la production et le stockage d’au moins 120 kilogrammes d’uranium enrichi à 20 % par an, mettant fin aux inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Avec l’entrée de Biden à la Maison Blanche, les Européens espéraient une forte accélération diplomatique. Washington est enfin sur la même longueur d’onde qu’eux. Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Anthony Blinken, l’a rappelé lors d’une visite au siège de l’Otan fin mars : « Lorsque l’Iran reviendra à la table des négociations, nous nous efforcerons de construire un accord plus fort et plus long, mais aussi d’aborder d’autres questions telles que déstabilisation des pays de la région, missiles balistiques. C’est un programme qui préoccupe depuis longtemps tous les États sunnites de la région. Mais les Occidentaux ont des ambitions irréalistes. Pour Téhéran, ces missiles incarnent la souveraineté nationale. Au lieu de cela, la stratégie de l’Iran est d’augmenter la pression sur le G3 et les États-Unis.

Avec l’entrée de Biden à la Maison Blanche, les Européens espéraient une forte accélération diplomatique. Washington est enfin sur la même longueur d’onde qu’eux

Renouvellement du fil diplomatique

Le chemin diplomatique semble très tortueux pour Joe Biden. D’autant que les Iraniens poursuivent leurs provocations en décidant le 23 février 2021 d’abandonner le Protocole additionnel au Plan d’action global conjoint, qui a considérablement réduit les capacités d’enquête et de vérification de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Alors que l’Iran estime avoir été dupé par les États-Unis, qui se sont unilatéralement retirés de l’accord sur le nucléaire et n’ont pas levé toutes les sanctions. Washington, pour sa part, s’interroge sur les véritables intentions du régime. Est-il prêt à négocier de bonne foi ou à hésiter ? .

L’élection présidentielle iranienne a lancé l’ensemble du processus avec l’élection d’Ibrahim al-Raisi, un conservateur, avant que la nouvelle équipe ne se mette au travail. Fin octobre, Macron et Biden se sont rencontrés en marge du sommet du G20 à Rome, essentiellement pour résoudre la crise des sous-marins français, dont la commande a été annulée par l’Australie. Le président français convainc son interlocuteur par un changement tactique. Si les négociations avec les Iraniens doivent reprendre, autant leur faire tout de suite votre offre maximale pour qu’ils ne perdent pas de temps avec des allers-retours interminables. La Maison Blanche accepte de donner une autre chance au processus.

Les pourparlers à Vienne devront attendre fin novembre 2021 pour reprendre. Certains experts demandent : étant donné les nouvelles connaissances scientifiques que les Iraniens ont accumulées, n’est-il pas trop tard ? L’équation se complique car, pour avancer, les Occidentaux doivent trouver un rapprochement avec la Chine et la Russie, qui parient sur la fin de l’hégémonie américaine dans les affaires mondiales. Pour les participants, cette période ressemble à une partie de poker prolongée et stressante où la portée et la sécurité régionale sont en jeu. Joe Biden joue également une partie de son palmarès sur la scène internationale. Le retrait militaire chaotique d’Afghanistan en août a ébranlé l’image de son pays.

Les experts ont vu le temps qu’il faut à la partie iranienne pour collecter suffisamment de matière fissile pour qu’une ogive nucléaire (temps de percée… dans le jargon) s’écoule, car ils se rendent compte que la préparation d’un missile nécessite encore du temps et des compétences pointues. Washington le sait : il est déjà devenu irréaliste d’espérer un retour au délai de 12 mois fixé par le JCPOA. Six mois serait un soulagement : aujourd’hui, l’Iran n’est plus qu’à quelques semaines de l’épidémie. L’accord semblait à portée de main en mars, avant un nouveau revers. Téhéran s’en tient à des exigences déraisonnables, peut-être encouragées dans sa stratégie par l’attention renouvelée des États-Unis sur l’offensive militaire de la Russie contre l’Ukraine.

Les Iraniens en particulier veulent que Washington donne une garantie formelle qu’aucune future administration ne contestera le JCPOA relancé, comme Trump l’a fait

Mille road trips

Les Iraniens en particulier veulent que Washington donne une garantie formelle qu’aucun futur gouvernement ne contestera le JCPOA relancé, comme Trump l’a fait. Un autre point de discorde est le retrait des Gardiens de la révolution iraniens de la liste des organisations terroristes. Et après bien des hésitations, Joe Biden a confirmé fin mai que cela était peu probable. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett l’a remercié. La droite américaine sent que la fin est proche et critique l’approche très indulgente et naïve de la Maison Blanche. Depuis mars, les Iraniens ont proposé comme condition d’un nouvel accord de mettre fin à toutes les procédures ouvertes par l’Agence internationale de l’énergie atomique pour arrêter la surveillance de l’activité nucléaire et détecter des traces radiologiques suspectes sur trois sites. Néanmoins, l’Occident cherche une formule de compromis pour plaire à Téhéran. Mais ces détails diplomatiques ne suffisent pas aux Iraniens.

Fin juin, les discussions ont repris, cette fois au Qatar, et tous les éléments semblaient avancer laborieusement à l’unisson, puisque le haut représentant de l’UE, Josep Borrell, a annoncé fin juillet que « la marge pour d’importantes concessions supplémentaires a été épuisée », qui a mis le texte final sur la table. Les Iraniens ont envoyé leur réponse à la mi-août, puis les Américains ont répondu à la fin du même mois.

Le 1er septembre, le régime a répondu à de nouvelles demandes inacceptables sur ce qui était déjà réglé : les enquêtes de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Pendant tout ce temps, l’Iran a-t-il vraiment voulu sauver le JCPOA ou gagner du temps ? Le système préfère opérer dans la zone grise plutôt que de prendre des décisions clairement définies. Mais la patience occidentale n’est pas extensible à l’infini, conclut-on dans Le Monde.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.