L’Alliance arabe traverse la Méditerranée en Europe

Les observateurs du Moyen-Orient à Washington et à Bruxelles ont suivi les visites du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Athènes et à Paris ces dernières semaines dans les messages régionaux et internationaux qu’ils ont transmis, notamment sur la situation actuelle de la guerre russe en Ukraine, le comportement de l’Iran conjoncture économique régionale et internationale. Ajoutez à cela la visite du président des Emirats dans la capitale française et les rencontres des dirigeants de la coalition arabe avec des responsables internationaux : cette démarche des dirigeants des pays arabes modérés exposés au terrorisme, menée internationalement par Riyad, est devenue une nouvelle dynamique qui mérite d’être arrêtée et analysée en raison de leurs rapides initiatives dans des équations complexes. Que pouvons-nous voir où, au moins de Washington.

L’axe saoudo-grec

Comme nous l’avons écrit il y a des mois, le rapprochement saoudo-grec se préparait il y a quelques années, mais le meilleur moment pour convenir d’un programme commun est maintenant, selon les calculs précis de Muhammad bin Salman. développé par étapes. La première phase a commencé indirectement par un rapprochement égypto-grec en raison de la guerre en Libye et de ses conséquences en Méditerranée orientale, après que la milice des Frères a lancé une campagne contre l’armée nationale libyenne et son allié l’Égypte, et a attiré la Turquie dans les sables libyens. La Grèce s’est tenue aux côtés de l’Égypte pour protéger ses intérêts en Méditerranée en termes de vastes réserves de gaz et pour contrer l’influence des extrémistes. Le royaume soutient l’entente égypto-grecque dans le cadre d’une politique de lutte contre l’extrémisme dans la région. Des manœuvres navales conjointes égypto-greco-chypriotes ont suivi, suivies d’exercices aériens gréco-émiratis soutenus par Riyad. le Royaume et la région pour renforcer les liens bilatéraux et régionaux.

La visite du prince héritier à Athènes la semaine dernière a servi à sceller l’axe saoudo-grec avec de la cire blanche, ce qui signifie que l’alliance arabe avait débarqué un diplomate stratégique dans le nord de la Méditerranée sur l’ancien sol européen dans un mouvement d’importance historique, comme ils l’ont noté, un large Bloc arabo-hellénique qui s’étend de la frontière balkanique à l’océan Indien, avec ses implications militaires, commerciales et même culturelles. La mise en place d’un axe « arabo-byzantin » compenserait la menace khomeiniste et, dans une certaine mesure, la contestation « néo-ottomane ». Face à cette scène, Riyad, Le Caire et les autres capitales de la coalition ont remporté trois développements.

Premièrement, en raison du contact émirati-grec-israélien, l’alliance arabo-grecque a bénéficié indirectement de la force et de la persistance du Front abrahamique. La Grèce et Israël ont de solides bases politiques à Washington, soutenues par d’importantes communautés grecques et juives. C’est de cette manière que l’Arabie saoudite et les pays de la coalition se sont déplacés pour gagner la base interne d’un allié imprévisible en Amérique, et indirectement, comme je l’ai vu pour la première fois dans l’histoire moderne, des personnalités et des écrivains juifs et gréco-américains défendant la « nouvelle Arabie saoudite » et ses Émirats. et les alliés égyptiens dans le pays d’origine de l’Oncle Sam ont fait l’éloge.

Deuxièmement, il est naturel que le rapport de force créé par l’axe saoudo-grec affecte les calculs d’Ankara. Nous regardons le gouvernement turc apaiser les tensions avec les gouvernements de coalition arabes du Caire à Riyad et Abu Dhabi pour réduire la confrontation en Libye à une visite aux Émirats, et pour cimenter les nouveaux liens calmes avec la visite du prince héritier saoudien à la couronne de Turquie. Surtout après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le président Erdogan a soigneusement examiné les bilans régionaux et a décidé de solutions sensées.

Troisièmement, la visite du prince saoudien à Athènes et l’accueil chaleureux des Grecs ont eu un autre effet incalculable, bien que ses résultats aient été microscopiques dans les sectes orthodoxes orientales domiciliées entre l’Iran, l’Irak, la Syrie, le Liban et même les territoires palestiniens. La Grèce a une influence historique sur les églises « orthodoxes grecques », et ces dernières ont fait l’objet de campagnes de propagande iraniennes pour mobiliser ces communautés contre l’Arabie saoudite depuis le printemps arabe. Alors que la scène de la Grèce orthodoxe affecte les Églises orthodoxes et affaiblit la domination psychologique de Khomeiny sur elles.

L’axe franco-saoudien

Après Athènes, Mohammed bin Salman est arrivé au palais de l’Elysée à Paris, reçu par le président Macron. La France est le membre permanent du Conseil de sécurité et une puissance nucléaire avec une flotte de visiteurs fréquents en Afrique et en Océanie en Méditerranée. Il dispose d’un droit de veto aux Nations unies et c’est bien sûr le pays atlantique qui participe aux décisions importantes de l’« OTAN ». Quels sont les points à l’ordre du jour commun des deux parties ? La plupart des Actes réunissent les positions entre le Royaume et la République française, à l’exception d’un Acte.

1. Le plus important pour la sécurité nationale française est le terrorisme « islamiste » et les mécanismes qui propagent les idéologies extrémistes en France intérieure, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Et qui d’autre que le Prince Bin Salman, qui a lancé la plus grande campagne de réforme intellectuelle et de confrontation avec les islamistes radicaux du cœur du Pays des Deux Saintes Mosquées, peut aider la France et l’Occident à se débarrasser de ce fléau ? La France disposera de l’expertise et de l’autorité morale de l’Arabie saoudite dans le monde islamique, ainsi que du soutien de l’Égypte et des Émirats arabes unis, pour affronter l’extrémisme et extirper ses racines idéologiques, ce qui limitera sa propagation en Europe, et donc en France. Les dirigeants saoudiens sont devenus un ami nécessaire du gouvernement et de l’opposition français.

2. L’établissement de relations commerciales entre les deux pays entraîne une amélioration des conditions économiques entre les deux peuples. Intérêt commun et coordination dans le cadre du G20.

3. Discussion sur la crise énergétique internationale, notamment gazière, pour l’Europe. L’Arabie saoudite est une adresse pour l’Occident et les importateurs d’énergie pour résoudre le dilemme. L’axe franco-saoudien jouera un rôle dans le dialogue international entre fabricants et importateurs dans la gestion de la crise et peut-être dans la recherche d’une vision ouest-arabe commune pour une feuille de route post-Djeddah.

4. Quant au dossier sur lequel il y a désaccord, il s’agit de l’Iran, puisque Paris, qui est impliqué dans des projets rentables à grande échelle à travers le JCPOA, est sous l’influence du « lobby du deal nucléaire » et les entreprises bénéficient de contrats avec le régime iranien de sorte qu’il ne sera pas facile pour le président Macron de changer la politique de son gouvernement envers l’Iran, mais il ne pourra pas changer la position des dirigeants saoudiens sur l’expansion de l’Iran, mais les avancées économiques et sociales. et les énormes projets que Mohammed ben Salmane fait avancer avec la prospérité et les investissements dans le Golfe en général, et le train économique que la France pourrait perdre s’il ne s’intensifie pas, cela donnera au président Macron l’occasion de reconstruire la France et la France d’évaluer son rôle prometteur dans la région.

atterrir en Europe

Le voyage du prince héritier saoudien en Europe, soutenu par la coalition arabe, a été un « débarquement diplomatique psychologique » à l’intérieur de l’Occident. Après le sommet de Djeddah avec le président américain sur la mer Rouge, les dirigeants saoudiens ont renforcé leur pont avec la Grèce de l’autre côté de la Méditerranée, puis ont porté le message de l’alliance au cœur de l’Europe. Les dirigeants arabes actuels, malgré toutes les difficultés et les lacunes du passé, progressent régulièrement dans le processus de changement des équations dans l’intérêt de la sécurité, de la stabilité et de la paix au profit des peuples de la région.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.