Le Bossu de Notre-Dame débarque à Broadway pour la première fois… et y met le feu

Plus de deux décennies après sa sortie en France, Le Bossu de Notre-Dame de Paris a fait ses débuts à Broadway à New York, où il a été accueilli avec enthousiasme par le public.

A la fin des aventures d’Esmeralda, interprétée par la chanteuse libanaise Heba Tawaji, et du bossu Casimodo, interprété par Angelo del Vecchio sur scène, le public du Théâtre David H. a applaudi. Cabane au prestigieux Lincoln Center de New York, Long pour la troupe de théâtre et son orchestre, hier soir (mercredi).

Depuis son introduction en 1998 par les producteurs Luc Blamandon et Richard Couchiant, la pièce, basée sur le célèbre roman de l’écrivain français Victor Hugo, a fait le tour de 23 pays à travers le monde et a été jouée en neuf langues, mais le public new-yorkais a vu le spectacle en Français avec sous-titres anglais sur grand écran.

Les chansons les plus célèbres de la pièce, dont «Belle», «Fever» et «Dance Moon Esmeralda», ont été interprétées sur scène, généralement par le New York City Ballet.

Le compositeur de l’œuvre, Richard Couchiant, qui a assisté à l’ouverture des 12 représentations à New York, a déclaré à l’Agence France Presse : « Être ici signifie que nous essayons humblement d’entrer dans ce pays (…) qui n’ouvre pas facilement ses portes » pour les sociétés étrangères.

Il estime que le secret de la continuité de la pièce, qui a été montrée dans plusieurs pays dont la Chine, la Corée du Sud, la Turquie et la Russie ces dernières années, réside dans son caractère « éphémère » avec sa combinaison de citations de la période du roman original et des composantes plus modernes en termes de vêtements, de chorégraphie, de décoration et de musique.

« Le thème principal dans (Le Bossu de Notre-Dame) est la différence entre les gens », se souvient Koshiant. Le Ringer Casimodo, le prêtre Frollo et le capitaine Phebus tournent autour de la gitane Esmeralda dans un monde de misérables et d’étrangers qui cherchent « l’asile à Notre-Dame ».

« On a l’impression d’être arrivés à un endroit important », dit Daniel Lavoie, qui chante et joue du Frollo depuis le début de l’entreprise. Broadway est un cas particulier.

Il rappelle que la pièce a déjà été projetée aux États-Unis, plus précisément à Las Vegas : « Mais dans une version abrégée et tronquée en anglais. »

« C’était une version modifiée des Américains et cela ne représentait pas le travail tel que je le connais. Je ne pense pas que cela ait très bien fonctionné », ajoute Lavoie.


Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.