Le leader entre politique, pouvoir et influence

Le conseiller irakien Qusay Mahbouba a écrit son livre sous ce titre, présentant ce qu’il a appelé le choc des concepts et des personnalités dans les nations, les États et les institutions.
L’écrivain a annoncé dès le début qu’il assistait à un conflit entre des concepts en fait imbriqués, contestés et explorés pendant de nombreux siècles, dans lequel philosophes, penseurs et historiens se sont débattus puisque l’ère antique de la marche humaine collective n’était pas libre d’elle-même pour faire face les questions de politique et ce qui se trouve en leur sein ou tourne autour d’eux. Le livre du conseiller Qusay est un voyage de lecture, de réflexion et d’étude, allant des anciens philosophes grecs et romains et d’autres aux penseurs et politiciens contemporains, s’arrêtant aux stations des grands événements historiques dont le monde a été témoin, anciens et nouveaux. La valeur de ce livre est qu’en présentant des événements passés, il nous motive à réfléchir sur un sujet important sur lequel notre préoccupation ne s’arrête pas, à savoir la chimie du leadership qui surgit dans la guerre et la paix et surgit dans le retard et le développement. Un livre complet dans lequel l’auteur nous rapproche des symboles intellectuels, philosophiques et humains que les politiques, anciens et modernes ont contribué à construire le tissu de l’esprit humain. Le sujet central est la personnalité du leader entre politique, pouvoir et influence. Ces trois piliers sont en effet imbriqués comme concepts et effets au sein de la vie politique et non politique. L’humanité a payé un lourd tribut pour des décisions dangereuses prises par des dirigeants qui ont conduit à des guerres grandes et petites à travers l’histoire, et d’autres décisions ont osé se lever et avancer à des étapes notables de l’histoire humaine. Le livre s’est arrêté à des dizaines de personnalités, que nous ne pouvons pas toutes digérer dans cet espace limité, mais le contexte choisi par l’auteur nous permet de sélectionner des arrêts qui réunissent le commun et le différent, et cela nous amène à une question soulevée par l’auteur dans l’introduction de son entrée à son livre (Pourquoi le leadership ?), il a répondu : Le leadership est un ensemble de facteurs qui interagissent les uns avec les autres au sein de ce qu’on appelle le système de leadership pour être l’axe sur lequel tous les événements, expériences et pratiques se rencontrent ou se dispersent. sur le vaste domaine de l’agence humaine dans tous ses détails et le leadership dans son concept global, partant de concepts dérivés et synonymes tels que l’art du leadership, la science du leadership, les qualités et les qualités du leadership et comment agir en fonction de l’environnement et les circonstances ou les événements causés par le leadership ou auquel le gestionnaire est confronté).
L’auteur Qusai Mahbouba nous a présenté sa définition du concept de leadership, qui sera au centre de la lutte conceptuelle à travers son grand ouvrage. Les dirigeants d’aujourd’hui ne sont pas seulement ceux qui siègent à la plus haute présidence de l’État, mais ce sont tous ceux qui prennent des décisions dans la vie économique, sociale, éducative et autre. L’esprit est la lumière prescrite qui éclaire la voie pour les acteurs dans tous les domaines.L’auteur cite l’homme politique britannique Winston Churchill disant : Les empires du futur sont les empires de la pensée et les leaders du futur sont les leaders de la pensée. Je ne pense pas que Churchill parlait de l’empire au sens du colonialisme expansionniste, mais il parlait des projets à grande échelle dans tous les domaines politiques et autres. Le leader de tout projet ou domaine est un dirigeant, et le discernement découle de la sagesse. Le leadership, comme le dit l’auteur, son mal fatal est la vanité et la grandeur, et sa vertu durable est l’humilité et la prévoyance.
L’auteur recense les traits qui ont été dits dans le passé et plus récemment sur la personnalité du leader et ses composantes, et il commercialise certains des traits que possèdent les leaders, puis confronte le style de leadership avec ses aspects positifs et négatifs.
« Le leadership du village »… L’auteur a mis ce sous-titre dans de longues lignes dans lesquelles il a écrit : Avec ce style, le souci des suiveurs est le plus élevé, tandis que le souci des objectifs est le plus bas. Il ajoute : Cette méthode a été baptisée leadership rural, symbolisant que les sociétés de l’Est et de l’Ouest ont un avantage commun dans le domaine du leadership, car le leader est très proche de ses partisans, les servant et les aidant à résoudre leurs problèmes. comme modèle pour le cheikh tribal. Je pense que l’auteur, qui est irakien, a invoqué le modèle de leadership irakien, dans lequel la tribu était la ceinture de sécurité du chef, après les détails de ce que son pays a traversé ces derniers temps.
L’auteur cite des paroles de dirigeants respectés exprimant leur vision et leur style de leadership, dont la plupart tournent autour de la sagesse et de la vision nationale, comme le dicton du philosophe chinois Tus Li, l’eau est la chose la plus douce de la nature, mais le fou, qui essaie de la vaincre , sa force réside dans sa fluidité. Nelson Mandela a dit : Dans mon pays, nous allons d’abord dans les prisons, puis traversons la vallée de la mort et conquérons la peur en nous et nourrissons les vers de notre corps, puis nous devenons des leaders. L’auteur rappelle les noms de grands dirigeants, dont Winston Churchill, qui disait que la grandeur est le prix de la responsabilité. C’est lui qui a changé le cours de la guerre mondiale qui s’est terminée par la défaite d’Hitler, qui a reconnu le rôle crucial de Churchill Hitler a dit : J’ai été gêné par deux, Winston Churchill et les neiges de Russie. Le livre présente les étapes de la direction de la France par le général de Gaulle en tant que combattant et président et déclare : Je n’ai pas libéré la France pour en être le dictateur.
Dans les démocraties, le changement est pacifique, et George Bush Jr. n’était pas un leader, et sa force venait de la force de son pays, pas de son leadership, comme le dit l’auteur. Il pense que Barack Obama a été créé par George Bush et que la montée en puissance d’Obama à la présidence américaine est due à la colère américaine contre le modèle Bush et le leadership d’Obama.
Charisme destructeur… C’est un certain type de personnalité individuelle, selon laquelle l’individu diffère des gens ordinaires et le traite comme une personnalité talentueuse et au-dessus du niveau des autres, au point où il est considéré comme surnaturel, ou considérant que il a des propriétés spécifiques mais difficiles, qui le font passer des limites de l’humain ordinaire au surhumain, et les individus le considèrent comme merveilleux. L’auteur ajoute : Le haut charisme de certains dirigeants était la raison de leurs actions autoritaires et d’atteindre le summum de la tyrannie. Adolf Hitler, Joseph Tito de Yougoslavie, Fidel Castro et Saddam Hussein en sont des exemples.
La distance entre le leadership et la tyrannie est souvent très courte, et la tyrannie engendre la corruption, détruit les nations et détruit les gens. Dieu Tout-Puissant a dit (En vérité, Pharaon s’est levé dans le pays et a fait de son peuple des sectes, affaiblissant un groupe d’entre eux, massacrant leurs fils et laissant leurs femmes en vie, qu’il était l’un des destructeurs) Al-Qasas 4.
Le livre soulevait un sujet historique et complexe. Il n’est plus présent et leader en Europe, en Amérique ou en Asie, alors que dans le monde arabe il a longtemps vécu essentiellement dans des régimes idéologiques. Je pense que ses étoiles ont disparu avec la naissance d’une nouvelle génération avec un nouvel esprit dans une nouvelle ère.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.