Le nombre de morts dans les affrontements du Nil Bleu augmente et 36 unités soudanaises réitèrent leur opposition aux combats tribaux | Nouvelles de la politique

|

Gamal Nasser El-Sayed, ministre de la Santé de la région du Nil Bleu, a déclaré dans une déclaration à Al Jazeera Mubasher que le bilan des violences tribales au Soudan est passé à 105 morts et 291 blessés.

D’autre part, 36 organisations soudanaises, dont les Forces pour la liberté et le changement – le Conseil central – et un certain nombre de comités de résistance et d’organismes révolutionnaires ont signé une déclaration commune rejetant la guerre civile et les combats tribaux.

La déclaration a souligné que « la seule issue aux crises qui s’aggravent dans le pays passera par la fin du régime militaire, et que c’est la seule façon de mettre fin à la liquidité de la sécurité et de créer des interfaces tribales qui créent des troubles et des conflits ». justifications du maintien du régime militaire. »

Le 11 juillet, des combats tribaux ont éclaté dans l’État du Nil Bleu, dans le sud-est du pays, entre la tribu Hausa – des agriculteurs africains présents dans toute la région du Sahel – et des membres de la tribu locale Berti.

Les combats tribaux ont eu lieu à la suite d’appels de la tribu (Hamj) à expulser la tribu haoussa de l’État du Nil Bleu car ils ne sont pas indigènes, après avoir exigé un émirat pour eux dans l’État.

Les Hausa appellent à la formation d’une autorité locale pour superviser l’utilisation des terres et de l’eau, selon l’Agence France-Presse, citant un dirigeant haoussa.

Condamnant les combats tribaux dans l’État du Nil Bleu, dans le sud-est du Soudan, qui ont fait des dizaines de morts (SUNA)

De son côté, la tribu Berti locale revendique la propriété de la terre et refuse de croiser des résidents non tribus ou une surveillance extérieure.

Et dans les régions soudanaises, des affrontements généralisés ont éclaté au milieu de la crise tribale dans le sud-est du pays, tuant au moins 79 personnes et en blessant 199 et se propageant au-delà de l’État.

Les troubles se sont propagés à d’autres régions : à Kassala, dans l’est du pays, le gouvernement a interdit les rassemblements publics après que des milliers de Hausas ont incendié des parties des bureaux du gouvernement local, des bureaux administratifs et des magasins.

Quelques jours plus tard, des affrontements ont de nouveau éclaté entre les tribus Berti et Hausa, tuant également 14 personnes des deux côtés dans une fusillade », avant que le nombre de morts n’augmente plus tard.

Dimanche, le Conseil de sécurité et de défense, dirigé par le président du Conseil souverain Abdel Fattah Al-Burhan, a décidé de renforcer les forces de sécurité dans l’État du Nil Bleu « et de combattre résolument et rapidement les cas d’anarchie et les attaques contre les personnes et les biens ».

Le procureur en charge, Khalifa Ahmed Khalifa, a également annoncé la formation d’un comité chargé d’enquêter et d’enquêter sur les événements dans l’État du Nil Bleu.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *