Le réalisateur suédois Robin Ostlund remporte la Palme d’or pour Le Triangle du deuil

Publié dans: Dernière mise à jour:

Le rideau est tombé samedi lors du 75e Festival de Cannes : le réalisateur suédois Robin Ostlund a remporté la Palme d’or pour son film « Le Triangle du deuil ». C’est une œuvre satirique traitant de la société des super-riches et des rapports de classe dans les sociétés occidentales. Il s’agit de la deuxième Palme d’or du réalisateur au cours de sa carrière cinématographique.

Cinq ans se sont écoulés depuis qu’il a reçu la Palme d’or Festival de CannesLe réalisateur suédois Robin Ostlund revient au bal lors de la 75e édition de ce festival international du film et est à nouveau couronné d’un deuxième palmier pour son film ‘Le Triangle de la tristesse’ ou ‘Le Triangle de la tristesse’.

En acceptant le prix, le réalisateur suédois a déclaré: « Lorsque nous avons commencé à travailler sur ce film, nous avions un objectif et c’était d’essayer de faire une œuvre qui intéresserait le public et le ferait réfléchir avec un ton provocateur. »

Comme à son habitude, le réalisateur suédois critique à sa manière la classe bourgeoise qui vit dans un autre monde du luxe. Il se tenait sur un yacht sous une forme ou une autre, mais en même temps avec beaucoup de sarcasme, et sa langue disait que malgré la richesse que les gens réalisent, il ne peut pas les sortir des moments difficiles de la vie, où les pauvres sont égaux aux riche.

Cette œuvre, qui ressemble à la version inverse de « Titanic », dans laquelle les plus faibles ne sont pas forcément les perdants, montre avec ironie les inégalités sociales, entre riches et pauvres, mais aussi entre hommes et femmes ou entre blancs et noirs. Le réalisateur livre une critique cinglante du capitalisme et de ses dérives.

Le réalisateur suédois, qui a été élevé par sa mère communiste et se décrit comme un « socialiste », a déclaré qu’il n’était pas tombé dans le piège de « dépeindre les riches comme le mal », préférant plutôt « comprendre leur comportement ».

Après Play (2011), Snow Therapy (2014) et The Square (2017), Robin Ostlund continue de décortiquer les normes sociétales avec leurs faiblesses et leurs dilemmes éthiques.

l’histoire du film

Il a divisé son travail en trois parties, la première dans laquelle, depuis le début du film, il a montré un groupe de jeunes dans un test de sélection de modèles, toujours avec une sorte d’humour, et la deuxième partie, dans laquelle il s’est déplacé vers un yacht avec deux jeunes hommes du groupe ci-dessus à bord qui ont des aventures, mais les comptes matériels et la jalousie y sont fortement présents. Tous deux sont considérés comme des influenceurs sur les réseaux sociaux, tout comme les riches Américains et Russes.

Le yacht a une atmosphère de divertissement extravagant. Ces gens aisés à bord n’hésitent pas à montrer leurs richesses et leurs sources les uns aux autres et aux humbles ouvriers et manœuvres qui les servent pendant leurs vacances en mer.

Mais le plaisir sur le yacht est bientôt bouleversé lors d’un dîner en l’honneur du capitaine ivre du navire, un Américain qui aime les idées marxistes, alors que tout le monde est sur le point de commencer à se plaindre des perturbations de la mer qui ont fait vibrer dangereusement le navire.

Cette situation se terminera par le naufrage du yacht et certains de ses passagers survivront après avoir atterri sur une île. À ce stade du film, le réalisateur utilise également son style de gaspillage d’argent et de richesse, et il abaisse ses personnages riches de leurs tours d’ivoire à un niveau où ils deviennent des personnes qui répondent aux commandes simples du travailleur, ils répondent à tous vos envies sur le yacht.

Autres prix

Le réalisateur suédois d’origine égyptienne, Tariq Saleh, a remporté le prix du meilleur scénario pour son film A Boy in Heaven, qui a infiltré cinématographiquement l’université Al-Azhar pour révéler la présence de la police politique dans ses couloirs le long de l’ancienne scène religieuse islamique. l’un des centres les plus importants de l’islam sunnite dans le monde. .

En revanche, le festival a annoncé que les films « Close » de Lucas Donnet et « Stars at Noon » réalisé par Claire Donny ont remporté le Prix du Jury.

La Caméra d’or a remporté « Pony War » réalisé par Riley Keough et Gina Gemmell. Elle a également remporté le prix de la meilleure actrice iranienne, Tsar Amir Ebrahimi. Il a remporté le prix du meilleur acteur, Song Kang Ho, originaire de Corée du Sud.

Le Prix du Jury est revenu au film polonais « Io » de Jorzy Skolimowski et « Eight Mountains » de Charlotte Vandermerch et Felix van Groningen.

Délégué de France 24 à Cannes : Boualem Ghobchi

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.