Le Tchad sous la menace du terrorisme alors que les manifestations de l’opposition s’intensifient | Hisham Al-Najjar

Les développements rapides au Tchad ont prouvé que l’impact des événements au Mali, le plus récemment le retrait français du Mali, affectera les cinq pays du Sahel, car la scène s’est reformée dans ces pays depuis que la présence française a diminué avec le début du retrait. du Mali et la redistribution des forces, ainsi que l’escalade de l’influence russe, qui a finalement roulé le rejet populaire de Paris au Tchad.

Récemment, des manifestations ont eu lieu dans les rues des principales villes du Tchad et de la capitale N’Djamena exigeant le retrait de la France du pays, et des manifestants appartenant à l’opposition civile ont scandé « Libérez le Tchad et la France dans les campagnes ».

Les rassemblements de masse mécontents, qui se déroulent depuis le milieu du mois dernier, ont été témoins de déclarations symboliques qui ont envoyé divers messages à la France et au conseil militaire au pouvoir, notamment la démolition du monument aux soldats français, et les manifestants ont démoli un deuxième monument , datant de 1941 et symbolisant les combattants tchadiens tués au service de la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le retrait non coordonné des forces françaises, couplé à la préoccupation des forces locales pour le contrôle des troubles sociaux, laissera un vide à combler pour les terroristes.

Non seulement les manifestants ont brûlé des drapeaux français et hissé leurs homologues tchadiens, mais certains d’entre eux ont également hissé le drapeau russe sur un poteau dans le centre de N’Djamena en signe de la préférence de Moscou sur Paris.

Le Tchad n’est pas habitué à ce type d’action de masse, qui condamne l’influence de Paris et ne salue pas la présence des forces françaises, comme cela s’est produit dans d’autres pays du Sahel comme le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

Les manifestants ont rejeté l’influence économique de la France, détruit de nombreuses stations-service appartenant au groupe français Total et déposé un ensemble de revendications politiques comme noyau d’une escalade contre le régime au pouvoir soutenu par Paris, que l’opposition a accusé d’avoir organisé l’investiture de Mohamed Idriss Deby. comme président tchadien indéfiniment, succédant à son père.

La coalition It’s Time, l’une des ailes du mouvement populaire d’opposition qui a mené les manifestations et qui comprend un grand nombre d’étudiants universitaires, a annoncé le 6 avril la suspension de ses pourparlers avec le conseil militaire d’un « régime tyrannique illégal » qui est le blocage dénonce le soutien qu’il reçoit de la société.

La France, selon les déclarations de ses responsables, s’est plus d’une fois satisfaite de son affirmation selon laquelle elle n’est alliée à aucune des forces armées tchadiennes et se trouve à égale distance de toutes, et a soutenu le cours des pourparlers et du dialogue national en afin de parvenir à des solutions consensuelles.

divergences dans les estimations

dévotion aux influences étrangères

En ce qui concerne la France, l’équation au Tchad est différente de celle au Mali, car la raison du différend avec le Mali et du retrait des troupes du Mali est la tension qui a affecté les relations de Paris avec le conseil militaire sur place.

Alors que la raison de l’escalade contre la France au Tchad réside dans sa souplesse face au contrôle du pouvoir du général Mohamed Deby suite à la mort de son père aux mains de l’opposition armée l’an dernier, en violation des dispositions de la constitution.

Le général Mohamed Idriss Deby Itno, qui dirigeait le Conseil militaire général des 15 après l’assassinat de son père en avril de l’année dernière, s’est engagé à organiser des élections libres après une période de transition de 18 mois au cours de laquelle un dialogue national complet aurait lieu, bien que le Tchad soit mort. La Constitution prévoit que un président doit être élu dans les quatre-vingt-dix jours d’absence du président.

Le Niger a évité de tomber entre les mains des autorités militaires, avec le Burkina Faso, le Tchad et le Mali comme principaux chefs militaires, et à une époque où des généraux au Mali et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest étaient punis internationalement, le fils du général Deby du Tchad bénéficiait du soutien et le soutien de la France et d’une partie de la communauté internationale.

Les opposants tchadiens voient le transfert par la France de 2 500 soldats dans leur pays après son retrait du Mali comme une consolidation de l’influence étrangère qui dure depuis des décennies et qui empêche le peuple du pays de profiter de sa richesse.

Les manifestants réclamaient un régime civil qui permettrait la démocratie et la liberté de pratique politique, ils n’arrêteront donc pas de résister jusqu’à la fin de ce qu’ils appellent le colonialisme français.

Les accusations visent en grande partie Paris, qui veut soutenir le régime militaire dans la poursuite du contrôle des ressources naturelles et des richesses du pays, alors que le Tchad est l’un des plus importants pays producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne et l’un des pays les plus pauvres du le monde.

service aux terroristes

Les manifestants ont combiné l’opposition de l’autorité militaire au pouvoir avec l’influence française, symbolisant le passé colonial du Tchad, dont les citoyens endurent de terribles tragédies.

La France fait face à de nombreux défis qui entravent sa nouvelle stratégie dans les pays du Sahel, qui vise à se repositionner militairement
La France fait face à de nombreux défis qui entravent sa nouvelle stratégie dans les pays du Sahel, qui vise à se repositionner militairement

La production agricole et ce qu’elle génère du travail avec le pastoralisme n’est pas suffisante pour répondre aux besoins alimentaires et aux nécessités de base de la population, tandis que les énormes budgets pour le secteur militaire et les dépenses d’armement et d’éducation se font au détriment de la santé, de l’éducation et de l’amélioration de la qualité. sont pourvus de vie.

Malgré des revendications et des slogans légitimes tels que le retrait des forces étrangères et le remplacement du régime militaire par un régime démocratique civil, les manifestations contre le gouvernement intérimaire du Tchad et la présence française sont un service complémentaire aux groupes terroristes de diverses affiliations actifs dans la région.

Les développements sur le détroit tchadien soulèvent des questions sur le rôle futur du Tchad en tant qu’allié de la France et des États-Unis dans la guerre contre les groupes armés, d’autant plus que l’armée tchadienne a été un acteur clé dans l’équation antiterroriste au Sahel ces dernières années.

Si les manifestations de l’opposition civile conduisent à des troubles sociaux généralisés en attisant le mécontentement populaire face à la détérioration des conditions de vie et à la domination continue de la famille Déby, qui contrôle les services de sécurité, la compagnie pétrolière d’État et des institutions clés, c’est une faille dans les efforts de lutte contre le terrorisme. est probablement dû au fait que la France envisage de réduire ses opérations et de s’appuyer sur les forces tchadiennes.

Le modèle afghan jette des ombres sur la scène tchadienne, tant la dissolution de l’alliance entre la France et le pouvoir militaire, les manifestations croissantes d’hostilité envers les forces françaises d’une part, et la domination de l’armée d’autre part, posent des problèmes similaires. destins.

Et le retrait non coordonné des forces françaises, lorsqu’il est effectué sous la pression de la colère de la rue et de la préoccupation des forces locales pour le contrôle des troubles sociaux, laissera un énorme vide à combler pour les terroristes.

Si les militaires étaient évincés du pouvoir et que l’opposition tchadienne prenait le pouvoir, la fracture Sud-Nord serait réglée par le contrôle des tribus tabous, qui pourraient plonger la Libye dans le conflit par des alliances avec des milices et des factions libyennes qui s’étendraient au-delà de la frontière commune.

Ces données intéressent les groupes terroristes, arrivés à 300 km de la capitale N’Djamena en avril dernier avant d’être repoussés par l’armée, qui souffre de fatigue au combat compte tenu des armes rebelles accumulées et de l’expérience de combat en Libye voisine. .

Dans une réalité rongée par le manque de solutions rapides et pratiques pour améliorer la vie de la majorité de la population tchadienne pauvre et la frustration d’une présence française qui ne profite pas au peuple mais à l’élite dirigeante, en plus du manque de confiance des Tchadiens les citoyens sont très déçus de l’alternative civile et nombre d’entre eux se tournent vers le camp des djihadistes et de l’islam politique.

La Russie rivalise

Chaque retraite française s'accompagne d'une avancée contre l'influence de Moscou
Chaque retraite française s’accompagne d’une avancée contre l’influence de Moscou

Tout retrait français au Tchad et dans d’autres pays du Sahel sera compensé par l’influence de Moscou.Le lever du drapeau russe au centre de la capitale tchadienne a indiqué la montée en puissance de la Russie en échange du déclin de l’influence française dans ses anciennes colonies.

Tout comme l’équation entre le Tchad et le Mali est différente vis-à-vis de la France, elle est également différente pour la Russie qui, dans le cas du Tchad, soutient les forces civiles d’opposition, en particulier le Bloc tchadien du changement et de l’unification, dont des éléments ont été entraînés par éléments du groupe Wagners tout en soutenant l’autorité militaire au pouvoir au Mali.

Les États-Unis ont accusé la société de sécurité russe Wagner d’avoir causé la mort de l’ancien président tchadien Idriss Deby après avoir soutenu l’attaque des rebelles tchadiens contre N’Djamena et obtenu leur retrait en Libye après avoir soutenu les forces tchadiennes depuis Paris.

La Russie a entouré l’influence française au Tchad de différents côtés par le biais de conseillers militaires et d’éléments de la société « Wagner », puisqu’elle est située au sud en République centrafricaine, au nord dans la région libyenne du Fezzan, à l’est dans le Région soudanaise du Darfour, puis du Mali à l’ouest, et n’est plus séparée des frontières du Tchad à l’exception du Niger.

Et de peur que la France ne perde son influence historique au Sahel, elle devrait continuer à soutenir le nouveau président, le général Mohamed Deby, pour renforcer sa fermeté face aux pressions et attaques de l’opposition civile et militaire soutenue par Moscou.

Paris protéger le général Mohamed Idriss Deby d’être renversé signifie non seulement protéger son influence au Tchad, mais à travers l’Afrique centrale et occidentale au milieu de manifestations similaires au Niger, au Mali et au Burkina Faso, qui appellent à un renforcement des liens militaires avec la Russie et à l’expulsion de la France du Région.

La France fait face à de nombreux défis qui entravent sa nouvelle stratégie dans les pays du Sahel, visant à se repositionner militairement et à concentrer la présence des forces armées dans d’autres pays que le Mali, notamment la poursuite des manifestations contre sa présence dans la région et son déplacement récent au Tchad, parallèlement à l’influence croissante de la Russie, l’expansion des groupes armés dans des zones insoupçonnées.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.