Le visa humiliant que je ne veux pas – profondeur marocaine

Plus je vieillis, plus ma volonté est forte de ne pas demander de visa pour des pays qui imposent des conditions à mon pays que de telles conditions ne remplissent pas. C’est étrange pour de nombreux pays européens. Ils veulent que nous échangeons avec eux des biens, des services, de la culture, de la libération et de l’acceptation de valeurs qu’ils considèrent comme humaines et en même temps ils veulent construire un grand mur comme le mur de Berlin effondré et de nombreuses clôtures entre nous et eux. Je suis étonné de la situation de nombreux retraités français, notamment à cause de leur désir de vivre au Maroc et de profiter des prix de ses marchés et de ses services médicaux spéciaux, alors qu’on les voit entrer dans notre pays sans visa et ne dépenser que des miettes exploitation pour leurs travailleurs. Et ils prennent effrontément des décisions en violation du droit international dans le domaine de l’expulsion des citoyens et les lient au visa. Demain, ils regretteront que le monde change et j’espère que nous construisons notre économie pour protéger nos concitoyens du comportement d’un Occident qui ne connaît pas de valeurs sauf une tour qui va s’effondrer.

Les professeurs de droit international nous ont appris que la réciprocité est la règle la plus simple et la première dans les relations entre États et que c’est le premier principe sur lequel les traités sont construits. La France refuse de délivrer des visas aux officiels marocains, et des milliers de Français travaillent dans nos restaurants, dans nos villes touristiques et dans nos entreprises, et même dans les sports anciens qui attirent les touristes de toutes les régions du monde. Le Français entre au Maroc comme s’il passait de Paris à Bordeaux. Et le Marocain, même s’il est riche, responsable et simple participant à une conférence, est traité avec une mentalité coloniale et refuse sa demande de visa. Pour cette raison, de nombreux Marocains se rendent dans les ambassades de pays autres que la France.

Et ce qui nous empêche de les traiter de la même manière. Cela m’attriste que mon pays accepte l’entrée d’un chômeur français sur le territoire sans visa, alors que toute forme d’insulte envers un citoyen marocain lors d’une demande de visa est autorisée. J’ai étudié en France dans ces années où un visa n’était pas nécessaire pour entrer dans le pays de Molière, Voltaire et Al-Yaumi. Mais les choses ont changé et le gouvernement marocain devrait traiter les Français de la même manière. Cela signifie qu’un Français n’entrera pas au Maroc sans autorisation préalable et qu’il paiera une somme d’argent équivalente à ce que le citoyen marocain paie pour le dossier d’obtention d’un visa et pas nécessairement pour obtenir un visa. Certains propriétaires de tourisme peuvent dire que c’est difficile, mais cette question est gérée par les États du Golfe. Et l’affaire est importante car des centaines de millions de dirhams affluent gratuitement dans le Trésor français.

Le plus important est de ne pas offenser le citoyen voyageur. Soit la relation est équilibrée, soit elle ne l’est pas. Ils veulent des médecins, des ingénieurs et des experts marocains formés avec l’argent des contribuables marocains, et ils ne veulent pas que des représentants d’entreprises marocaines défendent leurs intérêts. Je ne permettrai pas aux responsables de mon pays de permettre à un Français d’entrer au Maroc pour ses fins commerciales et de refuser au gérant d’une société marocaine de faire des affaires avec ses clients en France. Et pour mémoire, le touriste français dépense le moins pour sa place au Maroc, et si on compare ce que les touristes marocains dépensent en France, on trouvera qu’il y a peu de bénéfice à la venue des touristes français dans nos hôtels.

Il est devenu nécessaire d’opposer la décision française à une décision marocaine. Le visa doit être imposé à celui qui nous impose le visa. Cette demande ne nuira pas aux services touristiques de notre pays. Le prix que paie un touriste français dans un hôtel tout compris est bien inférieur à ce que paie un touriste marocain. Et assez de mépris du consommateur marocain pour les services touristiques de notre pays.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *