Lécarigny évoque le contexte et l’arrière-plan du déclin de l’influence française en Afrique

Idris Lakrini, professeur de droit international et de relations internationales, a déclaré : « Le continent africain vit au rythme d’un grand paradoxe. À une époque où de nombreux indicateurs et données réalistes confirment son adhésion à des composants et des composants qui le placent au sommet de l’espace le plus riche du monde à un niveau civilisé, nombre de ses pays continuent de prospérer au rythme de la pauvreté, des conflits internes et d’un certain nombre de Des problèmes qui entravent les voies de développement.

Dans un article intitulé « Le déclin de l’influence française en Afrique », il a déclaré à Kreini : « De nombreux événements et faits suggèrent qu’il existe une volonté africaine effrénée de se débarrasser de l’influence française, un discours inspiré par de nombreuses nouvelles élites politiques, en en plus d’une grande partie de l’intelligentsia africaine, qui n’hésite pas à dénoncer les nombreuses contradictions qui caractérisent le discours résonnant français d’une part, et les pratiques réalistes qui relèvent du chantage et alimentent les dissensions et les conflits contre l’Afrique d’autre part.

L’expert en relations internationales a ajouté : « Outre les défis liés au déclin naissant de l’influence et de l’hégémonie françaises en Afrique, l’importance de la concurrence internationale sur le continent, menée par des puissances internationales telles que la Chine, les États-Unis d’Amérique, le Japon et la Russie et les puissances régionales comme la Turquie et le Brésil qui n’ont eu aucune accumulation coloniale sur le continent.

Voici le texte de l’article :

Le continent africain vit au rythme d’un grand paradoxe, à une époque où de nombreux indicateurs et données réalistes confirment son inclusion de composantes et d’ingrédients qui, avec sa diversité culturelle, religieuse et linguistique, le placent au premier rang des espaces les plus riches au niveau civilisé, et ses compétences et ressources naturelles, embrassant de vastes réserves de métaux précieux tels que l’or, les diamants, le cobalt et l’uranium…, Dans une zone de plus de 30 millions de kilomètres carrés qui varie entre îles, montagnes, plaines et forêts, Avec une puissance humaine de plus d’un milliard et 200 millions d’habitants, les jeunes occupent une proportion non négligeable par rapport à la moyenne mondiale, tout en disposant d’importantes réserves de pétrole et de gaz… Beaucoup de leurs pays vivent encore au rythme des conflits internes de pauvreté et un ensemble de problèmes entravant les voies de développement.

Le taux de raccordement à l’électricité est encore faible, tandis que la faim et la malnutrition menacent nombre d’autres pays, comme c’est le cas d’un groupe de pays de la région du Sahel souffrant d’un manque d’infrastructures, d’un chômage généralisé, d’un manque d’égouts, d’une mauvaise couverture sécuritaire et de la prolifération des groupes populaires armés.

Sans aucun doute, il y a des facteurs qui se chevauchent qui aggravent la plaie africaine, contribuent à perpétuer la situation de gaspillage sous toutes ses formes et empêchent les peuples africains de jouir de la stabilité et de la prospérité. Outre les pillards de marchandises du colonisateur, qui ont laissé de nombreux problèmes frontaliers, établi une dépendance après son retrait militaire, et le retour de ses entreprises monopolistiques dans la région… Il existe d’autres facteurs qui, dans leur ensemble, sont liés à la la propagation de la corruption, le manque de gouvernance, l’instabilité politique et sécuritaire et la fuite des cerveaux à l’étranger.

Le fait que de nombreux pays du continent ont pu faire des progrès importants sur la voie du développement, reflétés dans les taux de croissance économique qui, dans un certain nombre de pays, ont commencé à afficher une augmentation remarquable, comme c’est le cas au Rwanda, Éthiopie, Madagascar, Tanzanie et Kenya… tandis que d’autres ont adopté des réformes politiques majeures, il a amené de nouvelles élites aux postes de décision, avec des visions et des stratégies qui ont remporté de nombreux succès, contribuant grandement à changer le stéréotype circulant en Afrique au cours des deux dernières décennies.

De nombreux chercheurs attribuent la souffrance de nombreux pays du continent à la persistance de certains pays à les traiter avec des arrière-plans coloniaux, notamment la France qui, lorsqu’elle a abandonné militairement ses anciennes colonies, a continué à utiliser de nombreux mécanismes et techniques, pour étendre son hégémonie et asseoir sa dépendance vis-à-vis de Paris.

De nombreux événements et faits montrent qu’il existe une volonté africaine effrénée de se débarrasser de l’influence française, qui est le discours d’une grande partie des nouvelles élites politiques, en plus d’une grande partie de l’intelligentsia africaine, qui n’hésite pas à exposer de nombreuses contradictions. qui, d’une part, la résonance des Discours français et, d’autre part, des pratiques réalistes caractérisent ce qui relève du chantage et, d’autre part, alimente les querelles et les conflits contre l’Afrique.

La France continue à considérer ses anciennes colonies avec une certaine condescendance tandis que, malgré la fin de l’occupation, elle continue à consacrer des formes diverses à des relations fondées sur l’hégémonie et le contrôle ; Il tenait à soutenir un certain nombre d’élites dirigeantes fidèles à l’agenda français et défendant leurs intérêts sur de multiples fronts économiques, sécuritaires et culturels, et la situation a atteint le point où des coups d’État militaires ont été soutenus pour faire avancer ces intérêts, même avec eux. dans des opérations génocidaires, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.

Sur le plan économique, la France a imposé l’adoption du franc français à un certain nombre de ses anciennes colonies, leur permettant de contrôler ses politiques monétaire et bancaire, tandis que nombre de ses grandes entreprises ont exploité la richesse du continent en concluant des accords déloyaux et déloyaux, souvent dans l’intérêt de Paris.

Au niveau culturel, elle ne se cache pas des services des francophones pour renforcer l’influence française sur le continent à travers la promotion de la langue française avec ses différentes souches visant l’identité culturelle africaine et l’intimité avec leur diversité de civilisation.

La France est aujourd’hui confrontée à une situation africaine différente qui l’oblige à reconsidérer ses relations avec les pays du continent, ce qui ne cesse de se répéter dans une série de forums régionaux et de rencontres bilatérales et collectives auxquels Paris participe, et cela a été démontré lors de la travaux du sommet franco-africain, dont l’organisation a eu lieu récemment à Montpellier (septembre 2022), où nombre de jeunes Africains ont appelé à l’établissement de nouvelles relations à l’échelle des évolutions majeures en Afrique, les « nouveaux mouvements » en son sein, l’allégement de la dette et le retrait des forces armées du continent.

A côté de ces défis liés au déclin naissant de l’influence et de l’hégémonie françaises en Afrique, l’importance de la concurrence internationale sur le continent, menée par des puissances internationales telles que la Chine, les États-Unis d’Amérique, le Japon et la Russie, et des puissances régionales telles que la Turquie et la Le Brésil, qui n’a subi aucune accumulation coloniale sur le continent, ne reste pas caché non plus. L’importance de la coopération Sud-Sud, dont les aspects positifs se manifestent de manière frappante sous la forme d’une coopération afro-africaine fondée sur l’équilibre et le partage des intérêts, n’est pas occultée.

Si la France reconnaît enfin l’existence de ce qu’elle appelle des « failles » dans ses relations avec les pays du continent, elle n’est pas encore parvenue à construire des relations équilibrées fondées sur le respect de la souveraineté des États ; Face à l’échec de ses forces militaires à contenir le terrorisme au Mali et dans le Sahel africain, des voix se sont élevées pour réclamer son départ, et même ceux qui estimaient que sa présence militaire dans la région perpétuait les crises et protégeait les intérêts français, plutôt que d’instaurer une paix durable. dans ces zones troublées, alors que certains chercheurs et acteurs civils africains ont appelé à l’abolition du franc CFA et même à ce que la France reconnaisse sa responsabilité dans une série de crimes historiques commis contre les peuples du continent.

Toutes ces évolutions confirment que les relations franco-africaines traversent une véritable crise de confiance, qui oblige Paris à réorganiser ses cartes et ses comptes.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.