Les Allemandes rencontreront la France en demi-finale des nations

Coupe d'Asie : La bévue entre le Japon et la Corée du Sud sème la confusion dans la scène des « combats de groupe »

La défaite soudaine 2-1 du Japon contre l'Irak et le nul 2-2 de la Corée du Sud contre la Jordanie ont rendu plus difficile que jamais de prédire l'identité de l'équipe qui remporterait la Coupe d'Asie à la fin de la phase de groupes.

Le Japon était le grand favori pour remporter un cinquième titre et améliorer son bilan, tandis que la Corée du Sud, menée par Heung-Min Son, était considérée comme son principal rival.

Mais après que les premiers résultats de la phase de groupes au Qatar se soient déroulés comme prévu, la première surprise est survenue au deuxième tour lorsque l'Irak a battu le Japon 2-1 après que ce dernier n'ait pas réussi à impressionner lors du match d'ouverture, battant le Vietnam 4-1. 2. .

Après 24 heures, la deuxième surprise est arrivée.

Le capitaine de Tottenham et de la Corée du Sud, Son, a donné l'avantage à son pays avec un penalty après 9 minutes contre la Jordanie, mais l'équipe d'Asie de l'Est semblait satisfaite de son avance.

L'équipe jordanienne a frappé fort en marquant son premier égaliseur grâce à des tirs amis avant de prendre une avance de 2-1 à la fin de la première mi-temps.

Les joueurs japonais déçus après la défaite 2-1 contre l'Irak (Reuters)

La Corée était sur le point de s'incliner mais a réussi à égaliser dès la première minute des arrêts de jeu pour se sortir d'une situation difficile.

Le Japon et la Corée du Sud sont toujours en bonne position pour atteindre les tours de qualification puisque les deux équipes n'ont besoin que de faire match nul respectivement contre l'Indonésie et la Malaisie pour se qualifier pour la finale. Mais leur échec leur a permis de s'affronter au second tour s'ils ne parvenaient pas à sortir vainqueurs de leur groupe.

Les deux équipes ne sont pas championnes et devront attendre le troisième tour pour accéder aux huitièmes de finale aux côtés de l'Australie, de l'Iran, de l'Irak et du Qatar, champion en titre.

Il n'est pas possible de critiquer l'entraîneur allemand Jürgen Klinsmann ou son équipe sud-coréenne en rabaissant leurs rivaux, d'autant plus que l'équipe tente de mettre fin à une disette de 64 ans au cours de laquelle elle n'a pas réussi à remporter le titre continental.

Klinsmann pensait que le couronnement ne serait pas facile et avait déclaré avant le tournoi : « Chaque match sera difficile. « Le football asiatique s'est beaucoup amélioré et la qualité a considérablement augmenté au cours des 10 ou 15 dernières années. »

Le Qatar est devenu le principal prétendant au titre continental (Reuters)

Le Qatar est le plus convaincant

Parmi les quatre équipes qui ont déjà atteint les huitièmes de finale après deux victoires en deux matchs, le Qatar est sans doute la plus impressionnante, malgré le remplacement de son staff technique par la fédération locale environ un mois avant le début du tournoi et l'ancien entraîneur espagnol du Real Madrid. Carlos Queiroz a demandé l'aide du « Tentin » espagnol Marques Lopes.

Ce n'est que le début, mais le risque a été récompensé jusqu'à présent, les champions en titre battant facilement le Liban 3-0 au début du tournoi avant de se qualifier et de prendre la tête du groupe avec une victoire 1-0 contre le Tadjikistan participant pour la première fois.

L'équipe nationale qatarie compte l'attaquant Akram Afif, qui est à égalité avec l'Irakien Ayman Hussein en tête de la liste des buteurs avec trois buts chacun.

Al-Anabi a également un autre atout, représenté par son compatriote attaquant Al-Moez Ali, qui a été le meilleur buteur de la dernière édition des Émirats arabes unis en 2019 avec neuf buts, auxquels il a ajouté un but lors du match d'ouverture.

L'Iran, deuxième équipe du tournoi après le Japon, s'est qualifié pour les huitièmes de finale dans le but de remporter son quatrième titre asiatique.

Elle a battu la Palestine 4-1, puis a remporté une difficile victoire d'un seul but contre Hong Kong, l'équipe la moins bien classée du tournoi.

L'équipe australienne dirigée par Graham Arnold n'a pas impressionné en remportant deux victoires ternes contre l'Inde (2-0) et contre la Syrie, avec un but sans réponse causé par le seul tir au but des champions 2015 tout au long du match.

Léone Duchamps

"Amateur accro au café. Communicateur. Expert Internet certifié. Joueur. Fanatique de musique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *