Les conséquences de l’invasion… La France évoque la possibilité de couper l’électricité aux ménages en hiver

Les familles des régions de l’est du pays reprises aux forces ukrainiennes ont appelé la Russie à restituer les enfants qui leur ont été enlevés et amenés à traverser la frontière sous prétexte de « assurer leur sécurité ».

Une femme nommée Alla Zinchenko a déclaré au journal :Les tempsLes Britanniques ont déclaré que les Russes avaient offert à de nombreux parents des « vacances en mer » avec leurs enfants, loin des dangers de la guerre et des bombardements, et ont constaté qu’ils devaient accepter cela sous la contrainte, craignant pour la vie de leurs enfants.

Zinchenko a déclaré qu’elle n’avait pas vu sa fille de 11 ans, Sofia, depuis qu’elle lui avait été enlevée il y a quelques mois et qu’elle ne savait rien du sort de son enfant après le retour de sa ville sous souveraineté ukrainienne. et il n’y avait aucun moyen pour eux d’être réunis.

La mère en deuil a expliqué qu’elle avait pu envoyer un message téléphonique à sa fille, qui séjourne actuellement dans la ville de Kabardinka, à l’est de Novorossiysk, sur la côte russe de la mer Noire, mais la jeune fille a répondu que ses « vacances » avaient été prolongées d’au encore quelques semaines au moins.

« Je ne veux rien ramener d’autre que mon enfant », a déclaré Zinchenko, 42 ans, qui vit dans la ville de Balaklia entre les villes d’Izyum et de Kharkiv, notant qu’elle fait partie des centaines de parents qui souffrent de la même situation tragique.

Sofia avait auparavant dit à sa mère qu’elle était détenue avec 300 autres enfants de plusieurs villes de la région de Kharkiv pour expliquer à Zinchenko qu’elle était désespérée et voulait « crier au monde entier ».

Elle ajoute : « Je ferais n’importe quoi pour la revoir… Tout ce que je veux vraiment, c’est la serrer dans mes bras à nouveau. »

La semaine dernière, les Nations Unies ont demandé à la Russie d’autoriser les travailleurs humanitaires à accéder à des milliers d’enfants enlevés dans les territoires occupés en Ukraine.

Moscou affirme que trois millions de citoyens ukrainiens ont été expulsés des zones qu’il occupait en février et mars, et que beaucoup d’entre eux ont choisi de se rendre en Russie même, affirmant qu’ils avaient demandé l’asile sans contacter la Croix-Rouge ou permettre à des organisations similaires de les atteindre.

Le nombre d’enfants impliqués, qui semblaient non accompagnés, suscitaient des inquiétudes particulières, car certains avaient été enlevés de force dans des orphelinats et divers moyens avaient été utilisés pour séparer les parents des enfants, tandis que des informations faisaient état d’enfants proposés à l’adoption par des familles russes. offert.

Zinchenko a déclaré que les forces d’occupation de la ville de Balaklia ont exploité les craintes des parents pour la sécurité de leurs enfants lorsque les forces ukrainiennes ont commencé à bombarder les installations militaires russes.

« Nous avions tous peur », a-t-elle dit en pleurant près de l’appartement familial au huitième étage.Des obus tombaient de partout et les Russes ont promis d’emmener les enfants à la mer pour des vacances sous prétexte de leur sécurité.

Elle a expliqué que 25 familles de sa ville avaient accepté l’offre et souligné qu’elle ne pouvait pas imaginer qu’elle aurait accepté de lui retirer son enfant.

Zinchenko a déclaré qu’elle ne pouvait pas déterminer si les Russes avaient pris les enfants en otage parce qu’ils craignaient que les villes ne soient sur le point de contre-attaquer.

Elle a indiqué qu’elle aimerait se rendre à la frontière pour exiger personnellement le retour de sa fille, mais la Russie occupe toujours des milliers de kilomètres carrés de terre entre Balaklia et la frontière de la mer Noire entre les deux pays, la laissant désespérée de dire : « Nous devons rester ici et voyons ce que les prochains jours nous réservent. » .

La secrétaire générale adjointe de l’ONU aux droits de l’homme, Ilse Brands Kehres, a déclaré la semaine dernière au Conseil de sécurité que les Russes avaient lancé un processus accéléré pour accorder la citoyenneté aux enfants non accompagnés, affirmant que ces jeunes étaient éligibles à l’adoption.

« Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que les plans annoncés par les autorités russes pour autoriser les transferts d’enfants depuis l’Ukraine ne semblent pas inclure de mesures en faveur du regroupement familial ni garantir d’une manière ou d’une autre le respect du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant. »

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.