Les décisions du monde en Ukraine… La politique d’apaisement ou de confrontation

L’Ukraine a poursuivi ses travaux pour deux raisons. Premièrement, parce qu’il rejette le réalisme politique, et deuxièmement, parce qu’il n’y a pas d’accord occidental sur la forme de la solution finale : les dirigeants ukrainiens n’ont prêté aucune attention au réalisme politique parce que le président ukrainien au début de la guerre a rejeté une proposition américaine proposer de lui permettre de quitter le pays avec sa famille, et a décidé de se battre pour protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de son pays… Cette décision a été cruciale pour changer la position occidentale, surtout après la performance inattendue de l’armée ukrainienne, et le retrait forcé de l’armée russe dans l’est et le sud de l’Ukraine pour mener une guerre limitée qui se transforme avec le temps en une guerre d’usure. La décision ukrainienne et la position européenne unie ont changé le concept de realpolitik en un nouveau réalisme qui appelle au retrait de toutes les forces russes des terres ukrainiennes. Mais ce réalisme politique, avec l’armée russe dévorant de nouveaux territoires dans l’est de l’Ukraine, perd le consensus à son sujet ; L’Amérique ainsi que le Japon, l’Australie, la Corée du Sud et des pays européens comme la Grande-Bretagne, les États baltes et la Pologne ont une vision différente des puissants pays européens de l’Union européenne comme la France, l’Allemagne, l’Italie et d’autres. L’Amérique considère le conflit d’un point de vue géostratégique, titré que Moscou ne devrait pas gagner la guerre parce qu’elle enhardit d’autres pays, en particulier la Chine, dans son différend avec Taiwan qui changera la nature de l’ordre mondial qu’elle dominait après la Seconde Guerre mondiale. D’autre part, des pays européens comme la France et l’Allemagne estiment que la guerre ne peut pas se terminer par la défaite de Moscou, car sans eux, il y a des craintes, dont la principale est que le président Poutine recourra à l’option nucléaire, et deuxièmement, parce que The Defeating Russia n’est pas facile et, par conséquent, la poursuite de la guerre infligera des pertes économiques à l’Europe et établira une période d’instabilité.
Selon cette perception, l’Ukraine glissera dans une phase dangereuse car si elle perd le soutien occidental uni, elle sera incapable de résister et elle sera forcée de négocier et d’accepter les diktats russes. Cela a commencé à montrer ses traits avec le président français Emmanuel Macron déclarant que « nous devons sauver la face de Poutine » et le chancelier allemand Olaf Scholz se contentant d’embellir les mots plutôt que les actes ; Il est surprenant que Macron se soit rendu à Moscou plusieurs fois et se soit adressé à Poutine et n’ait jamais visité la capitale ukrainienne ; La seule explication à cela est que Macron, comme ses prédécesseurs à l’Elysée, ne fait pas confiance au leadership américain et estime que l’Europe ne protégera ses intérêts qu’avec ce qu’il appelle l’indépendance stratégique. Cette indépendance stratégique implique la conviction que la Russie est un pays européen et que l’Europe doit coexister avec elle, et que l’Amérique a ses intérêts, qui ne sont pas nécessairement identiques aux intérêts européens, et ce qui s’est passé à l’époque du président Donald Trump, et ce s’est produit récemment en Afghanistan prouve la validité de cette théorie.
Ce différend euro-américain sur et au-delà de l’Ukraine a de graves conséquences pour l’unité de l’Occident, qui se sont manifestées au début de la crise ukrainienne ; La conséquence peut-être la plus importante est d’inciter le président Poutine à aller de l’avant avec son plan car dès le départ il a misé sur les positions contradictoires du camp occidental et sur l’importance de l’économie dans la vie de l’Européen. Le citoyen européen, selon Robert Keegan, conseiller du président Bill Clinton, dans son livre « Strength and Heaven », est habitué à la paix et ne pense plus à la guerre, essayant de tout résoudre par la négociation, les concessions et l’aide. Les États-Unis deviendront le pas atteindre la paix souhaitée. Mais le problème avec la France et l’Allemagne est qu’en dépit d’être les deux pays les plus importants de l’Union européenne, ils ne parviennent pas à convaincre le reste de l’Union de leur indépendance stratégique, ni de leur vision pour résoudre la guerre en Ukraine. Des pays neutres comme la Finlande et la Suède se tournent vers les dirigeants américains de l’OTAN pour protéger leur sécurité et ne voient pas l’Union européenne et la théorie de la défense européenne unifiée comme la sécurité qu’ils souhaitent ; Contrairement à ce que dit le président français, l’Otan est en « mort cérébrale », contrairement à la théorie de l’indépendance stratégique, qui ne semble pas envisageable.
Dans cette équation euro-américaine, l’Ukraine vit sur deux pistes : euro-américaine. La piste américaine, qui considère la confrontation en Ukraine non seulement comme la souveraineté de l’État, mais plutôt comme une question de son leadership sur le monde… Ce leadership, comme le dit le secrétaire d’État américain Anthony Blinken, appelle au retrait complet de la Russie des terres ukrainiennes , ou comment le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, affirme que l’affaiblissement de l’armée russe ne menace même pas ses voisins ou, comme le dit le président américain, écarte Poutine du pouvoir ; Par conséquent, nous voyons la poursuite du soutien financier et militaire massif des États-Unis à l’Ukraine selon des calculs mûrement réfléchis visant à restreindre la Russie et à la pousser à négocier en position de faiblesse. La trace européenne voit que l’Ukraine a persévéré et en la soutenant peut chasser les forces russes de leur pays, mais cela ne servira pas une paix durable en Europe et ouvrira la porte à une autre guerre à un autre moment, quand la Russie se sentira plus forte et capable de reconquérir son pays, comme l’a dit récemment Poutine : Dans une intéressante lecture de l’histoire, Pierre le Grand n’est pas allé en Suède pour conquérir la terre d’autrui, mais pour conquérir le pays afin de reconquérir les Slaves. Et pour que l’histoire ne se répète pas, la solution européenne est de plaire à Poutine, comme l’a dit Kissinger, en lui soumettant certaines de ses exigences et en fermant le dossier ukrainien, bien qu’aux dépens de l’Ukraine ; Cette solution préserve l’existence de l’Ukraine et la paix en Europe.
Ainsi l’Ukraine se retrouve prise entre le destin américain et européen ; Le premier veut établir par la force un vieil ordre mondial sans cesse ébranlé et confronté aux défis des économies émergentes, tandis que le second veut parvenir à la paix en s’appuyant sur la théorie de l’apaisement qu’il a essayée avec Hitler et qui n’a pas conduit à la paix, mais a conduit le monde de la paix en deux guerres mondiales et peut, à Dieu ne plaise, conduire à quelque chose de plus grand à l’avenir.

* correspondant « Moyen-Orient« 

Noter:
Tous les articles publiés reflètent uniquement l’opinion de leurs auteurs.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.