Les « rabais israéliens » aggravent la crise de l’AP et l’aide européenne reprend la semaine prochaine

Les « rabais israéliens » aggravent la crise de l’AP et l’aide européenne reprend la semaine prochaine


Mardi – 5 Muharram 1444 AH – 02 août 2022 AD Issue No. [
15953]

Ramallah : « Moyen-Orient »

La décision israélienne de retirer 600 millions de shekels (180 millions de dollars) des recettes fiscales du gouvernement palestinien a exacerbé la crise financière qui afflige ce gouvernement depuis le début de cette année et a compliqué son bilan.
Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh a déclaré que la décision du gouvernement israélien était « injuste, illégale et pirate ». Et il a ajouté : « Cela ajoute une autre dimension à notre crise financière. »
Dimanche, lors d’une réunion spéciale du Conseil des ministres des affaires politiques et de sécurité (Cabinet), le gouvernement israélien a décidé de déduire 600 millions de shekels israéliens des impôts perçus par Israël (clearance) en faveur de l’Autorité palestinienne sur cette question.
Les fonds de règlement sont des taxes perçues mensuellement par le Trésor israélien sur les marchandises importées dans les territoires palestiniens et remises au Trésor palestinien, s’élevant à environ 200 millions de dollars par mois, plus ou moins selon les mouvements commerciaux.
Ce n’est pas la première fois qu’Israël déduit des revenus des Palestiniens un montant égal aux montants que l’agence verse aux prisonniers et aux familles des Palestiniens tués par Israël. Cette question est une crise persistante depuis juillet 2018, lorsqu’Israël a approuvé la loi pour déduire tout montant égal aux paiements de l’agence à chacun des prisonniers ou familles d’auteurs terroristes, mais l’agence a refusé de cesser de payer ces salaires.
L’année dernière, Israël a commencé à retirer environ 600 millions de shekels des fonds de l’AP, qui sont normalement répartis tout au long de l’année. La décision israélienne est intervenue cette année, à un moment où l’Autorité palestinienne souffre de ce qu’elle dit être la pire crise financière depuis sa création, citant le retrait continu par Israël de l’argent des contribuables palestiniens, la crise des coronavirus et la baisse des financements extérieurs. .
Depuis le début de l’année, l’agence verse des salaires incomplets à ses employés en raison de cette crise, qu’elle n’a pas encore pu surmonter. L’Autorité attend avec impatience le retour du soutien européen dès que possible pour apaiser la situation financière ; Surtout quand les syndicats menacent de revenir à la politique de grève si la situation perdure.
Le porte-parole de l’Union européenne pour les Territoires palestiniens, Shadi Othman, a annoncé qu’il s’attend à ce que le premier de ces versements financiers parvienne à l’Autorité palestinienne la semaine prochaine et que les détails et les aspects de leur versement seront annoncés à la prochaine étape, soulignant que la question des hôpitaux dans Jérusalem-Est est une priorité absolue pour la contribution financière, le programme d’orientation médicale et les prestations sociales pour les familles pauvres de Cisjordanie et de la bande de Gaza, ainsi que les salaires et les pensions du personnel. Il s’agit d’environ 214 millions d’euros, mis à disposition par la Commission européenne, d’aide annuelle à l’Autorité palestinienne, qui est gelée depuis près de deux ans en raison de l’attitude conservatrice de la Hongrie, qui a lié la reprise de l’aide aux Palestiniens et modifié ses programmes . C’est aujourd’hui le principal donateur de l’Europe à la Palestine.


Palestine

Le conflit palestino-israélien

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.