Les Tchétchènes combattent les Ukrainiens pour « finir ce qui a été commencé dans le Caucase »

L’Islam fait partie des « plusieurs centaines d’hommes » au crâne rasé et à la longue barbe qui sont venus en Ukraine depuis la Tchétchénie pour se porter volontaires pour combattre aux côtés de l’armée ukrainienne contre les Russes.

« Si les Russes me prennent, je ne serai pas remplacé (…) Ils vont me torturer puis me montrer à la télé », raconte le Tchétchène de 33 ans.

En avril, un dissident réfugié en Pologne depuis plus de 20 ans a rejoint la Brigade Cheikh Mansour, composée majoritairement de vétérans des guerres tchétchènes et formée en 2014 après l’annexion de la Crimée par Moscou. La Brigade Cheikh Mansour porte le nom d’un chef militaire tchétchène qui a combattu l’expansion russe dans le Caucase au XVIIIe siècle, pour rappeler que la volonté d’indépendance du peuple tchétchène n’est pas nouvelle.

Une continuation de ce qui a commencé dans le Caucase

Islam, qui a été interviewé par l’agence de presse française à Zaporijia (sud-est) avec deux autres membres du bataillon, Mansour et Asadullah, en marge des combats, a refusé de révéler le nombre et la localisation des combattants. Il ne voulait pas révéler sa véritable identité afin de protéger ses proches vivant en Tchétchénie des conséquences.

De l’autre côté du front se trouvent d’autres Tchétchènes pro-Kremlin recrutés dans les commandos de la « Brigade Kadyrovtsy » dirigée par le président tchétchène Ramzan Kadyrov.

Ces milices opèrent aux côtés de l’armée russe et compteraient environ 8 000 hommes, mais le nombre ne peut être vérifié.

« Nous voulons montrer que tous les Tchétchènes ne sont pas comme eux, mais que nombreux sont ceux qui considèrent les Russes comme des agresseurs et des occupants », dit Islam, tandis que les sirènes hurlaient pour avertir du danger des bombardements. Il estime que la guerre n’est pas nouvelle, « comme si c’était un voyage dans le passé et une continuation de ce qui a commencé dans le Caucase ».

Et Grozny, la capitale de la Tchétchénie, a connu le même sort que Marioupol, détruite par les bombes russes il y a deux décennies. La Tchétchénie a été témoin de deux guerres sanglantes. La deuxième guerre, déclenchée par Vladimir Poutine en 1999, a conduit à l’investiture de Ramzan Kadyrov à la présidence de la république à majorité musulmane en 2007.

« Soif d’indépendance et de justice »

En conséquence, environ 250 000 membres de la diaspora tchétchène se forment à l’étranger, principalement en Europe. « J’ai décidé de rejoindre le bataillon pour restaurer l’honneur des Tchétchènes, que Moscou essaie de présenter comme des terroristes », explique Islam. Le Tchétchène documente les crimes de guerre commis par la Russie sur Internet, après quoi il reçoit des menaces. Il suit les ordres du commandant adjoint Mansour, 40 ans, qui a des blessures encore bien visibles après cicatrisation. « Deux d’entre nous ont été tués et d’autres blessés, mais c’est important que nous soyons là », explique le volontaire. Nous avons tout ce que nous savons sur la guerre pour les soldats locaux.

Ces Tchétchènes sont équipés d’équipements capturés à l’ennemi, mais ils ne sont pas membres officiels de l’armée ukrainienne. Les habitants, pour la plupart orthodoxes, leur fournissent de la nourriture et semblent avoir une vision positive de ce qu’ils font. Mansour déclare : « Nous ne sommes pas ici pour faire respecter les enseignements islamiques, mais pour combattre un ennemi commun et défendre la liberté », qu’il considère comme « une forme de jihad ».

De nombreux Tchétchènes vivant en Europe ont rejoint les rangs de l’EI dans le passé, et les autorités ukrainiennes se méfient depuis longtemps d’eux. Certains d’entre eux ont été ajoutés à la liste des sanctions contre le terrorisme par des éléments pro-russes de l’agence parce qu’ils sont recherchés par Interpol à la demande de Moscou. Islam poursuit : « Mais tout cela c’était avant l’invasion, et maintenant le regard du gouvernement sur nous a changé. » Il souligne que des combattants chrétiens ont rejoint le bataillon, qui est devenu un « allié » si bien que certains Ukrainiens préfèrent s’y intégrer plutôt que rejoindre l’armée.

C’est le cas d’Asadullah, converti à l’islam, qui dit « admirer les gens qui défendent l’honneur et la dignité », malgré les abus auxquels ils peuvent être confrontés. « Leur quête d’indépendance et de justice est un exemple pour nous », ajoute-t-il.


elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.