« Les versets sataniques »… une journaliste libanaise dit avoir reçu des menaces de mort et de viol à cause de son tweet

Le média libanais Dima Sadek a déclaré avoir reçu une série de messages contenant des menaces de viol et de mort après avoir publié une photo du fondateur de la République islamique, l’ayatollah Khomeiny, et de l’ancien commandant de la Force Qods sur sa page Twitter. Kassem Soleimani.

Sadiq a légendé la photo avec la phrase « Les versets sataniques », le titre du roman de l’écrivain britannique Salman Rushdie après lequel Khomeiny a émis une fatwa pour verser son sang en 1989.

Le moment du tweet intervient après que l’écrivain Rushdie a été poignardé au cou vendredi lors d’une conférence qu’il donnait dans le nord de l’État de New York.

Dans une autre publication, Rima Sadek a déclaré faire l’objet d’une campagne de haine et de menaces de mort et de viol : « Depuis ce matin, je fais l’objet d’une campagne de haine qui a atteint le point d’appeler publiquement à l’effusion de sang dans une campagne lancée par Jawad Hassan Nasrallah. « 

Elle a ajouté que si elle subit un quelconque préjudice publiquement et officiellement, elle tient le Hezbollah pleinement responsable, considérant son tweet comme une communication aux autorités libanaises.

avis mitigés

Les opinions parmi les pionniers des plateformes de médias sociaux étaient partagées, certains considérant le tweet des médias libanais comme « une violation des principes sacrés », tandis que d’autres le défendaient.

Ahmed Taha a écrit sur Twitter que Dima Sadek jouait une « victime » après avoir insulté des symboles religieux, a-t-il dit.

Le média, Nancy Lakkis, a considéré ce que Sadiq a écrit comme « un crime passible de trois ans de prison en vertu du Code pénal libanais ».

Tout en exprimant son soutien à Dima, le journaliste libanais l’a décrite comme ayant un courage « qui ne faiblit pas et ne rompt pas devant ses convictions ».

Il convient de noter que l’écrivain britannique d’origine indienne, Salman Rushdie, a fait l’objet de nombreuses critiques pour son roman The Satanic Verses, publié en 1988, pour avoir contenu des passages qui méprisent la religion islamique.

Le roman a été interdit dans de nombreux pays, dont l’Iran. L’ayatollah Khomeiny a émis une fatwa autorisant l’assassinat de Rushdie et une récompense de 2,8 millions de dollars a été annoncée pour quiconque l’a tué.

« The Satanic Verses » raconte les aventures de deux Amérindiens dont l’avion a été attaqué par une attaque terroriste qui a finalement touché une plage en Angleterre et l’un a pris la forme d’une créature démoniaque et l’autre la forme d’un être angélique. Dans le contexte du roman, l’auteur désigne les prostituées par les noms des épouses du Prophète Muhammad (PSL).

Roselle Sault

"Maven de la bière subtilement charmant. Penseur. Extrême geek d'Internet. Passionné de voyages. Organisateur sympathique. Fanatique du Web. Communicateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.